Gynocratie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Gynécocratie)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Matriarcat.

Une gynocratie, ou gynécocratie, est un régime politique dans lequel le pouvoir est exercé par des femmes. Par extension, elle est utilisée pour désigner une structure sociale sexiste et matriarcale. Son antonyme est la phallocratie.

Définition[modifier | modifier le code]

Le terme « gynocratie » vient du grec : gunê, « femme » et cratos, le pouvoir.

Souvent confondu avec le matriarcat (comme le patriarcat avec la phallocratie), il ne s'agit que d'un modèle théorique. Johann Jakob Bachofen, qui a le premier émis[Quand ?] l'hypothèse d'une structure sociale gynocratique ne se réfère jamais au matriarcat. Il appelle le type de gynocratie dont il parle das Mutterrecht, le « Droit maternel ».

Exemples fictifs[modifier | modifier le code]

Mythologie[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

  • Les maîtresses de la cité de Malka de la bande dessinée Le Pays sans étoile (1971), série Valérian, agent spatio-temporel, sont des gynocrates au pouvoir absolu sur les hommes. Cette BD correspond aux temps de la révolution sexuelle et donne une parabole S.F. aux conflits qui s'assimilaient à une « guerre des sexes ». Donnant une situation opposant des catégories sociales hiérarchisées (chaque camp comprend des hommes et des femmes), dont seuls les princes livrent la guerre à l'autre sexe. Le portrait de cette société est particulièrement évocateur puisqu'on y voit des hommes de Malka, de basse extraction, louer les qualités sublimes de maîtresses de guerre gynocrates qui sont l'opposé de la féminité : des géantes guerrières harnachées d'armures de parade, qui apprécient des jeux virils et sanglants de gladiateurs, auxquels Valérian est obligé de participer.
  • La bande dessinée Le Pavillon des hommes de Yoshinaga Fumi (Kana, 2008), figure le Japon de l'époque d'Edo où les femmes prennent le pouvoir après qu'un virus ait décimé les hommes, désormais utilisés pour le plaisir des nouvelles dirigeantes[1].

Littérature[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Leila Minano et Julia Pascual, « L'interdiction de l'avortement se fissure au Chili », article paru initialement en octobre 2015 sous le titre « Bataille pour le droit d'avorter au Chili », Manière de voir no 150, décembre 2016-janvier 2017, p. 45-47.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]