Héloïse d'Ormesson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ormesson.
Héloïse d'Ormesson
Description de cette image, également commentée ci-après
Héloïse d'Ormesson en 2011 au salon du livre de Genève.
Nom de naissance Héloïse Lefèvre d'Ormesson
Naissance (56 ans)
Neuilly-sur-Seine (Seine, France)
Nationalité française
Profession
Activité principale
Présidente des Éditions Héloïse d'Ormesson
Distinctions
Ascendants
Conjoint
Manuel Carcassonne
Gilles Cohen-Solal

Héloïse d'Ormesson, née le à Neuilly-sur-Seine est une éditrice française, fondatrice de la maison d'édition qui porte son nom.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Article connexe : Famille Lefèvre d'Ormesson.

Héloïse, Hélène, Simone Lefevre d'Ormesson[1] est née le à Neuilly-sur-Seine[2],[3], fille unique[4] du mariage de Jean d'Ormesson et de Françoise Béghin.

Son père écrira dans l'avant-propos de son ouvrage Odeur du temps publié en 2007[5] : « Ce que j’ai fait de mieux dans ma vie c’est ma fille, je suis plus fier d’elle que de moi »[4].

Elle a été pendant quatorze ans la compagne de Manuel Carcassonne avec qui elle a eu une fille, Marie-Sarah[6]. Elle vit depuis avec Gilles Cohen-Solal, rencontré en 1987 chez Robert Laffont où il était représentant commercial et avec qui elle créera sa propre maison[7],[5].

Vie professionnelle[modifier | modifier le code]

Née dans le monde du livre, elle se passionne vite pour la littérature et l’édition. Elle part aux États-Unis, où — après avoir achevé ses études de lettres et obtenu un master de littérature comparée à l'université de Yale[5] — elle fait son apprentissage et ses débuts[4]. Elle rentre ensuite en France, travaille chez Laffont pour la collection Bouquins, puis neuf ans chez Flammarion engagée par Françoise Verny[4], puis chez Denoël où Antoine Gallimard lui confie un poste d'éditrice en 1999[5].

En 2004, elle fonde sa propre maison d’édition avec son compagnon Gilles Cohen-Solal (ancien représentant chez Laffont). Dans un premier temps, elle fait le choix de ne pas travailler avec son père afin de se faire son propre nom et mène donc sa vie d’éditeur. Le premier livre a été publié en 2005. Par la suite, elle publiera aussi des œuvres de son père[5].

Distinction[modifier | modifier le code]

Le , elle est nommée chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur en tant qu'éditrice et au titre de ses 23 ans d'activités professionnelles[1].

Maison d'édition[modifier | modifier le code]

Présentation[modifier | modifier le code]

Le , elle réalise son rêve d'enfance[8] en créant boulevard Saint-Michel à Paris une maison d’édition à laquelle elle donne son nom, malgré l'hostilité de son père qui lui déclare[4] « C’est mon nom, hors de question que tu t’en serves ! ».

Dix ans plus tard, la maison déclarait un effectif de dix à dix-neuf personnes[9]. Héloïse d’Ormesson en est la présidente tandis que Gilles Cohen-Solal occupe les postes de secrétaire général et directeur commercial.

La politique de l'entreprise est de « publier moins pour publier mieux » ; les fondateurs ont donc choisi de rester une petite maison d’édition et d’avoir une publication stable (une vingtaine de livres produits par an depuis 2005)[10],[11].

Publications[modifier | modifier le code]

L'objectif de la maison est de publier de la littérature française et étrangère et de découvrir de nouveaux auteurs. Héloïse d’Ormesson voulait aussi publier des livres à l'« anglo-saxonne », c'est-à-dire avec beaucoup de promotions en librairie, de la publicité et une image graphique forte[10],[11].

Depuis la création ont été publiés plus d'une soixantaine de livres avec une grande variété de thèmes — histoire d'amour, histoire d'un juif, histoire d'un SDF au Louvre, aventure, écologie…

La maison a reçu plusieurs prix, notamment avec Le Faiseur d’Anges, de Stefan Brijs, qui a obtenu le prix des lecteurs 2010 des littératures européennes Cognac[12].

Quelques auteurs[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Décret du portant promotion et nomination.
  2. Acte de naissance no 3860 de l'année 1962 établi à Neuilly-sur-Seine.
  3. Biographie de Jean d'Ormesson sur le site du magazine Voilà.
  4. a b c d et e Fabrice Gaignault, « Héloïse d’Ormesson : “Mon père avait une conception assez souple de la moralité” », sur le site du magazine Marie-Claire, (consulté le 23 octobre 2018).
  5. a b c d et e Nathalie Silbert, « HELOISE D'ORMESSON - D'Ormesson oblige… », sur le site du quotidien Les Échos, (consulté le 23 octobre 2018).
  6. Marion Galy-Ramounot, « Héloïse d'Ormesson, l'héritière de Jean d'O », sur le site du magazine Madame Figaro, (consulté le 23 octobre 2018).
  7. Arnaud Ramsay, Jean D'Ormesson ou l'élégance du bonheur, Éditions Toucan, , p. 221.
  8. Evelyne Montigny, « Lien de famille », sur le site du quotidien La Croix, (consulté le 23 octobre 2018).
  9. Registre du commerce de Paris.
  10. a et b Jean-Claude Perrier, « Livres : Héloïse d'Ormesson, littérature oblige », sur le site du quotidien Le Figaro, (consulté le 23 octobre 2018).
  11. a et b « Livres : Héloïse d'Ormesson, littérature oblige », sur le site du quotidien Le Figaro, (consulté le 23 octobre 2018).
  12. Blog de la maison d'édition.