Hélène Antonopoulo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hélène Antonopoulo est née en 1891 et est décédée en 1944. Elle a été professeure à l’ULB et sociologue du travail. À l'époque, elle est parmi les premières femmes qui parviennent à mener une carrière scientifique en Belgique[1], au même titre que l’historienne Suzanne Tassier et la chimiste Lucia De Brouckère. Elle devient docteure en 1921 avec une thèse relative aux différentes tendances de la législation protectrice du travail.

Elle avait également un réel intérêt pour rôle social et le travail des femmes, ainsi que pour le féminisme et pour le mouvement syndical belge et international[2].

Pendant la seconde Guerre mondiale, elle est résistante et sera arrêtée et interrogée par la Gestapo[2].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Elle est Chevalier de l'ordre de Léopold[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Catherine Jacques, « Le féminisme en Belgique de la fin du 19e siècle aux années 1970 », Courrier hebdomadaire du CRISP,‎ , p. 5-54 (lire en ligne)
  2. a b et c Éliane Gubin (historica.), Dictionnaire des femmes belges: XIXe et XXe siècles, Lannoo Uitgeverij, (ISBN 978-2-87386-434-7, lire en ligne)