Guy Lafitte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laffitte.
Guy Lafitte
GuyLafitte.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
SimorreVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Instrument
Label
Genre artistique
Plaque commémorative à Saint-Gaudens

Guy Lafitte, né le à Saint-Gaudens (Haute-Garonne) et mort le à Tournan (Gers), est un saxophoniste ténor de jazz français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après un engagement, très jeune, pendant la guerre, dans les FTP et le maquis, il joue de la clarinette et du saxophone dans des orchestres de musette, il apprend le jazz à la clarinette dans l'orchestre du pianiste montalbanais Jimmy Rena puis il joue dans les cabarets de Toulouse (dont la fameuse Tournerie des Drogueurs), et du sud de la France. Monté à Paris, il troque sa clarinette contre un saxophone ténor. Il est surtout connu pour sa collaboration avec Mezz Mezzrow en 1951-1952, et pour ses concerts avec Big Bill Broonzy en 1951.

Il s'installe à Paris en 1954 et joue avec Lionel Hampton et Emmett Berry. Il a également collaboré à divers projets avec des musiciens comme Jack Diéval, Wild Bill Davis (en) (Milt Buchner et Jo Jones) et Bill Coleman.

Dans le film Paris Blues, un film américain réalisé par Martin Ritt, sorti en 1961, l'acteur noir américain Sidney Poitier joue le rôle d'un saxophoniste de jazz. Toutes les scènes où on le voit et l'entend jouer du saxophone sont doublées par Guy Lafitte.

Dans l'émission radio La prochaine fois je vous le chanterai sur France Inter présentée par Philippe Meyer, le générique de fin est Talma, composée par Pierre Boussaguet, contrebassiste, et interprétée par le Guy Lafitte Quartet (Live 93).

Vers 1971, il laisse tomber la musique pour se consacrer avec son épouse Colombe, à ses moutons dans la ferme qu'il possédait à Tournan dans le Gers [1]. Il reviendra au jazz en 1977 lors une mini tournée avec le trompettiste de La Nouvelle-Orléans Wallace Davenport Jimmy Réna p Mano G Mac Kac d . Dès lors, il participe à de nombreux festival de jazz. Président d'honneur du festival Jazz in Marciac avec Bill Coleman il s'occupa aussi du festival de jazz de Ramatuelle. Ses derniers disques sont faits en compagnie de Pierre Boussaguet à la basse et Jeanot Rabeson au piano. Il devait faire avec Pierre Boussaguet et Jacky Terrasson le festival de Jazz de Montauban en juillet mais décède le 11 juillet 1998.

Un livre aux éditions Art-média raconte sa vie d'après quelques notes écrites au fil des jours.

Récompenses[modifier | modifier le code]

1er Prix « Django Reinhart » 1954 • « Grand Prix du Disque 1956 » de l’Académie Charles-Cros. (Pour l’album avec André Persiany: Classiques du Jazz (Vol.1))

Discographie[modifier | modifier le code]

Sideman[modifier | modifier le code]

  • Arnett Cobb Quintet : Live! (Black & Blue, 1980)
  • Bill Coleman Quintet mit Guy Lafitte: Lions Abroad Vol. 3 - A Lion in Paris (Black Lion, 1973) Bill Coleman - Ben Webster - Guy Lafitte (Jazz Colours, 1973)
  • Lionel Hampton : Paris Session 1956 (EMI)
  • Peanuts Holland Sextet : Jazz In Paris: Peanuts Holland - Buck Clayton - Charlie Singleton (Emarcy, 1954)
  • Sammy Price Quintet : Le Jazz En France - Vol. 14 - Boogie Woogie A La Parisienne (Pathe, 1956)
  • Lucky Thompson Sextet : Lucky Thompson (Swing, 1956)
  • Pierre Boussaguet : Trio Europa (Emarcy, 1998)

Source[modifier | modifier le code]

  • Richard Morton & Brian Cook : The Penguin Guide To Jazz On CD, Sixth Edition, London, Penguin, 2001
  • Guy Lafitte, Comme si c'était le printemps, Laugnac, Art média éd, (ISBN 2914002068)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]