Hénencourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Hennecourt.
Hénencourt
Le château.
Le château.
Blason de Hénencourt
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Corbie
Intercommunalité Communauté de communes du Val de Somme
Maire
Mandat
Michel Vandepitte
2014-2020
Code postal 80300
Code commune 80429
Démographie
Population
municipale
193 hab. (2014)
Densité 59 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 00′ 12″ nord, 2° 33′ 55″ est
Altitude Min. 83 m
Max. 121 m
Superficie 3,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Hénencourt

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Hénencourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hénencourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hénencourt

Hénencourt est une commune française, située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Ce village rural picard est situé à 6 km à l'ouest d'Albert, sur le chemin à grande circulation d'Albert à Warloy-Baillon qui relie les vallées de l'Ancre et de l'Hallue.

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Nature du sol et du sous-sol[modifier | modifier le code]

Le territoire est souvent recouvert d'une épaisse couche d'argile favorable à la production de briques et de tuiles (pannes). Le sous-sol est sablonneux. Vers Warloy-Baillon, quelques centimètres d'argile reposent sur un fond calcaire. Dans la direction de Senlis, la craie ou la marne argileuse reposent sous 10 à 12 cm de terre arable[1].

Relief, paysage, végétation[modifier | modifier le code]

Le village s'est bâti sur une haute plaine, entre les deux vallées de l'Ancre et de l'Hallue. Il culmine à 109 mètres, près du chemin de Senlis-le-Sec[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Trun paraît avoir été un ruisseau qui partait du bois pour rejoindre l'Hallue[1].

La nappe phréatique se trouve à 65 m de profondeur[1].

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Urbanisme et aménagement du territoire[modifier | modifier le code]

La commune d'Hénencourt présente un habitat groupé.

Activité économique et de services[modifier | modifier le code]

L'activité dominante de la commune reste l'agriculture.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Warloy-Baillon Senlis-le-Sec Bouzincourt Rose des vents
Vadencourt N Millencourt
O    Hénencourt    E
S
Baizieux Bresle Laviéville

Toponymie[modifier | modifier le code]

Hennecourt, Hennencourt, Hénancourt, comme les lieux se terminant par « …court », le nom du village est très probablement issu du nom du propriétaire d'un domaine. Cette façon de nommer les lieux serait un apport germanique du VIe siècle[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

La maison seigneuriale s'est bâtie entre la rue du Four, la rue du Magister et la rue d'Agaches, sur une éminence, près du premier puits de l'abreuvoir, de l'ancien cimetière et de l'église remplacée en 1840. Un souterrain existe près de là[1].

La première église est construite en 1404[1].

Thibaut de Lameth est tué à Azincourt en 1415.

Les reliques de saint Maclou et de saint Nicaise sont déposées dans l'église en 1450. La fête du village est fixée le dimanche suivant la Saint-Nicaise[1].

En 1460, Jacqueline de Hénencourt épouse Antoine, seigneur de Lameth, de Saint-Martin et du Plessier, à condition qu'un de leurs enfants porte le nom et les armes des Hénencourt. Ce qui fut réalisé par Jacques, gouverneur de Corbie, leur fils, héritier de la grande succession de sa mère, inhumé dans l'église de Hénencourt où l'on peut voir son épitaphe[3].

Le premier curé est désigné en 1498.

Adrien d'Hénencourt est mort en 1530.

Le 30 thermidor an II, Augustin, marquis de Lameth (1755-1837) est libéré après deux mois de détention pour sûreté générale[1].

Alfred Malo Séraphin, comte de Lameth est tué en 1808 par les guérillas espagnoles[3],[1].

En 1870, 4 000 Allemands occupent le village[1].

La chasse est entièrement réservée au châtelain en 1899, même en dehors des terres qu'il afferme[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  en cours en 1793[4] Pierre François Ruin   membre du conseil général de la commune
  en cours en 1857[4] Marie Ambroise Baudoin Augustin de Lameth   marquis, général d'armée
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Baudouin Gérard Marc Marie Thibault de Lameth   marquis
Mars 2008 en cours
(au 6 mai 2014)
Michel Vandepitte[5], [6]    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 1600, le village compte 145 habitants[1]. La Briqueterie et la Hutte ont été des écarts autrefois habités[1].


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 193 habitants, en augmentation de 4,32 % par rapport à 2009 (Somme : 0,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
432 450 534 581 591 602 603 602 601
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
546 507 442 434 410 380 350 309 304
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
260 266 288 187 184 191 185 172 175
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
170 174 176 165 205 193 172 185 193
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Maclou.
  • Château[11] construit aux XVIIe et XVIIIe siècles, en brique et pierre. Grille de la cour d'honneur exécutée au XVIIIe siècle par le ferronnier d'art Jean Veyren, La façade côté parc comporte un avant-corps du XVIIIe siècle , autrefois situé au milieu de cette façade, aujourd'hui sur son côté droit, par suite de la destruction d'un peu moins de la moitié du château, après la première guerre mondiale.
Article détaillé : Château d'Hénencourt.
Article détaillé : Église Saint-Maclou d'Hénencourt.
  • Statue de l'Espérance, érigée par Henri, marquis de Lameth, en mémoire des jeunes morts pour la patrie et de ceux qui l'ont défendue en 1870[15].
  • Chapelle Madame. Route de Baizieux, elle existait avant la Révolution[15].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Hénencourt.svg D'argent aux trois maillets de sable.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Charles Malo de Lameth, seigneur du lieu[1] Alexandre de Lameth, seigneur du lieu[1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o Notice historique et géographique, établie par l'instituteur, M. Vadier, 1899, Archives départementales de la Somme, Amiens.
  2. Jacques Chaurand et Maurice Lebègue, Noms de lieux de Picardie, éditions Bonneton, 232 p., novembre 2000, p. 71 à p. 80, (ISBN 978-2-862-53265-3).
  3. a et b http://g.bachelier.free.fr/lameth.htm
  4. a et b registres état-civil, Archives départementales, Amiens
  5. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 5 septembre 2008)
  6. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. « Château à Hénencourt (80) », sur le site de Patrimoine de France (consulté le 6 septembre 2008)
  12. Clochers.org
  13. 40000clochers.com
  14. « Maître-autel style néo-classique, sculpture (gloire) à Hénencourt (80) », sur le site de Patrimoine de France (consulté le 6 septembre 2008)
  15. a et b André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, imp. Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 190 (ASIN B000WR15W8).