Gym Tonic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gym Tonic (Bob Sinclar).
Véronique et Davina (2014)

Gym Tonic est une émission télévisuelle d'aérobic (de 35 à 60 minutes selon les émissions) animée et coproduite[1] par Véronique de Villèle et Davina Delor, et diffusée le dimanche matin sur Antenne 2. Cette émission générera 2 albums 33 tours en 1982 pour le Vol.1 et 1983 pour le Vol.2, qui eurent un succès phénoménal, rendant l'aérobic populaire et accessible auprès du téléspectateur.

Elle a duré presque quatre ans, de septembre 1982 à juin 1986 et a stimulé l'accès des femmes au sport, et à un sport jugé plus féminin. Pour la sociologie du sport, cette émission a aussi marqué le mouvement de privatisation et de médiatisation du sport, féminin notamment, et selon certains auteurs le développement du passage du sport en tant qu'activité à une sportivisation d'une partie du temps libre et de loisir[2],[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Au tout début des années 1980 en France, le sport est encore élitiste, militaire et masculine[4] ou basique (sport à l'école) et bien moins pratiqué par les femmes que par les hommes[5],[6], et il est encore parfois considéré comme incompatible avec la féminité. La Gym volontaire s'était développée depuis la seconde guerre mondiale, mais sous forme de club dans les patronages (patroclubs)[1].
Dans la dynamique de mai 1968 et des années 1970[7], alors que les métiers évoluent et tendent à sédentariser l'emploi, naît une demande de se réapproprier son corps et de faire du sport, de pratiquer la mise ou remise en forme, de mieux se nourrir. A cette époque le sport féminin, de compétition notamment fait l'objet d'un rapport au gouvernement commandé par la ministre Françoise Giroud (Ce rapport propose notamment d'ouvrir les clubs aux sections féminines, y faire entrer des femmes entraineurs, de mieux ouvrir le sport aux femmes en développant les garderies d'enfant...)[1].

Les deux animatrices, brune et blonde se décrivant comme de caractère opposé, mais spontanément complémentaire[1], se sont rencontrées dans un cours de danse où Davina qui préparait un concours en Suisse propose à Véronique d'être sa danseuse partenaire[1].

Elles décident de produire un cours où l'on aurait plaisir à faire de la gymnastique, en musique, avec des tenues très colorées dans une ambiance de comédie musicale (Fame)[1], sans entrer dans les canons et standards du culturisme[8].

Elles trouvent et louent pour cela un local (un sous-sol industriel qui était un entrepôt de jeans, 66 rue Nicolo)[1]. Le cours d'« energic danse » est à la fois conçu pour être un moment de pédagogie, de convivialité et un spectacle. Les flyers photocopiés et distribués dans le quartier l'intitulent Cours de musculation Work. Trois personnes y assistent le premier jour puis rapidement plusieurs dizaines et jusqu’à 100 personnes[1]. Par rapport aux cours traditionnels où les élèves sont habillés tous de la même manière, ici l'individu est valorisé par sa tenue colorée[9]. Chaque participant est incité par les animatrices à inventer sa tenue et à la fabriquer lui-même (bandeaux, bandanas, guêtres[1]...)[10].

Béatrice Augier, attachée de presse de la station des Arcs s'inscrit à leur cours après les avoir rencontrées lors de leurs vacances aux Arcs. Aux États-Unis, Jane Fonda et les Californiens pratiquent déjà le jogging[1].

À la suite d'un reportage, le nombre de pratiquant augmente, nécessitant d'abattre des cloisons. Le journal Vital consacre un reportage au cours (17 pages), qui attire France 2, qui lance l'émission le 19 septembre 1982, année de publication en France de la traduction française de Ma méthode de Jane Fonda[11].

L'émission, qui a touché jusqu'à 12 millions de téléspectateurs par émission[12], s'est arrêtée le 19 juin 1986[13], en ayant touché tous les dimanches matins entre 10 et 12 millions de téléspectateurs.

La productrice Pascale Breugnot ayant décidé de faire un an de rediffusions, Véronique et Davina ont été moins proches des téléspectateurs et ont donc pris une année sabbatique. De nouvelles émissions auraient dû être tournées mais le projet n’a pas été reconduit à la télévision. Les animatrices ont néanmoins continué cette aventure pendant deux ans au Maroc sur la chaîne câblée 2M avec leur émission 2M en Forme.

Réaction du public[modifier | modifier le code]

Véronique et Davina reçoivent 20 000 lettres de remerciement pour leur émission de septembre 1982 à mars 1983 et vendent 600 000 cassettes de remise en forme pendant les cinq ans de l'émission[14].

Pendant le générique de fin d’émission (à partir d'octobre 1983), Véronique et Davina prennent une douche nues[13]. Cette scène a été un succès phénoménal et a fait le tour du monde.[réf. nécessaire] Après un arrêt de deux semaines, cette séquence a été de nouveau programmée en boucle aux petites heures, à la suite des nombreuses réclamations des téléspectateurs.

Cette émission a contribué à accroître le rythme d'ouverture de salles de gym et notamment de grandes salles (façon gymnases-club, salle des Champs-Élysées à Paris, puis en province, et peut-être au succès du Hip-Hop apparu en 1984.

Gym Tonic est restée célèbre par la suite, notamment grâce à la musique du générique composée par Alain Goraguer, qui a été reprise et remixée de nombreuses fois. Les paroles de cette musique sont composées d'onomatopées, et elle est caractérisée par son refrain contenant toutoutouyoutou[15]. Elle est par exemple devenue la musique-phare des publicités pour le numéro de renseignements 118 218 à partir de 2004, publicités qui parodient aussi l'émission avec deux hommes moustachus, dans des tenues d'aérobic.

TF1 a ensuite également proposé une émission de gymnastique (téléforme) et cette forme de gymnastique s'est intégrée dans le phénomène de privatisation et mondialisation du sport[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j France-Culture, La Fabrique de l'Histoire, Émission consacrée à ce sujet, rediffusée 2014-12-29
  2. Donnât, O. (1987). Du sport à la sportivisation : une rupture ?. Connexions, 150
  3. Suchet, A. La sportivisation des pratiques, dites, nouvelles ; Univeristé de Laval.
  4. Garrigues, P. (1987). D'une gymnastique militaire et scolaire à une gymnastique multiforme et féminine. Économie et statistique, 204(1), 35-41.
  5. Davisse, A., & Louveau, C. (1998). Sports, école, société: la différence des sexes: féminin, masculin et activités sportives. Éditions L'Harmattan.
  6. Saint-Martin, J., & Terret, T. (2005). Sport et genre (volume 3). Éditions L'Harmattan.
  7. Travaillot, Y., & Haissat, S. (2007). Corps sportifs: corps à la mode au féminin depuis les années soixante ?. Corps, (1), 19-24.
  8. Travaillot, Y. (2002). Le monde culturiste face aux gymnastiques aérobiques dans la première moitié des années 1980: les conceptions divergentes des acteurs du système d'offre. Staps, (1), 39-52 (résumé).
  9. Bidaud, A. (1988). Rencontres sportives, l'individu en jeu. Espaces Temps, 37(1), 35-43.
  10. Bidaud, A. (1988). Rencontres sportives, l'individu en jeu. Espaces Temps, 37(1), 35-43
  11. Archambault F & Artiaga L (2008) Plus vite, plus haut, plus riche. Le Temps des médias, (2), 137-148.
  12. Koebel, M. (2010). L'intégration par le sport : une croyance durable. Empan, (3), 28-39.
  13. a et b « Gym tonic - L'Encyclopédie des émissions TV », sur Toutelatele.com (consulté le 31 octobre 2012)
  14. Yves Travaillot, Sociologie des pratiques d'entretien du corps : l'évolution de l'attention portée au corps depuis 1960, Presses universitaires de France, coll. « Pratiques corporelles »,‎ 1998 (ISBN 9782130493242), p. 96
  15. http://www.bide-et-musique.com/song/1324.html
  16. Terret, T. (2011). Sport et mondialisation (1975-2011). Que sais-je?, 3, 88-105

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dansou P, Kotin M.L, Laleye A, Lawani M & Darboux R (2004) Effets des exercices physiques sur la cellularité adipeuse des femmes obèses préménopausées. Cahiers d'études et de recherches francophones/Santé, 14(3), 183-186 (résumé).
  • Dine, P. (2003). The end of an idyll? Sport and society in France, 1998-2002. Modern & Contemporary France, 11(1), 33-43.
  • Feillet R & Roncin C.(2001) Représentations du vieillissement et du risque dans les activités physiques et sportives à la retraite. Loisir et Société/Society and Leisure, 24(1), 205-222 (résumé).
  • Le Breton D & Walker R.S (1988) Dualism and Renaissance: Sources for a modern representation of the body. Diogenes, 36(142), 47-69.
  • Mischler S & Pichot L.(2005) La nécessaire diversification des politiques de salles de fitness. Les logiques d’action des entreprises de la forme en Alsace. Loisir et Société/Society and Leisure, 28(1), 239-263 (résumé).
  • Travaillot Y (1998) Sociologie des pratiques d'entretien du corps : l'évolution de l'attention portée au corps depuis 1960. Presses universitaires de France (résumé).
  • Sabrina G (2007) Le marché du Fitness en France. Publications Oboulo.com.