Héraclides

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Héraclides (homonymie).

Les Héraclides (en grec ancien Ἡρακλεῖδαι / Hêrakleĩdai) sont les soixante fils d'Héraclès, et par extension ses descendants qui conquièrent le Péloponnèse. Au sens restreint, le terme désigne les fils d'Hyllos, fils du héros et de Déjanire. Parmi les autres héraclides, on trouve les Thespiades, nés de l'union d'Héraclès avec les cinquante filles de Thespios.

Mythologie[modifier | modifier le code]

Héraclès s'était fait promettre le trône d'Argos, Sparte et Pylos par Zeus, mais Héra, qui le déteste, favorise Eurysthée, roi de Mycènes, qui usurpe le trône. Ses fils sont chassés par ce dernier à Athènes, où Eurysthée est battu[1], puis en Thessalie, où le roi Ægimios, héros dorien mythique qu'Héraclès a aidé autrefois, les accueille. Selon l'oracle de Delphes, les Héraclides ne peuvent regagner leur royaume qu'à la troisième génération ; l’invasion des Doriens est ainsi présentée comme le « retour des Héraclides ». Plusieurs lignages grecs revendiquaient une ascendance héraclide. Ainsi, les rois de Lydie prétendaient descendre d'un fils du héros et d'Omphale. Les rois de Sparte et les Spartiates dans leur ensemble disaient eux aussi descendre des Héraclides. Lors de la fête spartiate des Karneia était ainsi promené en cortège un radeau, symbole du passage par les Héraclides de l'isthme de Corinthe.

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Chambry 1967, p. 429

Voir aussi[modifier | modifier le code]