Gwenn-Aël Bolloré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bolloré (homonymie).
Gwenn-Aël Bolloré
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Frères

Gwenn-Aël Bolloré ( - , Ergué-Gabéric) est un homme d'affaires, éditeur et résistant français. Membre des commandos Kieffer pendant la Seconde Guerre mondiale, il est l'un des combattants de la France libre qui débarquent en Normandie le .

Il est le frère de Michel Bolloré, de René Bolloré, de Jacqueline Cloteaux et l'oncle de Vincent Bolloré.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de René Bolloré (1885-1935)[1],[2] et d'Amélie Thubé (1889-1977), fille de l'armateur nantais Gaston Thubé[3].

Il décide à l'âge de 17 ans de s'engager dans les Forces françaises libres et pour cela vend son cheval puis part à Londres (où il retrouve son frère René, arrivé quelques mois plus tôt) dans une petite embarcation de fortune avec laquelle il traverse la Manche. Il dissimule son âge et sa forte myopie lors des tests d'aptitudes pour être enrôlé dans les commandos Kieffer avec lesquels il participe au débarquement de Normandie le et qui prennent d'assaut la plage et la ville de Ouistreham.

Il a consigné ses mémoires de guerre dans un livre J'ai débarqué le 6 juin 1944. Il fut interviewé dans un épisode de la série télévisée Les Grandes Batailles de Daniel Costelle, Jean-Louis Guillaud et Henri de Turenne.

Après guerre, il s'intéresse à l'océanographie, passe un doctorat et crée le musée océanographique d'Odet. Écrivain, il signe une vingtaine d'ouvrages. Cinéaste, il produit plusieurs courts métrages et un long métrage nommé Les Naufrageurs, dont il écrit également le scénario. Il en fera un livre, Moïra la naufrageuse.

Il est vice-président des Papeteries Bolloré de 1952 à 1974.

Dans les années 1960, il est également PDG des éditions de la Table Ronde dont le directeur est Roland Laudenbach. Ces éditions publient un grand nombre d'ouvrages hostiles à la politique gaulliste en Algérie et favorables à l'OAS. Parmi les auteurs : Jacques Isorni, Jean-Louis Tixier-Vignancour, Jacques Laurent, Jean-Marie Bastien-Thiry, Pierre Sergent... Cela vaut à Gwenn-Aël Bolloré d'être condamné à plusieurs reprises pour offenses au chef de l'État. Il fait donc partie de ces Français ralliés à la France Libre ou à la Résistance en 1940 et qui ont été des opposants à de Gaulle lors de l'affaire algérienne tels Georges Bidault, Jacques Soustelle, le colonel Rémy, Pierre Sergent, Pierre Chateau-Jobert (alias "Conan")...

À son initiative, en 1961, fut créé le prix Bretagne, aujourd'hui prix Breizh, prix littéraire qui récompense un auteur d'origine bretonne ou ami de la Bretagne.

Il est l'auteur d'ouvrages sur la pêche et la Bretagne. Il a publié également des essais et des poèmes.

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]