Hélène Darroze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Alain Darroze.
Hélène Darroze
Hélène Darroze.jpg
Hélène Darroze en 2007.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
ESC Bordeaux (Kedge Business School)
Activité
Autres informations
Distinction

Hélène Darroze, née le à Mont-de-Marsan (Landes), est une chef cuisinière française.

Elle officie dans son restaurant gastronomique du 6e arrondissement de Paris, le Marsan (qui portait auparavant son nom). Sa cuisine est récompensée d'une note de 15/20 au Gault-Millau et l'obtention de deux étoiles au Guide Michelin en 2003. Cela en fait une des seules cheffes étoilées en activité avec Anne-Sophie Pic et Julia Sedefdjian. Bien que dans la version 2010 du célèbre guide, Hélène Darroze perde une étoile à Paris, elle en décroche deux pour son restaurant londonien au Connaught (la première en 2009 puis la deuxième en 2011). Elle remporte le prix Veuve Clicquot et est ainsi sacrée « meilleure femme chef du monde » 2015[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Photographie de la salle à manger du restaurant « Hélène Darroze » à Paris.
Salle à manger du restaurant « Hélène Darroze ».

En 1895, son arrière-grand-père ouvre l'auberge « Le Relais » à Villeneuve-de-Marsan (20 km à l'est de Mont-de-Marsan) dans les Landes, reprise par son grand-père Jean et sa grand-mère Charlotte, puis par son père Francis et son oncle Claude. Hélène, née le à Mont-de-Marsan, est la quatrième génération de cette famille d'hôteliers restaurateurs cuisiniers landais, à laquelle appartient aussi son cousin Alain Darroze.

Elle est marquée dans son enfance par les marchés des Landes, où son père achetait des produits du terroir des Landes : cèpes des Landes, œufs frais, foie gras des Landes, volailles vivantes des Landes, bœuf de Chalosse, saumons de l'Adour, agneaux de lait des Pyrénées, etc.

Elle a adopté deux filles d'origine vietnamienne[2],[3]. Elle est de plus la marraine de Joy Smet, fille de Johnny Hallyday et de Laeticia Hallyday[réf. nécessaire].

Le Louis XV d'Alain Ducasse à Monaco[modifier | modifier le code]

Après une classe préparatoire aux grandes écoles de commerce, elle étudie à Sup de Co Bordeaux, dont elle est diplômée en 1990 dans l'optique de faire de la gestion d'hôtellerie. Elle passe trois ans au restaurant gastronomique « Le Louis XV » de l'Hôtel de Paris, du grand chef cuisinier landais Alain Ducasse à Monte-Carlo, comme commis de cuisine durant quatre mois puis responsable administrative. Ducasse, qui vient d'obtenir sa prestigieuse 3e étoile, l'encourage à faire de la grande cuisine : « Faites-moi confiance, je vous ai observée, mettez-vous en cuisine. En plus, il y a une place à prendre pour une femme »[réf. nécessaire].

Reprise de l'auberge familiale « Chez Darroze » des Landes[modifier | modifier le code]

En 1993, son frère qui est destiné à reprendre le restaurant familial devient finalement œnologue et négociant en Armagnac et lui laisse sa place pour reprendre l'auberge familiale « chez Darroze » à Villeneuve-de-Marsan au côté de son père.

En 1995, elle reprend l'auberge familiale et est élue en décembre « Jeune Chef de l'Année » par le Guide Champérard et « Grand de demain » en 1996 par Gault-Millau.

En 1996, elle est chargée par Relais & Châteaux de la restauration pour la rencontre de Jacques Chirac et Helmut Kohl à Périgueux. Le président de la République Jacques Chirac lui adresse ses félicitations et reprend deux fois de son pigeonneau farci.

Hélène Darroze à Saint-Germain-des-Prés à Paris[modifier | modifier le code]

Photographie de la devanture du restaurant « Hélène Darroze ».
Devanture du restaurant « Hélène Darroze ».

En 1999, ses parents vendent le relais gourmand familial, Hélène Darroze fonde alors son propre restaurant gastronomique traditionnel landais « Hélène Darroze » 4 rue d'Assas sur la rive gauche à Saint-Germain-des-Prés dans le 6e arrondissement de Paris. Le restaurant est décoré par son cousin le décorateur designer Henry Becq, avec plusieurs concepts :

  • « Le Salon d’Hélène » : restaurant proposant notamment des tapas dans une ambiance décontractée (au rez-de-chaussée).
  • « La Salle à manger » : restaurant gastronomique étoilé avec cuisine du Sud-Ouest composée d'un doux mélange entre tradition et modernité.

Le restaurant a été rénové en septembre 2016 et redécoré par Guy Oliver.

En 2001 moins d'un an après l'ouverture elle obtient sa première étoile au guide Michelin, puis la seconde en 2003 (seule femme en activité avec Anne-Sophie Pic à détenir ces trophées). Les deux femmes chefs complices fondent le club « Les nouvelles mères cuisinières » pour trouver, former et promouvoir de nouvelles Mère Brazier, Mère Blanc ou Mère Poulard... Elle perd sa deuxième étoile en 2010.

Bistrot Toustem[modifier | modifier le code]

En 2007 elle a ouvert le bistrot « Toustem » (« tostemps » qui veut dire « toujours » en occitan gascon), 12 rue de l'Hôtel Colbert dans le quartier latin du 5e arrondissement de Paris face de la Cathédrale Notre-Dame. Décor de poutres apparentes, tradition et design, orange et vert (ses couleurs fétiches), décoré par son amie Matali Crasset[4],[5]. Le Toustem a fermé ses portes en août 2008.

Hélène Darroze à Londres[modifier | modifier le code]

Le 14 juillet 2008, elle se voit confier les commandes du restaurant de l'hôtel The Connaught, institution du quartier de Mayfair depuis plus de 110 ans, entièrement redécoré par India Mahdavi.

Elle supervise également tous les secteurs de la restauration de l'hôtel, y compris le room service, les manifestations privées et le légendaire Connaught Grill. Aujourd'hui, elle est responsable du restaurant gastronomique.

Le Connaught comprend deux restaurants : un bistro chic nommé l'Espelette et le restaurant gastronomique portant le nom de la cuisinière ; en 2009, elle y décroche une étoile au guide Michelin puis une deuxième en 2011.

« Meilleure femme chef du monde »[modifier | modifier le code]

Le , elle remporte le prix Veuve Clicquot de « meilleure femme chef du monde » 2015[1],[6].

Cuisine d'Hélène Darroze[modifier | modifier le code]

Photographie d'un tartare huître caviar d'Hélène Darroze.
Tartare huître caviar d'Hélène Darroze.

Sa cuisine est directement influencée par le Sud-Ouest, et notamment par le pays Basque.

Ses produits de prédilections sont : brebis basque fermière, agneau de lait des Pyrénées et du Pays basque, petits légumes de Villeneuve-de-Marsan (là où se fournissait son grand-père), huîtres, caviar d'Aquitaine, filet de merlu de ligne et saint-pierre de Saint-Jean-de-Luz, poularde des Landes, truffes noires du Périgord, foie gras de canard des Landes et asperges vertes de Pertuis, cèpes, palombes, truffe blanche d’Alba, vin de Bordeaux, armagnac...[réf. nécessaire]

Établissements[modifier | modifier le code]

Devanture du “Hélène Darroze”.

Passés[modifier | modifier le code]

  • 1999 - 2018 : « Hélène Darroze » - Restaurant gastronomique (1 étoile de 2001 à 2003, 2 étoiles de 2003 à 2010, puis à nouveau 1 étoile à partir de 2010) - 4 rue d'Assas à Paris.
  • 2007 - 2008 : « Toustem » - Bistrot, 12 rue de l'Hôtel Colbert dans le quartier latin du 5e arrondissement de Paris.
  • 2012 : « Raff House by Helene Darroze » à Moscou (Russie)[3]. Dans un hôtel particulier classé du XVIIIe siècle, situé dans le quartier de Krasnopresnenskiy, qui fut la propriété de la famille du prince Alexandre Volkonsky et dont le poète Alexandre Pouchkine fut un des hôtes célèbres. Aujourd'hui Hélène Darroze n'est plus partenaire avec le restaurant.
  • 2016 : restaurant éphémère "Hélène Darroze au María Cristina", où elle dirige les cuisines au sein du palace de San Sebastián (Espagne), de juin à octobre 2016. L'opération se renouvellera en 2017.

Actuels[modifier | modifier le code]

  • 2008 : « The Connaught » (Guide Michelin 2 étoiles) Carlos Place, Mayfair, London. W1K 2AL United Kingdom
  • 2018 : « JÒIA » a ouvert le 4 septembre 2018 au 39 rue des Jeûneurs dans le 2ème arrondissement de Paris[7].
  • 2019 : « Marsan » - ouvert le 27 mai 2019, 4 rue d'Assas à Paris[8].

Télévision[modifier | modifier le code]

Hélène Darroze fait partie du jury de l'émission Top Chef sur M6 :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 2005 : Personne ne me volera ce que j'ai dansé par Hélène Darroze, Coco Jobard et Bernard Pénalba, photos de Jérôme Delafosse - Biographie & livre de recettes - Éditions Le Cherche midi. Vainqueur aux Gourmand World Cookbook Awards
  • 2014 : Les recettes de mes grand-mères par Hélène Darroze[9]
  • 2015 : Mes recettes en fêtes par Hélène Darroze
  • 2018 : Joia par Hélène Darroze

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Hélène Darroze sacrée « meilleure femme chef du monde » », sur lemonde.fr, (consulté le 23 avril 2015)
  2. Entre mes filles et moi ce fut une évidence, Gala
  3. a et b Au nom des Darroze, Sud Ouest
  4. http://www.elleadore.com/article/dans-le-nouveau-bistrot-d-helene-darroze-13153
  5. « Les bons plans gourmands d'Hélène Darroze », elle.fr, 19 juin 2016.
  6. Hortense Guyot, « Hélène Darroze de Top Chef : élue meilleure chef féminine du monde », metronews.fr, 22 avril 2015.
  7. « JÒIA par Hélène Darroze », sur www.joiahelenedarroze.com (consulté le 14 octobre 2018)
  8. « Hélène Darroze remet le couvert », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 9 juin 2019)
  9. Les produits cultes d'Hélène Darroze, ELLE

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :