Hérode Boëthos

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hérode Philippe et Boéthos.
Cet article traite d'Hérode Boëthos appelé parfois Hérode Philippe Ier, déshérité par Hérode le Grand, le père de Salomé et le mari délaissé d'Hérodiade. Pour Hérode Philippe, tétrarque de Trachonitide, Batanée, Auranitide et d'une partie du royaume de Zénodore qui est le premier mari de Salomé, voir Philippe le Tétrarque.

Hérode Boëthos appelé aussi Hérode Philippe Ier ou Hérode II, fils d'Hérode ((?) après 27 av. J.-C. - (?) après 34 ap. J.-C.)[1],[2] est le fils d'Hérode le Grand et de Mariamne, la troisième femme d'Hérode, la fille du grand-prêtre Simon Boëthus. Pendant une brève période, il a été désigné comme héritier par son père. Certains auteurs l'appellent Hérode Philippe Ier (à ne pas confondre avec Philippe le Tétrarque, que certains auteurs appellent Hérode Philippe II).

Époux d'Hérodiade, il voit celle-ci le quitter et épouser son demi-frère Hérode Antipas.

Identification[modifier | modifier le code]

Hérode était le premier mari d'Hérodiade, et parce que l'évangile selon Marc précise qu'Hérodiade a été mariée à « Philippe »[3], certains spécialistes estiment que son nom a effectivement été « Hérode Philippe ». Ceci est toutefois contesté par de nombreux chercheurs, qui pensent que l'évangéliste s'est trompé, une hypothèse qui s’appuie sur le fait que l'évangile selon Luc ne reprend pas l'appellation « Philippe » pour désigner le mari d'Hérodiade[4],[5]. Parce qu'il était le petit-fils du grand prêtre Simon Boëthus, il est parfois appelé « Hérode Boëthus », même s'il n'y a aucune preuve qu'il ait effectivement été appelé ainsi au cours de sa vie[6].

Origine[modifier | modifier le code]

Hérode (II) Boëthos (Hérode Philippe Ier) était le quatrième fils d'Hérode le Grand. Il est issu du mariage d'Hérode avec sa troisième femme Mariamne (II). Hérode le Grand était « tombé en amour » devant sa beauté. Pour pouvoir l'épouser alors que sa famille n'était pas de rang élevé, Hérode le Grand a démis Jésus fils de Phabi (Josué ben Phabi), le grand prêtre en exercice, et a nommé à sa place Simon Boëthos (23 av. J.-C.), le père de Mariamne.

La succession d'Hérode le Grand[modifier | modifier le code]

L'exécution par Hérode le Grand en 7 av. J.-C. de ses fils hasmonéens, Alexandre et Aristobule IV, a laissé orpheline Hérodiade, qui est encore mineure. Cependant, Hérode le Grand s'est occupé de l'éducation des orphelins. Il a également décidé qu'Hérodiade se marierait avec son demi-oncle Hérode Boëthos (Hérode Philippe Ier), qui à ce moment était inscrit sur le testament d'Hérode, comme devant cohériter de son royaume[7]. L'ascendance hasmonéenne d'Hérodiade, dynastie plus légitime que celle d'Hérode, renforce les droits de son mari à la succession au royaume de son père[8].

Selon les Antiquités judaïques de Flavius Josèphe, Hérodiade, la sœur d'Hérode Agrippa Ier et d'Hérode de Chalcis, « épousa Hérode, qu'Hérode le Grand avait eu de Mariamne, la fille du grand-pontife Simon ; et ils eurent pour fille Salomé[9]. »

L'exécution d'Antipater III en 4 av. J.-C., pour avoir comploté et tenté d'empoisonner son père, semblait laisser Hérode Boëthos seul héritier d'Hérode le Grand, mais la connaissance de la participation de sa mère à l'intrigue du poison a conduit Hérode le Grand à le déshériter à peine quelques jours avant sa mort. Par conséquent, Hérodiade et Hérode Boëthos (Hérode Philippe Ier) vont vivre comme de « simples particuliers », le plus souvent à Rome[10][réf. incomplète].

Finalement, Hérode Ier le Grand va rédiger un nouveau testament. Le territoire de son royaume est partagé par Auguste, en respectant les dispositions de ce testament, entre trois des fils d'Hérode le Grand ainsi qu'une de ses parentes. Philippe le Tétrarque a obtenu « la Batanée, avec la Trachonitide et l’Auranitide, une partie de ce qu’on appela le domaine de Zénodore[11] ». Pour sa part, Hérode II, fils d'Hérode (Hérode Philippe Ier) n'a eu aucun territoire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en)/(de) Cet article est partiellement ou en totalité issu des articles intitulés en anglais « Herod II » (voir la liste des auteurs) et en allemand « Herodes Boethos » (voir la liste des auteurs).

  1. (en) Nikkos Kokkinos, The Herodian Dynasty: Origins, Role in Society and Eclipse, Sheffield Academic Press, Sheffield, coll. « Journal for the Study of the Pseudepigrapha Supplement Series », 1998 (ISBN 1850756902), p. 237.
  2. (en) Thomas Nelson (dir.), Nelson's Complete Book of Bible Maps and Charts, Thomas Nelson Publishers, Nashville, 1996 (ISBN 9780785211549), p. 290.
  3. Nouveau Testament, Évangile selon Marc, 6, 17.
  4. (en) Harold Hoehner (en), Herod Antipas: A Contemporary of Jesus Christ, Zondervan, 1983, p. 132-134.
  5. Voir aussi, par exemple (en) E. Mary Smallwood, « Behind the New Testament », dans Greece & Rome, Second Series, vol. 17, n° 1 (avril 1970), p. 81-99 [lire en ligne].
  6. (en) Florence Morgan Gillman, Herodias: at home in that fox's den, Liturgical Press, 2003, p. 16.
  7. Jean-Pierre Lémonon, Ponce Pilate, éd. Atelier, 2007, p. 33, extrait en ligne
  8. Christian-Georges Schwentzel, op. cit., p. 216-217.
  9. Flavius Josèphe, Antiquités judaïques, livre XVIII, chapitre V, 4 [lire en ligne].
  10. (en) Merrill Chapin Tenney, Walter M. Dunnett, New Testament Survey, Wm. B. Eerdmans Publishing, 1985.
  11. Flavius Josèphe, Antiquités judaïques, livre XVII, XI, 4 [lire en ligne].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Nikkos Kokkinos, The Herodian Dynasty: Origins, Role in Society and Eclipse, Sheffield, Sheffield Academic Press, coll. « Journal for the Study of the Pseudepigrapha Supplement Series », (ISBN 1-85075-690-2), p. 236–240.
  • (de) Linda-Marie Günther, Herodes der Große, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, Darmstadt, 2005 (ISBN 3-534-15420-7).
  • (de) Gerhard Prause, Herodes der Große. Die Korrektur einer Legende, Deutsche Verlags-Anstalt, Stuttgart, 1990 (ISBN 3-421-06558-6).
  • (en) Peter Richardson, Herod. King of the Jews and Friend of the Romans, éd. T&T Clark, Édimbourg, 1999 (ISBN 0-8006-3164-1).
  • Christian-Georges Schwentzel, Hérode le Grand, Pygmalion, Paris, 2011.
  • Heinrich Graetz, Histoire des Juifs, Chapitre XV — Les Hérodiens : Agrippa Ier ; Hérode II — (37-49) [lire en ligne].

Articles connexes[modifier | modifier le code]