Guy Vallancien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guy Vallancien
Vallancien.jpg

Guy Vallancien

Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Site web
Distinctions

Guy Vallancien, né le à Boulogne-Billancourt, est un chirurgien français, membre de l'Académie nationale de médecine et de l'Académie nationale de chirurgie, professeur honoraire d'urologie à l'université Paris Descartes. Il a fondé et préside la Convention on health analysis and management (CHAM).

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études au lycée Janson-de-Sailly, il opte pour une carrière médicale et devient interne des hôpitaux de Paris en 1972. Il soutient sa thèse en 1978, puis occupe un poste de chef de clinique-assistant à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, de 1979 à 1982. Il rejoint ensuite le Centre médico-chirurgical de la porte de Choisy à Paris. Nommé professeur des universités en 1992, il dirige le département d’urologie à l’Institut mutualiste Montsouris[1] de 1996 à 2011.

Secrétaire général de l’Association française d’urologie (AFU) de 1986 à 1992, il est nommé chairman du Comité des Lois de l’European Association of Urology (EAU) en 1991 puis membre du Strategy Planning Board de 1998 à 2001, office de la même association. Il est trésorier de la Société internationale d’urologie de 1997 à 1998.

Membre de l’Académie nationale de médecine[2]Il est aussi membre de l’Académie nationale de chirurgie[3], et ancien secrétaire général du Conseil national de la chirurgie, de 2008 à 2012[4].

Il reçoit la médaille d’or de l’Association française d’urologie en 2000.

Activités universitaires et politiques[modifier | modifier le code]

Professeur honoraire d'urologie à l'Université Paris Descartes, auteur de nombreuses publications scientifiques, Guy Vallancien est un pionnier internationalement reconnu ans la mise au point et le développement de la chirurgie cœlioscopique[5] et robotique des cancers de la prostate[6],[7], du rein[8] et de la vessie, ainsi que dans les innovations techniques du traitement des lithiases urinaires par voie per-cutanée et par lithotripsie extracorporelle.

Il a fondé et préside la Convention on Health Analysis and Management (CHAM)[9]. ainsi que l’École européenne de chirurgie (EEC)[10] (2001-2017) et le Cercle Santé Société (2004-20016).

Il a été chargé de mission auprès du ministre de la Santé, Jean-Francois Mattei, en 2002-2003 dans le cadre du Plan hôpital 2007 sur la gouvernance hospitalière[11]. Il a aussi été chargé de mission sur la chirurgie dans les petits hôpitaux par Xavier Bertrand, ministre de la santé.

Il est l’auteur des rapports sur la chirurgie dans les petits hôpitaux[12] et sur la rémunération des chirurgiens[13] et sur les maisons de santé, ainsi que d'un rapport sur la gouvernance hospitalière à la demande des ministres de la Santé Xavier Bertrand puis Roselyne Bachelot-Narquin.

Il a participé à la commission présidentielle sur le réforme des centres hospitalo-universitaires (2009) et a publié plusieurs s livres sur la médecine et la santé et les progrès scientifiques et techniques issus des avancées de la computation numérique et de la robotique dont La médecine sans médecin? le numérique au service du malade chez Gallimard, 2015 et Homo Artificialis, plaidoyer pour un humanisme numérique chez Michalon, 2017 dans lequel il refuse les dérives transhumanistes d'une seule augmentation quantitative de l' homme et prône un panhumanisme intégrant l'intelligence artificielle et les robots dans nos vies à condition qu'ils restent au service de l'homme sans le dominer. Il appelle à plus d'être plutôt qu'a plus de performances.

Il publie des tribunes dans Les Echos, Le Monde et le Huffington Post et développe son activité de conférencier et de conseiller.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Ouvrages grand public[modifier | modifier le code]

  • Les hommes aussi ont leurs secrets… : la prostate, ses maladies, les différents traitements, leurs coûts, Monaco,  éd. du Rocher, 1998, 169 p. (OCLC 717613309)
  • La Prostate après 40 ans : où est-elle ? à quoi sert-elle ? ses maladies, les différents traitements, Paris, Le Rocher, 2003, 207 p. (OCLC 469594069)
  • La révolution médicale (avec Thomas Tursz, Jean Pierre Davant et Pierre Boncenne), Paris, Le Seuil, 2003, 211 p. (OCLC 835225997)
  • La Santé n’est pas un droit : manifeste pour une autre médecine, Paris, éditions Bourin, 2007, 199 p. (OCLC 421814894)
  • La médecine sans médecin ? Le numérique au service du malade, Paris, Gallimard, coll. « Le Débat », 2015, 304 p. (ISBN 9782070148844)
  • Homo Artificialis, plaidoyer pour un humanisme numérique, Paris, éditions Michalon, 2017

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]