Hélène Harbec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hélène Harbec
Naissance
Saint-Jean-sur-Richelieu (Canada)
Nationalité canadienne
Profession

Hélène Harbec ( à Saint-Jean-sur-Richelieu au Canada) est une écrivaine canadienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hélène Harbec naît en 1946 à Saint-Jean-sur-Richelieu, au Québec[1].

En 1967, elle obtient un baccalauréat ès arts à Saint-Jean-sur-Richelieu dans un établissement affilié à l'Université de Montréal[1]. Elle fréquente ensuite l'Université Laval, à Québec, où elle complète une scolarité d'une licence ès lettres en études canadiennes en 1970[1]. Elle s'installe la même année à Moncton, au Nouveau-Brunswick[1]. Elle enseigne le français à l'Université de Moncton puis à l'Institut de Memramcook[1]. Elle s'inscrit plus tard à L'école providence de Moncton, où elle est diplômée en soins infirmiers en 1977[1]. Après seulement un an de pratique, elle décide de changer de carrière et elle est embauchée comme recherchiste contractuelle à la Société Radio-Canada[1]. Elle est aussi scénariste et assistante réalisatrice[1]. Outre ces activités, elle a aussi travaillé à l'Office national du film et élevé des chèvres[réf. nécessaire].

L’Été avant la mort, paru en 1986 et coécrit avec France Daigle, est sa première publication. Elle revisite son enfance et se questionne sur sa relation avec sa mère dans Le Cahier des absences et de la décision (1991)[1]. L'Orgueilleuse (1998) est un roman sur les mêmes thèmes, mettant en scène Jeanne, un double de l'auteur, revenant dans sa ville natale[1]. En 2001, elle décide de se consacrer entièrement à l’écriture et participe à des rencontres de lecture et d’écriture auprès d’étudiants. Elle obtient le prix Antonine Maillet/Acadie Vie en 2002 pour le recueil de poésie Va[1]. Elle publie aussi le roman Les Voiliers blancs en 2002 et le recueil de poésie Le Tracteur céleste en 2005[1].

Elle collabore également à plusieurs revues littéraires et anthologies de poésie acadienne. Son œuvre riche et empreinte de sensibilité explore la complexité du quotidien sous son apparente simplicité. Ses thèmes de prédilection sont la mort, l’amour et l’enfance[1].

Paru en 2009 aux Éditions David, son récit, intitulé Chambre 503, est plus personnel, suivant l'auteure accompagnant son père mourant[1]. Ce récit lui mérite deux prix Éloizes, soit celui d'artiste de l'année en littérature et celui de l'artiste s'étant le plus illustré à l'extérieur de l'"Acadie". De plus, ce livre s'est mérité le prix Champlain et une mention honorable au prix Émile-Olivier.

Depuis, elle a fait paraître un recueil de poésie L'enroulement des iris(Éditions du Noroît) qui a obtenu le prix littéraire Antonine-Maillet-Acadie vie en 2014.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Humaine vagabonde, poésie, Éditions David (2016).
  • L'enroulement des iris, poésie, Éditions du Noroît (2013).
  • Chambre 503, récit, Éditions David (2009).
  • Le Cahier des absences et de la décision, poésie (nouvelle version revue par l’auteure), Éditions Perce-Neige (2009).
  • Chambre 503, récit, Éditions David (2009).
  • Le Tracteur céleste, poésie, Éditions Perce-Neige (2005).
  • Les Voiliers blancs, roman, Éditions Perce-Neige (2004).
  • Va, poésie, Éditions Perce-Neige (2002).
  • L’Orgueilleuse, roman, Éditions du remue-ménage (1998).
  • Le Cahier des absences et de la décision, poésie, Éditions d’Acadie (1991).
  • L’Été avant la mort, fiction écrite en collaboration avec France Daigle, Éditions du remue-ménage (1986).

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • L’Âme sœur réalisé par Ginette Pellerin (recherche et coscénarisation), 1989.
  • Le Rapport de l’Acadie à la mer (recherche et rédaction), 1988.

Prix littéraires[modifier | modifier le code]

  • Prix Éloizes 2012 Artiste de l'année en littérature et Artiste s’étant le plus illustrée à l’extérieur de l’Acadie pour le récit Chambre 503.
  • Prix Antonine-Maillet-Acadie Vie en 2014 pour le recueil de poésie L'enroulement des iris.
  • Prix Champlain en 2011 pour le récit Chambre 503.
  • Prix Antonine-Maillet-Acadie Vie en 2002 pour le recueil de poésie Va.
  • Mention d'honneur au prix Émile-Ollivier en 2011 pour le récit Chambre 503.
  • Finaliste au Prix des Lecteurs de Radio-Canada en 2010 pour le récit Chambre 503.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m et n David Lonergan, Paroles d'Acadie : Anthologie de la littérature acadienne (1958-2009), Sudbury, Prise de parole, (ISBN 978-2-89423-256-9), p. 316-317

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]