Guy Caro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guy Caro
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Guy Caro, né le à Plessala, est un médecin hygiéniste et militant régionaliste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille de notables de droite, proche du maire de Loudéac, Pierre Étienne, Guy Caro exerce comme médecin lorsqu'il s'engage en politique, au sein de la Convention des institutions républicaines de François Mitterrand, dont il est le président pour les Côtes-du-Nord en 1966.

À la fin de l'année, il est désigné par la CIR pour la représenter à la direction de la FGDS avec six autres responsables du mouvement mitterrandiste. En 1967, il soutient une thèse d'État[1].

Il adhère cependant rapidement au Parti socialiste unifié, retrouvant des militants de la mouvance catholique de gauche dont il se sent proche. Dans le même temps, il rejoint le Front de libération de la Bretagne, mouvement nationaliste clandestin, qu'il quittera au début de l'année 1970.

Candidat du PSU aux législatives de 1968 dans la circonscription de Loudéac, il arrive en tête de la gauche au premier tour, avec 26 % des voix, mais n'est pas élu.

En mars 1970, il est élu conseiller général dans le canton de Plougenast, battant notamment son père, qui briguait, avec le soutien de la droite locale, la succession du sortant gaulliste qui ne se représentait pas.

Lors du congrès de Lille (juin 1971) du PSU, il appartient à la tendance « Gauche révolutionnaire » et est élu à la direction politique nationale du parti. Animateur de la commission des minorités ethniques, il défend une ligne nationaliste et indépendantiste pour la Bretagne, sans être majoritairement suivi ni par le parti, ni par les militants bretons du PSU.

De nouveau candidat aux législatives en 1973, il souffre de la concurrence du candidat du nouveau Parti socialiste, et perd plus de la moitié de ses voix.

Quelques mois plus tard, il quitte le PSU et inscrit son action militante au sein des Comités d'action bretons.

En 1976, il ne se représente pas dans son canton de Plougenast, mais dans celui, voisin, de Collinée, où il n'obtient qu'un score marginal.

Il s'engage alors dans une autre forme de militantisme, mettant ses compétences professionnelles au service de la lutte contre l'alcoolisme en Bretagne. À ce titre, il s'oppose à la Loi Evin, qu'il juge « puritaine », ainsi qu'à l'interdiction de fumer dans les débits de boisson.

Il reste cependant attaché à la cause régionaliste, et en 1998, mène encore en Ile-et-Vilaine la liste régionalise lors de l'élection régionale.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • La Médecine en question, Paris : Maspero, 1969. Éd. revues et augmentées, 1974 et 1982.
    • (es) La Medicina impugnada : la práctica social de la medicina en la sociedad capitalista, Barcelone : Laia, 1972.
  • Actes de la Rencontre internationale Cultures, manières de boire et alcoolisme, Rennes, 18-21 janvier 1984 (avec Jean-François Lemoine), Rennes : Bretagne, alcool et santé, 1984.
  • Logiques sociales (dir.), L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 1990.
  • Ce soir, on vous met le feu !, Nantes : Éditions du petit véhicule, 1998. Ouvrage consacré au football au Bretagne.
  • De l’alcoolisme au savoir-boire, L'Harmattan, 2006. 2e éd. 2007.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]