Hélène Darroze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Hélène Darroze
Image dans Infobox.
Hélène Darroze en 2007.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
ESC Bordeaux (Kedge Business School)
Activité
Parentèle
Alain Darroze (cousin germain)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
M6 (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Hélène Darroze, née le à Mont-de-Marsan (Landes), est une chef cuisinière française doublement étoilée au guide Michelin en France (Marsan) et triplement étoilée au Royaume-Uni (Hélène Darroze at The Connaught).

Elle est nommée « meilleure femme chef du monde » 2015[1] dans le classement annuel 50 Best.

Depuis 2015, elle fait partie du jury de l'émission Top Chef sur M6.

Biographie[modifier | modifier le code]

Photographie de la salle à manger du restaurant « Hélène Darroze » à Paris.
Salle à manger du restaurant « Hélène Darroze ».

Hélène Darroze naît le à Mont-de-Marsan (Landes)[2] et représente la quatrième génération d'une lignée de restaurateurs. Son arrière-grand-père ouvre en 1895 l'auberge « Le Relais » à Villeneuve-de-Marsan (20 km à l'est de Mont-de-Marsan) dans les Landes. L'établissement est repris par ses grands-parents Jean et Charlotte Darroze, puis par son père Francis Darroze et son oncle Claude[3],[4]. Alain Darroze, passé par les cuisines de l'Élysée, est son cousin[5].

Hélène Darroze est marquée, dans son enfance, par les marchés des Landes où son père achetait des produits des terroirs de ce département : cèpes, œufs, foie gras, volailles, viande Bœuf de Chalosse, saumons de l'Adour, agneaux de lait des Pyrénées, etc.

Elle a adopté deux filles d'origine vietnamienne[6],[7]. Elle est la marraine de Joy Smet, fille de Johnny Hallyday et de Laeticia Hallyday[8]. Avec cette dernière, elle fonde en 2012 l'association La Bonne étoile, qui prend en charge des mineurs vietnamiens laissés pour compte[9],[10].

Le Louis XV d'Alain Ducasse à Monaco[modifier | modifier le code]

Après une classe préparatoire aux grandes écoles de commerce, elle étudie à Sup de Co Bordeaux[11], dont elle est diplômée en 1990 dans l'optique de faire de la gestion d'hôtellerie. Elle passe trois ans au restaurant gastronomique « Le Louis XV » de l'Hôtel de Paris, du grand chef cuisinier landais Alain Ducasse à Monte-Carlo, comme commis de cuisine durant quatre mois puis responsable administrative. Ducasse, qui vient d'obtenir sa prestigieuse 3e étoile, l'encourage à faire de la grande cuisine : « Il y a une place à prendre dans ce monde de la cuisine par une femme et vous êtes capable de la prendre »[12].

Reprise de l'auberge familiale « Chez Darroze » des Landes[modifier | modifier le code]

En 1993, son frère qui est destiné à reprendre le restaurant familial devient finalement œnologue et négociant en Armagnac et lui laisse sa place pour reprendre l'auberge familiale « chez Darroze »[13] à Villeneuve-de-Marsan au côté de son père.

En 1995, elle reprend l'auberge familiale et est élue en décembre « Jeune Chef de l'Année » par le Guide Champérard et « Grand de demain » en 1996 par Gault-Millau.

En 1996, elle est chargée par Relais & Châteaux de la restauration pour la rencontre de Jacques Chirac et Helmut Kohl à Périgueux. Le président de la République Jacques Chirac lui adresse ses félicitations et reprend deux fois de son pigeonneau farci.

Hélène Darroze à Saint-Germain-des-Prés à Paris[modifier | modifier le code]

Photographie de la devanture du restaurant « Hélène Darroze ».
Devanture du restaurant « Hélène Darroze ».

En 1999, ses parents vendent le relais gourmand familial[14], Hélène Darroze fonde alors son propre restaurant gastronomique traditionnel landais « Hélène Darroze » 4 rue d'Assas sur la rive gauche à Saint-Germain-des-Prés dans le 6e arrondissement de Paris. Le restaurant est décoré par son cousin le décorateur designer Henry Becq, avec plusieurs concepts :

  • « Le Salon d’Hélène » : restaurant proposant notamment des tapas dans une ambiance décontractée (au rez-de-chaussée).
  • « La Salle à manger » : restaurant gastronomique étoilé avec cuisine du Sud-Ouest composée d'un doux mélange entre tradition et modernité.

Le restaurant a été rénové en et redécoré par Guy Oliver.

En 2001 moins d'un an après l'ouverture elle obtient sa première étoile au guide Michelin, puis la seconde en 2003 (seule femme en activité avec Anne-Sophie Pic à détenir ces trophées). Les deux femmes chefs complices fondent le club « Les nouvelles mères cuisinières » pour trouver, former et promouvoir de nouvelles Mère Brazier, Mère Blanc ou Mère Poulard... Elle perd sa deuxième étoile en 2010 mais la récupère en 2021[15].

Bistrot Toustem[modifier | modifier le code]

En 2007 elle a ouvert le bistrot « Toustem » (« tostemps » qui veut dire « toujours » en occitan gascon), 12 rue de l'Hôtel Colbert dans le quartier latin du 5e arrondissement de Paris face de la Cathédrale Notre-Dame. Décor de poutres apparentes, tradition et design, orange et vert (ses couleurs fétiches), décoré par son amie Matali Crasset[16],[17]. Le Toustem a fermé ses portes en .

Hélène Darroze à Londres[modifier | modifier le code]

Le , elle se voit confier les commandes du restaurant de l'hôtel The Connaught, institution du quartier de Mayfair depuis plus de 110 ans, entièrement redécoré par India Mahdavi.

Elle supervise également tous les secteurs de la restauration de l'hôtel, y compris le room service, les manifestations privées et le légendaire Connaught Grill. Elle est responsable du restaurant gastronomique depuis cette date[18].

Le Connaught comprend deux restaurants : un bistro chic nommé « l'Espelette » et le restaurant gastronomique portant le nom de la cuisinière ; en 2009, elle y décroche une étoile au guide Michelin, une seconde en 2011 et la troisième en 2021[19].

Meilleure femme chef du monde[modifier | modifier le code]

Le , elle est nommée « meilleure femme chef du monde » dans le classement annuel du World's 50 Best[1],[20].

Cuisine d'Hélène Darroze[modifier | modifier le code]

Photographie d'un tartare huître caviar d'Hélène Darroze.
Tartare huître caviar d'Hélène Darroze.

Hélène Darroze ne considère pas sa cuisine comme une cuisine du Sud-Ouest, mais comme une « cuisine d'auteur très personnelle » travaillant des produits du Sud-Ouest[21].

Parmi ses produits de prédilections, on trouve la volaille des Landes[22] et le bœuf de Galice[23], la tomate, les œufs et la pomme de terre[22].

Cependant, à Londres, Hélène Darroze a décidé de remplacer le poulet des Landes par un poulet issu d'une filière locale, afin de limiter l'empreinte écologique[21].

Établissements[modifier | modifier le code]

Anciens[modifier | modifier le code]

  • 1999 - 2018 : « Hélène Darroze » - Restaurant gastronomique (1 étoile de 2001 à 2003, 2 étoiles de 2003 à 2010, puis à nouveau 1 étoile à partir de 2010) - 4 rue d'Assas à Paris.
  • 2007 - 2008 : « Toustem » - Bistrot, 12 rue de l'Hôtel Colbert dans le quartier latin du 5e arrondissement de Paris.
  • 2012 : « Raff House by Helene Darroze » à Moscou (Russie)[7]. Dans un hôtel particulier classé du XVIIIe siècle, situé dans le quartier de Krasnopresnenskiy, qui fut la propriété de la famille du prince Alexandre Volkonsky et dont le poète Alexandre Pouchkine fut un des hôtes célèbres. Aujourd'hui Hélène Darroze n'est plus partenaire avec le restaurant.
  • 2016 : restaurant éphémère "Hélène Darroze au María Cristina", où elle dirige les cuisines au sein du palace de San Sebastián (Espagne), de juin à . L'opération se renouvellera en 2017.

Actuels[modifier | modifier le code]

  • 2008 : « Hélène Darroze at The Connaught » (Etoile Michelin-3.svg) Carlos Place, Mayfair, London. W1K 2AL United Kingdom
  • 2018 : « JÒIA », ouvert le au 39 rue des Jeûneurs dans le 2e arrondissement de Paris[24].
  • 2019 : « Marsan » (Etoile Michelin-2.svg), ouvert le , 4 rue d'Assas à Paris[25].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Hélène Darroze fait partie du jury de l'émission Top Chef sur M6 :

Publications[modifier | modifier le code]

  • Nathalie Le Foll (préf. Hélène Darroze), Volailles : 50 recettes, Filipacchi Éditions, coll. « Elle à Table », , 128 p. (ISBN 2850187453)
  • Hélène Darroze (préf. Anna Gavalda, Alain Ducasse), Personne ne me volera ce que j'ai dansé, Le Cherche-Midi, coll. « Gastronomie », , 372 p. (ISBN 2749104491)
  • Bryan Miller et Hélène Darroze, La Cuisine pour les Nuls, First, coll. « Pour les Nuls », , 552 p. (ISBN 2754019898)
  • Hélène Darroze, Les recettes de mes grands-mères, Le Cherche-Midi, coll. « Gastronomie », , 232 p. (ISBN 2749141435)
  • Hélène Darroze, Mes recettes en fête, Le Cherche-Midi, coll. « Gastronomie », , 224 p. (ISBN 2749148405)
  • Hélène Darroze, Carte blanche à Hélène Darroze : Invitez les grands chefs dans votre cuisine, J'ai Lu, coll. « Semi-poche », (ISBN 229011376X)
  • Hélène Darroze, Jòia by Hélène Darroze : sicestpaslebonheurcayressemble, Le Cherche-Midi, , 200 p. (ISBN 2749162297)
  • Hélène Darroze, Chez moi : Automne-Hiver, Le Cherche-Midi, , 128 p. (ISBN 2749167221)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Hélène Darroze sacrée « meilleure femme chef du monde » », sur lemonde.fr, (consulté le 23 avril 2015)
  2. Prisma Média, « Hélène Darroze - La biographie de Hélène Darroze avec Gala.fr », sur Gala.fr (consulté le 26 janvier 2021)
  3. « Darroze, la gastronomie en héritage », sur France 3 Nouvelle-Aquitaine (consulté le 26 janvier 2021)
  4. « Empreintes landaises - La dynastie Darroze - Ina.fr », sur Empreintes landaises (consulté le 26 janvier 2021)
  5. « Au nom des Darroze », sur SudOuest.fr (consulté le 26 janvier 2021)
  6. Entre mes filles et moi ce fut une évidence, Gala
  7. a et b Au nom des Darroze, Sud Ouest
  8. Hélène Darroze commente la relation de Laeticia Hallyday avec Laura et David, Paris Match, 20/02/2018 (Consulté le 14/06/2020)
  9. « Hélène Darroze, cuisinée par le doute », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 24 août 2020)
  10. Prisma Média, « Laeticia Hallyday, Helene Darroze et leurs amis se mobilisent pour « La Bonne Etoile » - Gala », sur Gala.fr (consulté le 24 août 2020)
  11. « Hélène Darroze "A 20 ans, j'étais à Sup de co Bordeaux avec la volonté de reprendre les rênes de l’auberge familiale" - L'Etudiant », sur www.letudiant.fr (consulté le 26 janvier 2021)
  12. « Hélène Darroze : "Sans Alain Ducasse, je ne sais pas si j'aurais franchi le pas" », sur Europe 1 (consulté le 26 janvier 2021)
  13. « Les Landes, elle les fait vivre dans sa cuisine », sur SudOuest.fr (consulté le 26 janvier 2021)
  14. « Top Chef : Interview et biographie d'Hélène Darroze », sur Gourmand - Recettes de cuisine, (consulté le 26 janvier 2021)
  15. Darroze, Mazzia, Deckert... Qui sont les chefs distingués par le Guide Michelin 2021?, Challenges, 18 janvier 2021
  16. « Dans le nouveau bistrot d'Hélène Darroze », sur Elleadore.com, (consulté le 13 août 2020).
  17. « Les bons plans gourmands d'Hélène Darroze », elle.fr, 19 juin 2016.
  18. Hélène Darroze at The Connaught: Two-Michelin Star Dining, The Connaught (Consulté le 14/06/2020)
  19. « Hélène Darroze et Clare Smyth, deux femmes triplement étoilées au Michelin britannique », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 25 janvier 2021)
  20. Hortense Guyot, « Hélène Darroze de Top Chef : élue meilleure chef féminine du monde », metronews.fr, 22 avril 2015.
  21. a et b « Top Chef : Rencontre avec Hélène Darroze », sur So Soir (consulté le 31 mars 2021)
  22. a et b « J'ai honte, mais j'aime ça... avec Hélène Darroze », sur Cuisine Actuelle (consulté le 31 mars 2021)
  23. « 10 questions à Hélène Darroze, pour son restaurant éphémère à San Sebastian », sur Marie Claire (consulté le 31 mars 2021)
  24. « JÒIA par Hélène Darroze », sur www.joiahelenedarroze.com (consulté le 14 octobre 2018)
  25. « Hélène Darroze remet le couvert », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 9 juin 2019)
  26. Décret du 30 janvier 2008 portant promotion et nomination
  27. Décret du 30 décembre 2011 portant promotion et nomination
  28. Décret du 31 décembre 2020 portant promotion et nomination

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :