Héléna Marienské

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Héléna Marienské
Description de cette image, également commentée ci-après
Héléna Marienské en 2013.
Nom de naissance Nathalie Galán
Naissance (60 ans)
Béziers
Nationalité Drapeau de la France Française
Activité principale
écrivain, actrice, animatrice de télévision
Auteur
Langue d’écriture français
Genres
roman

Œuvres principales

  • Rhésus
  • Le Degré suprême de la tendresse

Héléna Marienské, nom de plume de Nathalie Galan, est une romancière[1], actrice et présentatrice française, née le [2] à Béziers[3]. Agrégée de lettres, elle obtient plusieurs prix littéraires pour Rhésus, son premier roman paru en 2006[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Nathalie Galan fait ses études au lycée de Pézenas[5]. Attirée par la littérature, elle suit une classe préparatoire littéraire au lycée Henri-IV, avant de partir faire du théâtre à Londres[5], puis une maîtrise de lettres modernes à la Sorbonne.

Entre 1985 et 1987, elle est coco-girl dans Cocoricocoboy, émission de télévision humoristique produite par Stéphane Collaro. En 1987, elle coécrit avec une autre coco-girl, Dominique Guirous, le livre Si la Cococour m'était contée..., où elles dévoilent les coulisses de Cocoricocoboy[6]. En avril 1986 puis en avril 1987, elle est la playmate de l'édition française du magazine Playboy. Durant la fin des années 1980, elle co-anime aux côtés de Bernard Montiel le jeu télévisé hebdomadaire Ordinacœur sur TF1.

Elle obtient son agrégation de lettres en [3]. Elle enseigne d'abord en région parisienne, puis dans l'Allier et dans la Loire. Libre et volontiers féministe, elle vit aujourd'hui en Auvergne[5]. Ayant choisi pour pseudonyme, le nom tchèque de "Marienbad", elle publie son premier roman Rhésus en 2006[5].

Nathalie Galan est la mère de deux filles, Camille née en juillet 1994 et Armande née en septembre 2000.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Rhésus[modifier | modifier le code]

Son premier roman raconte comment le quotidien d'une maison de retraite se voit bouleversé par l'arrivée d'un singe bonobo, qui est immédiatement adopté par les pensionnaires, dont il réveille sexualité, instinct libertaire et désir de jouir de la vie. Plein d'humour noir, le récit adopte le point de vue et le style de plusieurs des protagonistes.

Rhésus est accueilli comme un OVNI par la critique. Il reçoit le Prix du 15 minutes Plus Tard, la Mention Spéciale du Prix Wepler Fondation la Poste et le Prix Madame Figaro/Le Grand Véfour. Il est élu par Lire meilleur premier roman de l'année 2006, et nommé par la même revue dans les 20 meilleurs livres de 2006.

En 2012, l'opéra de radio "Rhesus", par le compositeur suédois Magnus Bunnskog basé sur son roman, a été crée au Théâtre de la Radio suédoise[7].

Le Degré suprême de la tendresse[modifier | modifier le code]

Le Degré suprême de la tendresse est un roman en pastiches, dont le titre vient de la définition que faisait Salvador Dalí du cannibalisme. Le thème qui est décliné est celui d'une fellation forcée qui est interrompue d'un coup de dents tranchant. Il s'agit donc à la fois d'un roman érotique et d'un jeu littéraire assez jubilatoire[3]. Les auteurs pastichés sont Michel Houellebecq, Gédéon Tallemant des Réaux, Louis-Ferdinand Céline, Jean de La Fontaine, Christine Angot, Michel de Montaigne, Vincent Ravalec et Georges Perec. Le pastiche de ce dernier est un lipogramme en "e", et comporte d'autres contraintes prisées par l'Oulipo, telles que pangramme ou palindrome.

Le Degré suprême de la tendresse a reçu le Prix Jean-Claude Brialy de la Ville de Saumur "Esprit Bacchus" en 2008.

Fantaisie-sarabande[modifier | modifier le code]

Fantaisie-sarabande est un roman. Refusant de vivre "au sein d'une famille de nazillons misérable et malodorante dans les friches de la Lorraine"[4], l'héroïne poursuit ses études à Paris, où elle se prostitue. Là, elle rencontre l’amour sous les traits d'une meurtrière en fuite...Une comédie réjouissante mêlant fantaisie policière, romance et pornographie débridée[8].

Les Ennemis de la vie ordinaire[modifier | modifier le code]

Les Ennemis de la vie ordinaire est un conte immoral et subversif centré sur les addictions. Intégrés dans un nouveau concept de thérapie de groupe, trois personnages ayant chacun une addiction, l'alcool, la drogue et le sexe vont expérimenter les addictions multiples au lieu de la guérison attendue. Ils découvriront aussi l'amour, l'amitié et l'entraide[9].

Presque toutes les femmes[modifier | modifier le code]

Presque toutes les femmes est un ouvrage autobiographique dans lequel Héléna Marienské raconte sa vie écoulée au milieu de femmes de sa famille et de son entourage. Elle y évoque sa bisexualité ainsi que le drame vécu par sa mère et la malédiction planant sur sa famille.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice d'autorité sur bnf.fr
  2. Registre du Commerce et des Sociétés, « Nathalie Galan. », sur societe.com (consulté le )
  3. a b et c Pastichérie sur liberation.fr.
  4. a et b Présentation de l'éditeur, Fantaisie-sarabande, éditions Flammarion, janvier 2014.
  5. a b c et d Play Girl sur lexpress.fr
  6. BNF, « Si la Cococour m'était contée / Dominique Guirous et Nathalie Galan. », sur gallica.bnf.fr (consulté le )
  7. sverigesradio.se
  8. La grande librairie sur france5.fr
  9. La Grande Librairie, « Héléna Marienské parle des addictions dans son livre "Les ennemis de la vie ordinaire". », sur youtube.com (consulté le )
  10. Antoine Oury, « Héléna Marienské fait des additions d'addictions », sur Actualitté, (consulté le )

8. "La leçon". Simultanée d'échecs donnée par Garry Kasparov en 1988 contre 15 personnalités, dont Nathalie Galan (ainsi que Moustaki, Yves Rénier, Pierre Salinger, etc.). Nathalie Galan convient d'une partie nulle face au champion du monde.

Liens externes[modifier | modifier le code]