Gyula O. H. Katona

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gyula O. H. Katona
Gyula Katona.jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (77 ans)
BudapestVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Enfant
Gyula Y. Katona (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
institutions
Institut Alfréd Rényi, Université Loránd Eötvös
Domaine
Membre de
Site web
Distinctions
Œuvres réputées

Gyula O. H. Katona (né le 16 mars 1941 à Budapest) est un mathématicien hongrois qui travaille en combinatoire et en informatique théorique.

Carrière[modifier | modifier le code]

Katona encore élève a gagné plusieurs prix mathématiques, entre autres aux premières olympiades internationales de mathématiques de 1959 en Roumanie. Il étudie à l’université Loránd Eötvös à Budapest, ou il obtient en 1964 son diplôme en mathématiques et en 1968 un doctoirat sous la direction d'Alfréd Rényi (Sperner type theorems). En 1972 il obtient le titre de candidat à l'Académie hongroise des sciences et en 1981 il soutient son habilitation (titre de « doktor nauk » dans le système russe). À partir de 1966 il travaille à l'Institut de mathématiques de l'Académie hongroise des sciences, institut qui prend ultérieurement le nom d'Institut Alfred Renyi, et dont il est directeur de 1996 à 2006. De plus, il enseigne depuis 1964 université Loránd Eötvös.

Katona était professeur invité et chercheur invité notamment à l'université de Caroline du Nord (1969), à l'université de Göttingen (1974), à l'université d'État du Colorado, à l'université d'État de l'Ohio, à l'Institut de mathématiques de l'Académie des sciences de l'URSS (1979), à l'université Case Western Reserve, à l'université de l'Illinois à Urbana-Champaign et à l'université de Californie à San Diego.

Recherche[modifier | modifier le code]

Katona travaille en combinatoire, notamment sur des problèmes extrémaux en théorie de graphes et hypergraphes, en théorie des bases de données, algorithmes de fouille, cryptographie. Katona a démontré, indépendamment de Joseph Kruskal, un théorème de la théorie combinatoire des ensembles et qui porte leurs deux noms (théorème de Kruskal-Katona) et qui caractérise les f-vecteurs dans les complexes simpliciaux[1],[2]. En 1972, il publie une démonstration simple du théorème d'Erdős-Ko-Rado en combinatoire[3].

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Depuis 1955 il est membre correspondant, et depuis 2001 membre de l'Académie hongroise des sciences. Il est membre de l'Académie européenne des sciences et de l’Académie bulgare des sciences . En 1975 il reçoit le prix Alfréd Rényi de l'Académie hongroise des sciences, et en 1989 le prix de l'Académie. De 1990 à 1996 il était secrétaire général de la société mathématique de Hongrie (Janos Bolyai), qui lui a décerné le prix Grünwald en 1966 et en 1968. Depuis 2006 il en est président. Il a obtenu l'ordre du mérite de la république de Hongrie (officier) et le prix Szechenyi (2005). De plus, il a reçu la médaille Ernst-Moritz-Arndt (de) de l’université de Rostock.

Gyula O. H. Katona est marié et a deux fils. Son fils Gyula Y. Katona (de) (né en 1965) est aussi mathématicien et travaille sur des sujets voisins.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gyula Katona, « A theorem of finite sets », dans Paul Erdős et Gyula Katona (éditeurs), Theory of graphs (Proc. Colloq. à Tihany, 1966), Akadémiai Kiadó et Academic Press, (Math Reviews 290982, lire en ligne), p. 187–207.
  2. Réimpression dans Ira Gessel et Gian-Carlo Rota (éditeurs), Classic Papers in Combinatorics, Birkhäuser, (ISBN 978-0-8176-4841-1, présentation en ligne), p. 381-401.
  3. Gyula Katona, « A simple proof of the Erdős-Chao Ko-Rado theorem », Journal of Combinatorial Theory, Series B, vol. 13,‎ , v183-184 (Math Reviews 304181, lire en ligne).

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque royale des Pays-Bas • Bibliothèque universitaire de Pologne • Base de bibliothèque norvégienne • WorldCat