Guy Henniart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Guy Henniart
Image dans Infobox.
Guy Henniart (à droite) en compagnie de Jean-François Le Gall lors d'ICM 2006.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse
Distinctions

Guy Henniart (né en 1953 à Santes) est un mathématicien français, enseignant-chercheur à l'université Paris-Sud.

Biographie[modifier | modifier le code]

Guy Henniart obtient son doctorat à l'Université Paris-Sud en 1978, sous la supervision de Pierre Cartier avec une thèse intitulée Représentations du groupe de Weil d’un corps local[1]. Il fait partie du groupe Nicolas Bourbaki[2].

Il a travaillé notamment sur le programme de Langlands. Il est connu en particulier pour sa preuve de la conjecture locale de Langlands (en) pour le GL(n) sur un corps local p-adique —indépendamment de Michael Harris et Richard Taylor— en 1998[3],[4]. Il a également travaillé sur l'isomorphisme de Satake.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

En 2006, il est orateur invité au congrès international des mathématiciens de Madrid où il donne une conférence intitulée On the local Langlands and Jacquet-Langlands correspondences. En 2011, il reçoit le prix Sophie-Germain.

Publications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Guy Henniart », sur le site du Mathematics Genealogy Project
  2. Maurice Mashaal, Bourbaki : a secret society of mathematicians, American Mathematical Society, , 168 p. (ISBN 978-0-8218-3967-6, lire en ligne), p. 17.
  3. Guy Henniart, « Une preuve simple des conjectures de Langlands pour GL(n) sur un corps p-adique », Inventiones Mathematicae, vol. 139, no 2,‎ , p. 439–455 (DOI 10.1007/s002220050012)
  4. Jonathan Rogawski, « The nonabelian reciprocity law for local fields », Notices of the AMS, vol. 47,‎ , p. 35–41 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]