Guy Coq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

image illustrant un philosophe image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un philosophe français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Coq (homonymie).

Guy Coq est agrégé de philosophie, membre de la rédaction de la revue Esprit et cofondateur de la Fondation du 2 mars. Il assume la présidence de l’association des Amis d’Emmanuel Mounier. Spécialiste de la philosophie de l'éducation, il a donné des cours à l'IUFM de Versailles, ainsi qu'à celui de Poitiers.Il est auteur entre autres de Démocratie, religion, éducation (1993).Partisan de la laïcité, il entend montrer qu'elle n'est en rien incompatible avec l'éducation religieuse à l'école, du moment qu'elle laisse une place pleine et entière à la liberté de choix. Cela suppose une entrée philosophique dans l'étude de la religion. Chaque religion serait une réponse particulière à des questions existentielles qu'il suppose universelles.Historiquement, Guy Coq a joué un rôle considérable dans le débat sur la laïcité; il est l'un des concepteurs de la notion de laïcité ouverte, puis positive (ouverte au religieux, qu'il surnomme le symbolique), ce qui a conduit l'éducation nationale à insuffler de la spiritualité dans l'école, du moins avant le tournant de la loi Stasi sur les signes ostensibles et le rapport Obin sur la mise en danger de la laïcité scolaire.