Aller au contenu

Hérédité (film, 2018)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Hérédité
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo original du film.
Titre québécois Héréditaire
Titre original Hereditary
Réalisation Ari Aster
Scénario Ari Aster
Musique Colin Stetson
Acteurs principaux
Sociétés de production PalmStar Media
Pays de production Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Horreur
Drame familial
Durée 122 minutes
Sortie 2018

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution.

Hérédité (Hereditary), ou Héréditaire au Québec, est un drame d'horreur psychologique écrit et réalisé par Ari Aster, sorti en 2018[1].

Il s'agit du premier long-métrage du réalisateur. Le film est présenté en avant-première au Festival du film de Sundance le [2]. À sa sortie, le film reçoit des critiques positives, particulièrement pour la performance de Toni Collette, la réalisation d'Ari Aster et la musique originale de Colin Stetson. Il devient alors le meilleur succès commercial de la société A24 jusqu'à la sortie de Everything Everywhere All at Once en 2022[3],[4].

Résumé détaillé[modifier | modifier le code]

Annie Graham, artiste maquettiste, vit avec son mari Steve, psychiatre, et leurs deux enfants, Peter, âgé de 16 ans, et Charlie, âgée de 13 ans. La famille se rend aux funérailles d'Ellen, la mère d'Annie, au cours desquelles celle-ci est étonnée du nombre de personnes présentes. Annie prend part à une réunion d'accompagnement du deuil où elle révèle son enfance troublée et la relation tendue qu'elle entretenait avec sa mère avant la naissance de Charlie. Pendant ce temps, Steve reçoit un appel où on l'informe que la tombe d'Ellen a été profanée, sans qu'il ne le révèle à Annie.

Peter est invité à une fête et Annie insiste pour que Charlie vienne avec lui. Lors de la soirée, Peter laisse Charlie sans surveillance et celle-ci mange une part de gâteau au chocolat sans savoir qu'il contient des noix, auxquelles elle est allergique. Charlie subit un choc anaphylactique et Peter l'emmène à l'hôpital. Sur le chemin, Charlie ouvre la fenêtre pour passer sa tête et respirer. Alors à pleine vitesse, Peter donne un coup de volant afin d'éviter le cadavre d'un cerf sur la route. Charlie est alors décapitée par un poteau téléphonique. En état de choc, Peter continue de conduire lentement et laisse le corps de Charlie à l'arrière de la voiture, qu'Annie découvre avec horreur le lendemain matin. Après la mort de Charlie, Annie est en colère contre Peter, celui-ci est traumatisé, et Steve s'efforce de garder une vie normale.

Annie se lie d'amitié avec Joan, une des membres du groupe de soutien qu'elle fréquente. Joan apprend à Annie à organiser une séance de spiritisme pour communiquer avec Charlie et convainc Annie d'y participer avec sa famille. Annie force Steve et Peter à y participer en pleine nuit et elle finit par être possédée. Peter commence à être hanté par des forces surnaturelles et Annie pense que l'esprit de Charlie est devenu vengeur. Quand elle voit dans le carnet de dessins de Charlie des croquis menaçant Peter, elle jette le carnet dans la cheminée, mais ses vêtements prennent feu jusqu'à ce qu'elle sorte le carnet des flammes.

Annie cherche dans les affaires de sa mère et découvre un album photo montrant Ellen lors d'un rite et Joan comme l'une de ses acolytes. Un autre livre décrit le démon Paimon et son souhait de s'emparer d'un corps masculin alors que son invocateur recevrait richesse et récompenses. Dans le grenier, Annie trouve le corps décapité et pourrissant de sa mère surmonté de runes occultes.

Au même moment, au lycée, Peter aperçoit Joan qui hurle des formules contre lui. En classe, Peter subit une crise de possession et finit par s'éclater la tête contre son bureau, se cassant le nez. Annie informe Steve de ses découvertes et le supplie de brûler le carnet de Charlie, ne pouvant se résoudre à se suicider. Voyant l'état de folie de sa femme, Steve refuse. Hors d'elle, Annie lui prend le carnet des mains et le jette elle-même dans les flammes de la cheminée avant de découvrir avec horreur que le corps de son mari prend alors feu. Alors que l'expression du visage d'Annie est emplie d'horreur, Paimon la possède et celle-ci retrouve une expression faciale stoïque.

En pleine nuit, Peter se réveille dans sa chambre. Il descend et trouve le corps calciné de son père sur le sol du salon. Annie, possédée, le chasse jusqu'au grenier lors d'une course poursuite. Découvrant avec horreur le rituel qui se prépare dans le grenier où il s'est réfugié, il découvre une photo de lui au milieu de quelques bougies, il lève la tête et découvre sa mère, possédée, se décapitant elle-même avec une corde à piano. Peter saute par la fenêtre avant d'être réanimé par une orbe lumineuse. Maintenant possédé, il suit le corps de sa mère jusque dans la cabane de sa sœur, où Joan et d'autres membres, ainsi que les corps décapités des femmes de sa famille, vénèrent un mannequin portant la tête de Charlie en décomposition. Joan prend la couronne et la place sur la tête de Peter, s'adressant à lui comme s'il était Charlie. Elle proclame alors que son corps féminin a été corrigé pour lui donner un hôte masculin, tandis que les disciples acclament le roi Paimon.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Version française
 Source et légende : version française (VF) sur RS Doublage[6] ; version québécoise (VQ) sur Doublage.qc.ca[7]

Production[modifier | modifier le code]

Le réalisateur du film Hérédité Ari Aster avec Toni Collette à Sundance Londres UK.

Génèse et développement[modifier | modifier le code]

Ari Aster, réalisateur et scénariste du film, commence sa carrière dans l'industrie du cinéma en tant qu'étudiant à la American Film Institute, où il écrit et réalise deux courts-métrages horrifiques, The Strange Thing about the Johnsons et Munchausen, grâce auxquels il est repéré par la société de production A24[8],[9]. Le film est d'abord présenté comme un drame familial et non comme un film d'horreur : amateur de ce genre, Ari Aster incorpore certains des thèmes principaux de ce dernier, comme le traumatisme psychologique et le deuil, dans son scénario[10]. Il présente comme influences principales Carrie au bal du diable et Le Cuisinier, le voleur, sa femme et son amant et interprète le film comme deux moitiés « totalement inextricables l'une de l'autre » : « Le film commence comme un drame familial et, suivant ce chemin, devient progressivement un maelstrom cauchemardesque. »[11],[12]

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Toni Collette est la première actrice à être approchée par Ari Aster[13]. Bien qu'elle soit d'abord réticente à l'idée de jouer dans un film d'horreur, l'actrice est convaincue par l'approche du réalisateur : « Il a compris les dynamiques familiales et a vraiment saisi ce que c'est d'être humain et de faire l'expérience du deuil. »[9]

Milly Shapiro, alors âgée de 14 ans, obtient ici son premier rôle au cinéma après avoir reçu un Tony d'honneur pour sa performance dans la comédie musicale Matilda[14]. Ari Aster se dit soulagé après l'audition de l'actrice à cause de l'ambiguïté de la personnalité du personnage : « Je savais que les chances de trouver quelqu'un comme ça étaient très minces. »[12]

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage du film commence en dans l'Utah. Les extérieurs de la maison familiale sont tournés à Summit County, la scène du cimetière à Sandy et les scènes à l'école à la West High School et à la Utah State Fairpark.

Steve Newburn, qui assistait Grace Yun et Richard T. Oslon pour la décoration, a élaboré les versions miniatures de la maison et de ses nombreuses pièces, ainsi que de sa décoration complexe et d’éléments plus détaillées tels que les petits meubles, les papiers peints et les bibelots[15].

Ari Aster déclare : « Alex Wolff m'avait dit de ne pas prononcer le nom de la "pièce écossaise" de Shakespeare à cause d'une superstition théâtrale. Je l'ai prononcée de manière assez suffisante et une des lumières a éclaté alors que nous filmions la scène suivante. »[16]

Bande originale[modifier | modifier le code]

La bande originale est composée par Colin Stetson[17],[18]. Nick Allen de The Hollywood Reporter note l'incorporation progressive de la trompette dans la bande originale, instrument qui annoncerait généralement l'arrivée de Paimon dans les écrits le mentionnant[19].

Montage[modifier | modifier le code]

À l'issue du premier montage, le film durait environ trois heures. Près de 30 scènes originellement incluses dans le script ont été retirées du montage final. La plupart d'entre elles étaient censées exposer les troubles communicatifs s'installant entre les membres de la famille Graham au fil de l'histoire.

Pour la scène du dîner lors duquel Peter et sa mère se disputent violemment, le dialogue était censé se poursuivre dans la chambre parentale, puis dans celle de Peter, finissant par être consolé par son père, mais le plan-séquence a finalement été supprimé (seule la scène où son père le console est révélée en tant que scène coupée). La décision d'avoir coupé cette séquence a finalement été, selon le réalisateur, un moyen efficace pour renforcer une tension familiale définitivement irrésolue, renforçant davantage une frustration de la part du spectateur[20].

Accueil[modifier | modifier le code]

Sortie[modifier | modifier le code]

Hérédité est présenté en avant-première au Festival du film de Sundance le [21]. La bande-annonce officielle du film est distribuée le [22].

Le film est distribué le par A24 aux États-Unis et le par Metropolitan FilmExport en France.

Box-office[modifier | modifier le code]

Hérédité rapporte 44,1 millions de dollars aux États-Unis et au Canada et 38,8 millions de dollars à l'international, pour un total de 82,8 millions de dollars pour un budget de production de 10 millions de dollars.

Le film sort le même jour que Ocean's 8 et Hotel Artemis et les pronostics sont de 5 à 9 millions de dollars pour le premier week-end de distribution, à l'instar de la sortie d'autres films A24, comme The Witch en 2016 (8,8 millions) et It Comes at Night en 2017 (6 millions)[23]. Il rapporte finalement 13,6 millions de dollars et finit quatrième au box-office après une semaine de distribution derrière Ocean's 8, Solo: A Star Wars Story et Deadpool 2[24].

Il devient le film le plus rentable de la société A24, dépassant Lady Bird avec 78,5 millions de dollars au box-office, et ne sera détrôné qu'en 2022 avec la sortie de Everything Everywhere All at Once[25],[26].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Hérédité
Score cumulé
SiteNote
Allociné 3.6 étoiles sur 5
Compilation des critiques
PériodiqueNote
Le Parisien 3.0 étoiles sur 5
Première 5.0 étoiles sur 5
Le Figaro 2.0 étoiles sur 5
Le Monde 3.0 étoiles sur 5
Télérama 4.0 étoiles sur 5
20 Minutes 4.0 étoiles sur 5

« Avec un sérieux et un savoir-faire à vous hérisser les poils, Hérédité entre dans une fière généalogie du genre à laquelle appartiennent des pierres de touches du cinéma d'horreur américain, des monuments prestigieux et impies comme L'Exorciste ou Rosemary's Baby. Il s'agit remarquablement d'un premier long-métrage, le début d'une prometteuse carrière pour Ari Aster, dont les courts-métrages dérangeants ont tous menés, comme un tunnel vers l'au-delà, vers cette vision d'horreur. » A.A. Dowd pour The A.V. Club[27]

Le film reçoit une note moyenne de 87100 sur une base de 49 critiques sur Metacritic et une note moyenne de 8,310 avec une appréciation de 90% sur une base de 385 critiques sur le site Rotten Tomatoes : « Hérédité utilise sa mise en place classique comme le cadre d'un film d'horreur angoissant et extraordinairement dérangeant qui nous imprègne bien au-delà du générique de fin. »[28]

Peter Travers pour Rolling Stone donne au film une note de 3,54 et le nomme film le plus effrayant de 2018 : « Toni Collette, donnant la meilleure performance de sa carrière, nous emmène corps et âme dans la débauche d'Annie et brise ce qui reste de nos nerfs. Son tour de force nous hérisse le poil et vous fera sûrement faire des nuits blanches. Mais d'abord, vous allez hurler à vous faire exploser la tête. »[29]

En France, le magazine Télérama compare ce film à L'Exorciste, un film majeur sur l'envoûtement, sorti 45 ans auparavant ; le magazine Les Inrockuptibles en a également fait une critique élogieuse, en annonçant que le réalisateur a effectué un brillant « exercice de style ». Même si la lenteur du film a été remarquée, le journaliste Thomas Sotinel, pour Le Monde, explique que les effets s'intensifiant petit à petit font la « force toxique » du film[30].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guardian staff, « Hereditary trailer: will this be the year's scariest movie? », sur The Guardian, Guardian News and Media, (consulté le )
  2. Sean P. Means, « A horror thriller filmed in Utah is among the additions to 2018 Sundance Film Festival lineup », sur The Salt Lake Tribune, (consulté le )
  3. Jeff Giles, « Ocean's 8: Satisfying but Slight », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media, (consulté le )
  4. (en-US) Anthony D'Alessandro, « 'Everything Everywhere All At Once' Becomes A24's Highest Grossing Movie Of All-Time At Global Box Office », sur Deadline, (consulté le )
  5. a et b Susan Wloszczyna, « Writer/Director Ari Aster on his Terrifying Debut Hereditary », MPAA, (consulté le )
  6. « Fiche de doublage VF du film », sur RS Doublage (consulté le )
  7. « Fiche du doublage québécois du film », sur Doublage.qc.ca (consulté le )
  8. (en) Nick Chen, « How Ari Aster made the best horror movie of 2018 », sur Dazed, (consulté le )
  9. a et b (en-US) Bryan Bishop, « For Hereditary director Ari Aster, horror films are “more therapeutic than a therapist’s couch” », sur The Verge, (consulté le )
  10. (en) Mallory Yu, « Director Ari Aster Says 'Hereditary' Is A Family Drama At Its Core », sur NPR, (consulté le )
  11. (en-US) Richard Newby, « How Director Ari Aster Turned ‘Hereditary’ Into a Harrowing Cinematic Experience », sur The Hollywood Reporter, (consulté le )
  12. a et b (en-US) Condé Nast, « That Horrific Hereditary Scene Is Director Ari Aster’s Favorite », sur Vanity Fair, (consulté le )
  13. (en-US) David Fear, « 'Hereditary': Inside the Making of a Modern Horror Classic », sur Rolling Stone, (consulté le )
  14. (en-US) Patrick Ryan, « Milly Shapiro wants to freak you out as that creepy kid in 'Hereditary' », sur USA TODAY (consulté le )
  15. Site Digital Ciné, "dossier de presse du film Hérédité", consulté le 6 février 2019
  16. Ari Aster, « Hi, I’m Ari Aster, writer/director of HEREDITARY, AMA! », sur Reddit, (consulté le )
  17. (en-US) Condé Nast, « Colin Stetson: Hereditary (Original Motion Picture Soundtrack) », sur Pitchfork (consulté le )
  18. (en) « Colin Stetson On The Terrifying Score For 'Hereditary' And Making Music That Sounds Evil », sur Stereogum, (consulté le )
  19. (en-US) Nick Allen, « The Ending of ‘Hereditary’ Feels Inevitable », sur The Hollywood Reporter, (consulté le )
  20. (en) « Ari Aster, Hereditary, Film Comment Talk » [vidéo] (consulté le )
  21. (en) Jacob Stolworthy, « The horror film branded 'scariest in years' gets UK release date », sur The Independent, (consulté le )
  22. (en-US) Greg Evans, « ‘Hereditary’ Trailer: First Look At Ari Aster’s Horror Pic That Haunted Sundance », sur Deadline, (consulté le )
  23. (en-US) Rebecca Rubin, « Box Office Preview: ‘Ocean’s 8’ Places Bets on $35 Million Bow », sur Variety, (consulté le )
  24. (en-US) Anthony D'Alessandro, « ‘Ocean’s 8’ Steals Franchise Record With $41.5M Opening – Final Sunday Update », sur Deadline, (consulté le )
  25. (en-US) Nancy Tartaglione, « ‘Hereditary’ Becomes A24’s Highest-Grossing Pic Worldwide With $78M », sur Deadline, (consulté le )
  26. (en-US) Anthony D'Alessandro, « ‘Everything Everywhere All At Once’ Crosses $70M U.S., $103M Worldwide, Adding To Totals Of A24’s Highest-Grossing Movie Ever – Update », sur Deadline, (consulté le )
  27. (en) A.A. Dowd, « Family is a curse in the harrowing, deeply frightening Hereditary », sur The A.V. Club, (consulté le )
  28. (en) « Hereditary - Rotten Tomatoes », sur www.rottentomatoes.com, (consulté le )
  29. (en-US) Peter Travers, « 'Hereditary' Review: Family Horror Tale Is the Scariest Movie of 2018 », sur Rolling Stone, (consulté le )
  30. Site culture de l'HuffPost, article "Que vaut "Hérédité", le film d'horreur d'Ari Aster qui a fait trembler le festival de Sundance", consulté le 6 février 2019
  31. a et b (en-US) « Roma named Best Picture by Chicago Film Critics Association », (consulté le )
  32. (en-US) Adam Graham, « Grapevine: 'Eighth Grade' leads DFCS nominees », sur The Detroit News (consulté le )
  33. a et b (en) « Screw the Oscars, let's see who got nominated for a Fangoria Chainsaw Award », sur The A.V. Club, (consulté le )
  34. a et b (en-US) Elizabeth Wagmeister, « Gotham Awards: A24 Sweeps With Five Wins, Including ‘First Reformed,’ ‘Eighth Grade’ (Full Winners List) », sur Variety, (consulté le )
  35. (en-US) « Annual StLFCA Awards », sur St. Louis Film Critics Association (consulté le )
  36. (en-US) Erik Pedersen, « AACTA International Awards: ‘Roma’ Takes Best Film & Director; ‘The Favourite’ Also A Double Winner », sur Deadline, (consulté le )
  37. (en-US) « 2018 EDA Award Nominees – ALLIANCE OF WOMEN FILM JOURNALISTS » (consulté le )
  38. (en-US) Kevin Jacobsen, « Boston Society of Film Critics Awards 2018: ‘If Beale Street Could Talk’ Selected as Best Film | Film Trophies », (consulté le )
  39. (en-US) Pete Hammond, « Critics’ Choice Awards Nominations: ‘The Favourite’ Tops With 14, ‘Black Panther’ A Marvel, ‘First Man’ Rebounds; ‘The Americans’ Leads TV Series », sur Deadline, (consulté le )
  40. « Neuchatel International Fantastic Film Festival Announces Full Lineup For 2018 », sur ScreenAnarchy, (consulté le )
  41. (en-US) Kimberly Nordyke, « Golden Trailer Awards: ‘Black Panther,’ Netflix Top Winners List », sur The Hollywood Reporter, (consulté le )
  42. (en-US) Paul Sheehan, « Los Angeles Film Critics Association Awards 2018: Full list of winners at LAFCA », sur GoldDerby, (consulté le )
  43. « 2018 WAFCA Award Winners - The Washington DC Area Film Critics Association (WAFCA) », sur www.dcfilmcritics.com (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]