Hâble d'Ault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hâble d'Ault
Hable d'Ault008.JPG
Réserve de chasse du Hâble d'Ault
Géographie
Adresse
Coordonnées
Ville proche
Superficie
161 ha[1]
Administration
Catégorie UICN
IV (aire de gestion des habitats ou des espèces)
Identifiant
Création
18 septembre 1986[1]
Statut patrimonial
Administration
Conseil général de la Somme et Syndicat mixte Baie de Somme Grand Littoral picard
Site web

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

(Voir situation sur carte : Hauts-de-France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Somme

(Voir situation sur carte : Somme)
Point carte.svg

Le Hâble d'Ault est une aire protégée du littoral picard située dans le département de la Somme (France) sur le territoire des communes de Cayeux-sur-Mer, Woignarue et Brutelles.

Localisation[modifier | modifier le code]

Le Hâble d'Ault se situe entre les falaises crayeuses d'Ault et la Baie de Somme. Il est inscrit à l'Inventaire du Patrimoine Culturel de Picardie[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les mots havre ou hable proviennent de Haben, Haffen, qui signifient port ou zone de refuge[3].

Le Hâble d'Ault, qui se nommait auparavant le Hable d'Hautebut, servait en effet de refuge aux bateaux lorsque sa zone était encore reliée à la mer[4], quand Ault était un des plus grands centres de pêche du Nord de la France[5], c'est-à-dire jusqu'au milieu du XVIIIe siècle.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Le site contient des prairies herbeuses, des marais, des pelouses graveleuses, des levées de galets et quelques fragments de dunes.
Il abrite des espèces rares et protégées de la flore et de la faune et est inscrit en Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (Z.N.I.E.F.F.) sous le n°220 004 977[6].

Formation et histoire du site[modifier | modifier le code]

Digue de galets

Formation géologique[modifier | modifier le code]

Au fil des transgressions et régressions marines (transgression flandrienne au Pré-Boréal (Holocène), régression au Sub-Boréal, éloignant les flots de la falaise vive au nord d'Ault, transgressions dunkerquiennes jusqu'au XIe siècle), se sont formés la falaise morte (Sub-Boréal), puis un cordon de galets issu de l'érosion des falaises du Pays de Caux jusqu'à Ault.

À l'action de la mer et des vents[7], s'est ajoutée celle de la rivière.

Les dépôts alluvionnaires[modifier | modifier le code]

En effet le Hâble d'Ault est à la limite sud de l'ancienne baie de la Somme, beaucoup plus étendue qu'aujourd'hui à l'époque romaine puisqu'elle allait de Ault au sud jusqu'à Quend au nord. À cette époque elle comportait des îlots qui ont permis l'installation de quelques foyers, donnant naissance ensuite à des villages (Cayeux et Le Crotoy). Ces îlots ont ensuite été reliés les uns aux autres par les dépôts d'alluvions, réduisant ainsi la surface de la baie[4]. Ainsi, un vaste espace composé des dépôts sédimentaires successifs s'est formé.

Les pêcheurs profitaient de la marée basse pour y installer leurs filets[8].

Le grand barrement du XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

La digue de galets qui le séparait de la mer a été fermée au milieu du XVIIIe siècle (1750 à 1773 : le grand barrement[2]) à des fins agricoles. Cette fermeture "concluait" les aménagements entrepris dès le XVIIe siècle avec la mise en place de nombreuses renclotures (enclos d'Onival, 1646, enclos de Woignarue, 1667, enclos de l'Enviette, 1750[9]..) pour retirer aux Bas-Champs de Cayeux-sur-Mer tout caractère maritime. Ainsi naissait le Hâble d'Ault.

La lutte contre la mer[modifier | modifier le code]

Le Hâble d'Ault

En février 1990, la conjonction de marées importantes, d'une tempête de 4 jours et de forts vents d'ouest-sud-ouest, ont amené une inondation majeure de 3 000 ha des Bas-Champs. La mer, acculée derrière le cordon de galets, finit par se vidanger en emportant 100 m de cordon au niveau du Hâble d’Ault. Le cordon de galets a été renforcé par des épis (79 épis installés entre 1997 et 2002) pour protéger les Bas-Champs des attaques de la mer. Ces épis doivent être régulièrement (et souvent) rechargés en galets à cause du travail de sape de la mer, qui en 3 ans en emporte 450 000 m3 plus au nord. Les galets pour recharge sont donc récupérés plus au nord, vers Brighton (à 2 km au nord de Cayeux-sur-Mer), et ramenés sur les épis d'Onival et du Hâble d'Ault. Pour les seuls épis de Woignarue ce sont 30 000 m3 de galets qui doivent être fournis chaque année[7].

Activités économiques[modifier | modifier le code]

Diverses activités subsistent au Hâble d'Ault, comme :

ainsi que des activités de loisirs comme la chasse au gibier d'eau, activité traditionnelle.

La réserve de chasse et de faune sauvage du Hâble-d'Ault[modifier | modifier le code]

Une hutte de chasse au gibier d'eau

Cette zone humide protégée est un site unique pour les ornithologues.

La réserve de chasse du Hâble-d'Ault et les marais et prairies contigus, ainsi que la Maison de la Baie de Somme et de l'Oiseau[10], sont réputés pour leur richesse ornithologique.

On y a recensé 270 espèces au cours des deux derniers siècles.
Le Groupe Ornithologique Picard (GOP)[11] y fait des observations[12] et comptages depuis quelques années.

Le Conservatoire du littoral a acquis, depuis 1986, plus de 100 ha de terrains dans cette zone[13], qui s'ajoute aux 62 ha de cette Réserve gérée par l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS)[14].

Mais avec les terrains communaux et privées, c'est une superficie de près de 750 ha qui est considérée comme "site naturel".

Écologie[modifier | modifier le code]

Pour beaucoup d'oiseaux d'eau qui empruntent le corridor des falaises du pays de Caux pour atteindre leur zone de nidification, le Hâble-d'Ault est leur première zone de halte migratoire.
Cet espace désormais protégé de prairies, étangs et roselières, est devenu pour beaucoup d'espèces aviaires une zone d'hivernage et de reproduction.

Faune[modifier | modifier le code]

cheval Henson à Ault

L'avifaune nicheuse y est riche. Pratiquement toutes les espèces d'anatidés nicheurs de France se reproduisent sur ce site :

Des espèces de limicoles comme :

Les laridés nicheurs sont :

On y trouve aussi les :

Par ailleurs c'est une zone d'hivernage pour trois espèces de fuligules :

également pour trois espèces de plongeons, cinq espèces de grèbes, le bruant lapon, le bruant des neiges, la linotte à bec jaune, l'alouette hausse-col

On y observe aussi :

Les étangs abritent :

Flore[modifier | modifier le code]

On y observe des espèces rares ou remarquables :

Galerie[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

La gestion du Hâble d'Ault a été confiée au Syndicat Mixte Baie de Somme Grand Littoral Picard (SMACOPI)[17], entité du Conseil général de la Somme, devenu depuis Syndicat Mixte Baie de Somme Grand Littoral Picard.

Partenaires et protection du site[modifier | modifier le code]

Panneau indicateur (Maison de l'Oiseau)

Dans le cadre du réseau Natura 2000 une action est menée (code FR2200346)[18] en Site ou proposition de Site d'Importance Communautaire (SIC/pSIC) depuis mars 1999.

Dans le cadre de la convention de Ramsar sur les zones humides[19], le Hâble d'Ault est intégré dans le programme de la réserve naturelle de la Baie de Somme.



Visite[modifier | modifier le code]

Un chemin de 5 km longe la mer entre Cayeux-sur-Mer et Onival. Il permet d'observer de nombreux oiseaux tels que Cygne tuberculé, Courlis cendré, Oie cendrée, Tadorne de Belon… sur les étangs équipés de huttes pour la chasse au gibier d'eau.
Une table d'orientation se trouve sur ce chemin, au niveau du lieu-dit de Hautebut.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Muséum national d'Histoire naturelle, « HABLE D'AULT (FR1100007) », sur Inventaire national du Patrimoine naturel, (consulté le 29 septembre 2013)
  2. a et b Cayeux-sur-Mer, Le territoire communal - Patrimoine culturel de Picardie.
  3. Les rivages de la Somme, autrefois, aujourd'hui et demain. F. Dallery. Mémoires de la Société d'émulation historique et littéraire d'Abbeville. Ed. Picard, Paris. 1955.
  4. a et b Ault : Sa géographie, sur le site de la commune d'Ault.
  5. Ault : son histoire, sur le site de la commune d'Ault
  6. fiche ZNIEFF. Site officiel.
  7. a et b Le cordon littoral d'Ault au Hourdel et la protection des Bas-Champs. Par Jacques Beauchamp.
  8. Entre terre et mer dans la réserve d'avifaune - Le Hâble d'Hault. Henri Cappelle, dans Science & Vie n° 1135, avril 2012, p. 50-63.
  9. Lefèvre, 1979
  10. Maison de l'oiseau Site : Destination Baie de Somme
  11. Avifaune picarde, site du Groupe Ornithologique Picard.
  12. observations effectuées au Hâble-d'Ault, site du Groupe Ornithologique Picard.
  13. Hâble d'Ault Conservatoire du littoral
  14. ONCFS, site officiel de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage.
  15. Triton crêtéRéseau Natura 2000
  16. juncus compressus
  17. Syndicat Mixte Baie de Somme Grand Littoral Picard, site officiel.
  18. Estuaires et littoral picards, réseau Natura 2000.
  19. convention de Ramsarsite officiel