Héliodore Jospin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les personnes ayant le même patronyme, voir Jospin (homonymie).
Héliodore Jospin
Biographie
Naissance
Décès
Héliodore Jospin - assis au milieu - et les membres du Conseil presbytéral du Temple de Bellegarde (Tarn)

Héliodore Jospin (1873 - 1944) est un pasteur français.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Héliodore Jospin est né le 13 juillet 1873 à Bertry (département du Nord) de Jules François Jospin, tisseur, né le 1er mai 1833 également à Bertry et décédé le 21 janvier 1887 à Saint-Quentin (Aisne) et de Dina Virginie Poulain, née le 14 janvier 1887 à Caudry (Nord). Il avait seize frères et sœurs dont Georges, représentant de commerce, né le 14 juillet 1868 à Bertry, grand-père de Lionel Jospin. Il a présenté sa Thèse à la Faculté de Théologie Protestante de Paris[1] en mars 1899. Il exerça d'abord son ministère, à partir de 1898, au temple de Bellegarde, sur le canton de Montredon-Labessonnié, dans le département du Tarn. Il épousa en premières noces, Claire Yvonne Durand, née en 1874 à Poitiers (département de la Vienne) avec qui il eut six enfants, tous nés à Montredon-Labessonnié : Marc, né le 29 mai 1900 (il sera lui aussi pasteur), Philippe, né le 2 août 1901 (il sera ingénieur), Jacqueline, née le 16 mars 1903 (elle sera infirmière), Yves « Michel », né le 25 août 1904 (il sera médecin), Jacques Claude, né le 22 janvier 1906 (il sera technicien) et enfin Luc, né le 24 avril 1911 (il sera commerçant). Sa première épouse décéda en 1936 à Aulnay-sous-Bois. Il épousa en seconde union, à Charenton, Renée Marcelle Marie Philiberte Balvet, professeur, née le 30 janvier 1896 à Lyon avec qui il aura un septième enfant : Laurent Pierre Emmanuel, né le 28 décembre 1935 à Lyon (il sera traducteur). Il fut également pasteur à Amsterdam (Pays-Bas) et à Saint-Nazaire, (Loire-Atlantique). Il est décédé le 29 mai 1944 à Fontenay-sous-Bois (département de la Seine ; département du Val-de-Marne aujourd’hui). Sa seconde épouse est décédée le 1er mai 1969 à La Chaux-de-Fonds en Suisse.

Temple de Bellegarde et chaire de la grande salle

Le temple de Bellegarde (Tarn)[modifier | modifier le code]

Ce temple est maintenant affilié à l’Union nationale des Églises réformées évangéliques indépendantes de France. Cette union qui regroupe moins de 20 lieux de cultes dans le grand sud, dont deux dans le Tarn (l’autre temple se trouve à Espérausses), est issue de son refus de rejoindre pour des raisons doctrinales l’Église réformée de France (ERF) [2] en 1938, gardant comme base la Déclaration de foi de 1872 des Églises réformées sans restriction aucune.

Publication[modifier | modifier le code]

  • Jospin H., L’eschatologie de Jean-Baptiste et son influence sur sa prédication morale, Montauban : J. Granié, 1898.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Les pasteurs des Églises protestantes de France
  • La Revue du Tarn.

Références[modifier | modifier le code]