Guy Sioui Durand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Guy Sioui Durand (né à Wendake près de Québec en 1952) est membre de la nation des Hurons-Wendat. Il est sociologue de l'art (Ph.D), commissaire indépendant, conférencier et auteur. Il œuvre en art amérindien et en art actuel depuis 1978.

Biographie[modifier | modifier le code]

Auteur[modifier | modifier le code]

En 1997 il publiait le livre L'Art comme alternative. Réseaux et Pratiques d'art parallèle au Québec 1976-1996 [1],[2]. Deux ans plus tard, il collaborait à Déclics, art et société : le Québec des années 1960 et 1970[3]. Puis suivi l'ouvrage Les Très Riches Heures de Jean-Paul Riopelle en 2000[4].

En 2003, paraissaient Riopelle. L’Art d’un trappeur supérieur. Indianité[5] et les essais Art sauvage / Indian acts[6] et Jouer à l’Indien est une chose, être un Amérindien en est une autre  dans la revue Recherches amérindiennes au Québec Quand les autochtones expriment leur dépossession. Arts, Lettres, Théâtre[7]. Il écrivait le dossier Indiens Indians Indios de la revue Inter numéro 104 en 2010[8].

Enseignements et expertises[modifier | modifier le code]

En 1978, Guy Sioui Durand cofondait de la revue en art actuel Inter à Québec [9].

Été 2006, il était le commissaire invité du 24e Symposium de Baie-Saint-Paul[10]. Janvier 2008, il collaborait avec l'organisation des fêtes du 400e anniversaire de la Ville de Québec comme conseiller pour l'espace 400e pour les activités des premières nations et des arts visuels lors des célébrations[11].

Quatre ans plus tard soit en 2011, il dispensait le cours Regard sur l'art actuel au baccalauréat interdisciplinaire en art à l’Université du Québec à Chicoutimi. Pour l'année 2013, il fut conseiller pour la nouvelle édition de l'exposition du Musée de la civilisation de Québec C'est notre histoire. Premières Nations et Inuit du XX1e siècle[12]. De plus, le 25 janvier 2013, le Musée d'art contemporain de Baie-St-Paul lui décernait la mention de membre honoraire pour son implication dans cette institution et lors de l'organisation du 24e Symposium qui eu lieu sept ans plus tôt [13]. Un an plus tard, il était responsable du séminaire à la maitrise Sociologie de la culture et des pratiques culturelles au Département de Sociologie de l'Université Laval.

À ce jour, en 2016, M. Sioui Durand enseigne comme chargé de cours Initiation à l'art autochtone moderne et contemporain à l’Institution Kiuna à Odanak[14] et est l'actuel président du conseil d'administration des éditions Interventions[15].

Conférencier[modifier | modifier le code]

Guy Sioui Durand participait comme conférencier à plusieurs évènements comme notamment en mai 2013 ou il propose une conférence de clôture intitulée De l'invention du sauvage aux nouveaux chasseurs / chamans / guerriers et tricksters de l'art à la conférence Art contemporain et identités autochtones de l’Institut national d'histoire de l'art à Paris[16]. Également, il proposait en 2014 au Bel-Esse Exchange à Belfast une conférence au Colloque Iakwé:iahre (se remémorer)[17] du Collectif des commissaires autochtones [18].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Collectif des commissaires autochtones
  2. Guy Sioui Durand, L'art comme alternative : Réseaux et Pratiques d'art parallèle au Québec, 1976-1996 / Guy Sioui Durand ; préface de Pierre Restany., Québec, Inter, , 466 p. (ISBN 2920500147)
  3. Rose Marie Arbour, Musée de la civilisation Staff, Déclics, Art et Société: Le Québec des années 1960 et 1970, Québec, Les Editions Fides, , 256 p. (ISBN 9782762120899), p150 Chapitre 5
  4. « Enjeux pratiques et théoriques de la littérature autochtone - Partie II », sur archives.cerium.ca (consulté le 1er avril 2016)
  5. Guy Sioui Durand, Jean-Paul Riopelle : L'Art d'un trappeur supérieur : indianité / Guy Sioui Durand, Sainte-Foy, Québec, Éditions GID, , 71 p. (ISBN 2922668509)
  6. (en) grunt gallery, « Essay: 'ART sauvage / INDIAN acts' by Guy Sioui Durand | INDIANacts: Aboriginal Performance Art », sur indianacts.gruntarchives.org (consulté le 1er avril 2016)
  7. Guy Sioui Durand, « Jouer à l’Indien est une chose, être un Amérindien en est une autre », Recherches amérindiennes au Québec : « Quand les autochtones expriment leur dépossession. Arts, Lettres, Théâtre. », no Vol. XXXIII, no 3,‎ , p. 23-35
  8. « Sommaire du numéro 104 de la revue Inter », sur inter-lelieu.org (consulté le 1er avril 2016)
  9. « Détails de l'auteur Sioui Durand, Guy », sur www.leseditionsgid.com (consulté le 28 mars 2016)
  10. « Art contemporain - Le Symposium de Baie-Saint-Paul toujours au rendez-vous », sur http://www.ledevoir.com, (consulté le 21 avril 2016)
  11. « Espace 400e » [PDF], sur ville.quebec.qc.ca, (consulté le 28 mars 2016)
  12. « C'est notre histoire : Expositions : MCQ.org », sur www.mcq.org (consulté le 29 mars 2016)
  13. « 3 amis du musée d'art contemporain de Baie-Saint-Paul honorés », sur http://www.lecharlevoisien.com, (consulté le 21 avril 2016)
  14. « Liste du personnel de l'Institution KIUNA », sur kiuna-college.com (consulté le 29 mars 2016)
  15. « Conseil d’administration, Les Éditions Intervention », sur inter-lelieu.org (consulté le 28 mars 2016)
  16. « Art contemporain et identités autochtones (Paris, 29-30 May 13) - ArtHist: H-Net Information Network for Art History / Archives », sur arthist.net (consulté le 1er avril 2016)
  17. (en) « Iakwé:iahre (we remember/ se remémorer) », sur Aboriginal Curatorial Collective / Collectif des commissaires autochtones (consulté le 1er avril 2016)
  18. (en) « Bel-Esse Exchange – day 2| Lisburn | PAErsche », sur paersche.org (consulté le 1er avril 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]