Hélène LeBlanc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hélène LeBlanc
Fonctions
Nouveau Parti démocratique, Député de LaSalle—Émard
à la Chambre des communes du Canada
En fonction depuis le
Élection 2 mai 2011
Prédécesseur Lise Zarac
Biographie
Date de naissance (57 ans)
Lieu de naissance Lyster (Québec)
Nationalité Canadienne
Parti politique Nouveau Parti démocratique
Diplômé de McGill, Ottawa
Profession Agronome, Enseignante

Hélène LeBlanc (née le à Lyster) est une femme politique canadienne. Elle siège à la Chambre des communes du Canada depuis 2011, en tant que députée du Nouveau Parti démocratique pour la circonscription de LaSalle-Émard. Elle occupe le rôle de porte-parole en matière d’industrie au sein du cabinet fantôme de l’opposition officielle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hélène LeBlanc est née le 27 mars 1958 à Lyster, au Québec[1]. Son père était médecin et sa mère était commissaire scolaire et maire de Lyster, ce qui a été l’élément déclencheur de son intérêt pour la politique[2]. Elle obtient un baccalauréat en arts de l’Université Sainte-Anne en 1979, et un baccalauréat en éducation de l’Université d’Ottawa en 1983.

Elle a travaillé comme enseignante de français à Vancouver et à Ottawa. Elle a également été interprète et guide pour la Société du Musée canadien des sciences et de la technologie à Ottawa, et pour le Musée de l’agriculture du Canada[2].

Plus tard dans sa carrière, en 2004, elle reçoit un baccalauréat en sciences de l’agriculture et de l’environnement de l'Université McGill. Agronome de formation, elle a été gestionnaire de projet pour le Conseil d’assainissement et d’aménagement du ruisseau Lacorne avant d’être élue députée[2].

Elle a également été accompagnatrice de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer pour l’organisme Baluchon Alzheimer, et agente en agro-environnement à la Fédération de l’Union de producteurs agricoles de l’Outaouais-Laurentides[2].

Elle est une grande amatrice de vélo et est membre de Vélo Québec[2].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Elle a commencé à s’impliquer en politique en 2009, lorsqu’elle s’est portée candidate du parti Projet Montréal dans l’arrondissement de Saint-Paul-Émard[3]. Même si elle n'a pas été élue à la suite de cette campagne, elle a attiré l’attention du Nouveau Parti démocratique et a été choisie comme candidate aux élections générales de 2011 pour la circonscription de LaSalle-Émard. Elle a été élue le 2 mai 2011, remportant la victoire contre la candidate sortante Lise Zarac du Parti libéral avec 42,2 % des voix[4]. Elle a été assermentée le 30 mai 2011.

Le 26 mai 2011, le chef du NPD de l’époque, Jack Layton, l'a nommé au poste de porte-parole du cabinet fantôme en matière de sciences et de technologies[5]. Elle a ensuite été promue au poste de porte-parole en matière d’industrie en 2012 par le successeur de M. Layton, Thomas Mulcair[6].

Elle a joué un rôle crucial dans le développement des politiques du NPD en matière de sciences, de technologies, d’industrie et d’innovation. Elle a défendu le droit des scientifiques gouvernementaux à s’exprimer librement en public et auprès des médias. Elle a travaillé sur la réforme des programmes de recherche et de développement du Canada, et a milité pour la promotion des initiatives vertes dans les activités canadiennes de recherche[7].

Elle est devenue une personnalité très active dans le domaine des sciences et de la technologie, et a apporté beaucoup de visibilité au NPD dans ces domaines. En 2011, elle a participé à la conférence de the American Association for the Advancement of Science, en tant que déléguée officielle du NPD[8]. Toujours en 2011, elle a fait partie du panel principal de la Conférence sur les politiques scientifiques canadiennes. Elle a rencontré plusieurs diplomates étrangers pour discuter des politiques scientifiques, incluant l’ambassadeur des États-Unis et l’ambassadeur du Mexique[9].

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Élection fédérale de 2011
Candidat Parti # de voix  % des voix
     Chang-Tao Jimmy Yu Conservateur +05 516, 13,14 %
     Carl Dubois Bloc québécois +06 151, 14,66 %
     (x) Lise Zarac Libéral +11 172, 26,62 %
     Hélène LeBlanc NPD +17 691, 42,15 %
     Lorraine Banville Vert +00946, 2,25 %
     Guillaume Berger-Richard Parti Rhinocéros +00208, 0,5 %
     Yves Le Seigle Marxiste-léniniste +00288, 0,69 %
Total 41 972 100 %

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche d'Hélène LeBlanc », sur parl.gc.ca (consulté le 19 juin 2012)
  2. a, b, c, d et e (en) About Hélène LeBlanc.
  3. « Projet Montréal présente son équipe dans le Sud-Ouest », sur projetmontreal.org,‎ (consulté le 19 juin 2012)
  4. (en) « LaSalle-Émard Results », sur cbc.ca,‎ (consulté le 19 juin 2012)
  5. (en) Hélène LeBlanc named critic for Science and Technology in NDP Shadow Cabinet,
  6. (en) Hélène LeBlanc Gets Promotion as New NDP Industry Critic
  7. (en) LeBlanc, Hélène and Dan Harris, "Government policy has failed to stimulate private spending in R&D for more than a decade", Innovation: The Hill Times Policy Briefing, 27 février 2012.
  8. « Hélène LeBlanc représente le NPD auprès de 6 000 scientifiques réunis à Vancouver », sur heleneleblanc.npd.ca,‎ (consulté le 19 juin 2012)
  9. « Un an après l'élection du 2 mai 2011, Héléne LeBlanc est fière du travail accompli », sur heleneleblanc.npd.ca,‎ (consulté le 19 juin 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Notice sur le site du Nouveau Parti démocratique