Hélène Schweitzer-Bresslau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Helene Schweitzer-Bresslau
Gedenktafel am Albert- und Helene-Schweitzer-Bresslau-Baum in Basel.JPG
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
ZurichVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Université de Strasbourg
Université de Strasbourg (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Père
Fratrie
Ernst Bresslau (en)
Hermann Bresslau (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Parentèle
Johanna Engel (cousine)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion

Hélène Schweitzer-Bresslau, née le à Berlin, morte le à Zurich et inhumée à Lambaréné (Gabon), est une éducatrice et infirmière allemande, devenue française après la Première Guerre mondiale, qui épousa Albert Schweitzer le 18 juin 1912 et partagea avec lui son engagement humanitaire en Afrique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issue d'une famille juive cultivée, fille de l'historien Harry Bresslau, elle est baptisée par un pasteur luthérien à l'âge de sept ans.

Avant leur mariage, Hélène Bresslau fut longtemps la confidente et le soutien d'Albert Schweitzer, échangeant avec lui une abondante correspondance, aujourd'hui publiée[1].

L'armée française plaça Albert et Hélène Schweitzer en résidence surveillée à Lambaréné en 1914 et les transfère en 1917 dans différents centres d'internement à Bordeaux, Garaison et enfin Saint-Rémy-de-Provence, où ils sont libérés en juillet 1918. De retour en Alsace en décembre, les Schweitzer prennent la nationalité française en plus de leur nationalité allemande. Tous deux étaient tombés malades pendant la longue période du camp, Albert avait contracté la dysenterie et Hélène avait une maladie pulmonaire. En 1919, Hélène donne naissance à leur fille unique, Rhéna (1919-2009) à Strasbourg.

La maison des Schweitzer de 1923, aujourd'hui le musée Albert-Schweitzer-Haus, Königsfeld

Le 1er mai 1923, Albert et Helene Schweitzer et leur fille Rhena emménagent dans leur nouvelle maison à Königsfeld-en-Forêt-Noire, qui a été construite selon les idées d'Albert Schweitzer. La famille a choisi Königsfeld comme nouveau lieu de résidence, qu'elle connaissait de visites précédentes, en raison de son climat apaisant. Lorsqu'Albert Schweitzer est retourné à Lambaréné, Hélène et Rhéna sont restées à la maison, car la première souffrait toujours d'une maladie pulmonaire.

À Königsfeld Rhéna a fréquenté l'école Zinzendorfschule des Frères moraves jusqu'à l'été 1933. Helene et Rhena ont ensuite déménagé à Lausanne, en Suisse. Ils y restent jusqu'à ce que Rhena obtienne sa maturité, après quoi ils se rendent aux États-Unis à l'invitation d'amis américains. À partir de 1946, Hélène habita de nouveau la maison de Königsfeld, où elle vécut, interrompue par des visites et des voyages, jusqu'à sa mort, qui la surprit à Zurich[2].

Helene Bresslau Schweitzer est décédée le 1er juin 1957 et sa dépouille se trouve à Lambaréné[3]. Quand Albert est mort, il a été enterré à côté d'elle. Leurs tombes se trouvent sur les rives de la rivière Ogooue, marquées par une croix qu'Albert a lui-même fabriquée[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Correspondance entre Albert Schweitzer et Hélène Bresslau, Jérome Do Bentzinger, Colmar, 2005-2011, 3 vol.
  2. Matthieu Arnold, « Marxsen (Patti M.), Helene Schweitzer. A Life of He », Revue d’Alsace, no 143,‎ , p. 479–481 (ISSN 0181-0448 et 2260-2941, DOI 10.4000/alsace.2674, lire en ligne, consulté le )
  3. Vernon Carstensen, « Review: News for an Empire: The Story of the Spokesman-Review of Spokane, Washington, and of the Field It Serves, by Ralph E. Dyer », Pacific Historical Review, vol. 21, no 3,‎ , p. 294–296 (ISSN 0030-8684, DOI 10.2307/3634241, lire en ligne, consulté le )
  4. « New York Times New York City Poll, September 2003 », sur ICPSR Data Holdings, (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Matthieu Arnold, « La correspondance entre Albert Schweitzer et Hélène Bresslau (1901-1905), À propos d'une édition récente », in Revue d'histoire et de philosophie religieuses, tome 86, 2006/4, p. 515-532
  • Correspondance entre Albert Schweitzer et Hélène Bresslau (introduction et notes de Jean-Paul Sorg), Jérome Do Bentzinger, Colmar, 3 vol., tome 1, 1901-1905 : L'Amitié dans l'amour, 2005, 250 p. (ISBN 2-84960-048-2) ; tome 2, 1906-1909 : L'Amour dans l'amitié, 2009, 334 p. (ISBN 978-2-84960-182-2) ; tome 3, 1910-1912 : L'Alliance, 2011, 331 p. + pl. (ISBN 978-2-84960-287-4)
  • Patti M. Marxsen, « Hélène Schweitzer Bresslau. Une âme entre deux mondes », Les Saisons d'Alsace, , p. 12-17
  • (de) Verena Mühlstein, Helene Schweitzer Bresslau: Ein Leben für Lambarene, München, C. H. Beck Verlag, 1998
  • François Uberfill, « Schweitzer-Bresslau, Hélène Marianne », in Nouveau Dictionnaire de biographie alsacienne, vol. 47, p. 4941

Liens externes[modifier | modifier le code]