Gwenda Morgan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Morgan.
Gwenda Morgan
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
GraveuseVoir et modifier les données sur Wikidata

Gwenda Morgan (Petworth (Angleterre), 1908 – 1991) est une graveuse sur bois britannique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gwenda Morgan est née le à Petworth (Angleterre), où son père s'était installé pour travailler chez le quincaillier Austens duquel il devint propriétaire.

Elle va à l'école à Petworth[1] et va au lycée Brighton and Hove High School (en) de Brighton et Hove. Elle étudie ensuite au Goldsmiths' College of Art à partir de 1926[2]. À partir de 1930, elle poursuit ses études à la Grosvenor School of Modern Art (en) dans le quartier londonien de Pimlico. Elle a comme professeur Iain Macnab (en), qui a eu une très grande influence sur Morgan.[3].

La Grosvenor School est une école d'art progressiste, et le façonnage de graveurs sur bois et de linograveurs d'élite correspond à son approche des arts[4].

Pendant la seconde Guerre mondiale, elle travaille comme « Land Girl (en) », juste à l'extérieur de Petworth. Ses Mémoires sur cette période sont publiés en 2002 sous le titre The Diary of a Land Girl, 1939-1945.

Morgan est un fellow de la Royal Society of Painter-Etchers and Engravers, une membre honoraire de la Society of Wood Engravers et un membre de la National Society of Painters, Sculptors and Engravers, exposant régulièrement dans leurs expositions annuelles. Elle a aussi exposé à la Royal Academy et à la Redfern Gallery (en)[5].

Gwenda Morgan meurt dans sa ville natale en 1991.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Son corps d'œuvre principal est constitué de paysages et de bâtiments autour de Petworth et de South Downs. Elle a été fortement inspirée et influencée par Iain Macnab (en), Douglas Bliss (en) et Eric Ravilious (en)[3].

Morgan a reçu de nombreuses commandes d'illustrations d'ouvrages. Elle a produit pour la Samson Press (en) le frontispice pour Duke Hamilton's Wager (1934)[6] et Pictures and Rhymes (1936)[7]. Elle a aussi illustré quatre livres pour Golden Cockerel Press, dont Elegy Written in a Country Churchyard (1946) et Grimms' Other Tales (1956) de Thomas Gray.

Conservation[modifier | modifier le code]

Ses estampes sont conservées dans les collections du Victoria and Albert Museum et du British Museum à Londres, de l'Ashmolean Museum d'Oxford et du Fitzwilliam Museum de Cambridge, notamment.

Certaines sont dans l'exposition permanente du Leconfield Hall, à Petworth, à qui Gwenda Morgan a légué une grande partie de son œuvre à sa mort. Des gravures originales ont été vendues pour soutenir économiquement cette institution.

En 2015, l'Art Gallery of Greater Victoria (en) de Victoria (Canada) organise l'exposition « A Study in Contrast: Sybil Andrews and Gwenda Morgan » pour comparer les œuvres des artistes provenant de la Grosvenor School[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de la page de Wikipédia en anglais intitulée « Gwenda Morgan » (voir la liste des auteurs).

  1. (en) Peter Jerrome, Introduction de The Diary of a Land Girl, 1939-1945, Whittington Press, 2002.
  2. (en) Albert Garrett, A History of British Wood Engraving, 1978, p. 389.
  3. a et b (en) Christopher Sandford, « Gwenda Morgan: an Engraver of the Countryside », Studio International, 1950, vol. 140, p. 16.
  4. (en) Jeanne Cannizzo, A Study in Contrast: Sybil Andrews and Gwenda Morgan, Art Gallery of Greater Victoria, Canada, 2015.
  5. a et b (en) Peter Zimonjic, « Sybil Andrews and Gwenda Morgan: A Tale of Two Artists », NGC Magazine, 19 janvier 2015, National Gallery of Canada.
  6. (en) Catherine Neil, Duke Hamilton's Wager: a Ballad, Warlingham, Surrey, Samson Press, 1934.
  7. (en) Julian Francis, Image and Word: The Julian Francis Collection of Prints and Illustrated Books (cat. exp.), Monnow Valley Arts, 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]