Guyonvelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Guyonvelle
Guyonvelle
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Haute-Marne
Arrondissement Langres
Canton Chalindrey
Intercommunalité Communauté de communes des Savoir-Faire
Maire
Mandat
Jean-Louis Ouzelet
2014-2020
Code postal 52400
Code commune 52233
Démographie
Gentilé Guyonvellois
Population
municipale
107 hab. (2017 en augmentation de 1,9 % par rapport à 2012)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 51′ 18″ nord, 5° 42′ 30″ est
Altitude Min. 244 m
Max. 413 m
Superficie 5,34 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne
Voir sur la carte administrative de la Haute-Marne
City locator 14.svg
Guyonvelle
Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Marne
City locator 14.svg
Guyonvelle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Guyonvelle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Guyonvelle

Guyonvelle est une commune française située dans le département de la Haute-Marne, en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Guyonvelle
Soyers Voisey
Guyonvelle
Anrosey Laferté-sur-Amance Velles

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
19/05/1929 27/01/1944 Albert Bresson Radical-Socialiste  
28/01/1944 16/03/1975 André Bresson Radical-Socialiste Conseiller général
17/03/1975 18/03/1983 Jean-Marie Bresson PS  
19/03/1983 13/05/2008 Jean-François Guéniot DVG Conseiller général
13/05/2008 En cours Jean-Louis Ouzelet DVD  

Population et société[modifier | modifier le code]

Une rue du village vers 1907.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[2].

En 2017, la commune comptait 107 habitants[Note 1], en augmentation de 1,9 % par rapport à 2012 (Haute-Marne : -3,57 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
303368397328382365387379383
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
314324338334318289289251219
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
222222197180181194204212215
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
227225189177146120121121105
2017 - - - - - - - -
107--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Autre famille de la commune, la famille Bresson, qui durant près d'un demi-siècle sera aux commandes politiques et économiques de la commune. En effet au début du XXe siècle, Albert Bresson fonde une petite scierie non loin de là, à Laferté-sur-Amance. Rapidement cette petite affaire va prendre de l'importance, au niveau local puis départemental, de plus Albert Bresson devient maire de Guyonvelle en 1929, charge qu'il exercera jusqu'à sa mort en 1944. Au sortir de la guerre, ce que l'on nomme désormais la « SA Bresson » est en pleine expansion dans un contexte d'euphorie économique lié a la reconstruction. Les deux fils d'Albert, André et Lucien Bresson reprennent la tête de l'entreprise, c'est ainsi que se met en place une direction à deux têtes, celle-ci se fera dans une parfaite entente. En ce qui concerne la succession à la mairie, c'est l'ainé André qui suivra les traces de son père. Dès la mort de son père, il est élu en 1944 maire de Guyonvelle, et la même année conseiller général, charges qu'il exercera à son tour jusqu'à sa mort en 1975. Durant ce qu'il est devenu courant d'appeler « les trente glorieuses », l'entreprise connu son âge d'or. Entre 1956 et 1962, une deuxième usine ouvre à Nuits-Saint-Georges (Côte d'Or), mais pour des raisons d'éloignement géographique entre les usines, car celle de Laferté est destinée à la conception de produits bruts (traverses de chemins de fer, grumes...), la deuxième est une parqueterie, cette dernière sera revendue. C'est ainsi que peu après André et Lucien Bresson rachètent une usine de déroulage à Hortes (Haute-Marne) qui cette fois ci est proche de Laferté et offrira de nouveaux débouchés. À cette époque, la Famille Bresson emploie plus d'une centaine de personnes, ce qui est considérable dans un département ou l'industrie est très peu développée en dehors de l'agroalimentaire, et que ce département est très peu peuplé. De ce fait, ce sera la première scierie du département, ainsi qu'une des premières usines exportatrices. La plupart des employés sont originaires de Guyonvelle, ce qui va faire des Bresson le quasi unique employeur de cette commune, un cas unique dans la région, ainsi on verra se développer un paternalisme puissant au sein de ce qu'on nommera la communauté. André est le patriarche, le père.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]