Aller au contenu

Guy Brousseau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Guy Brousseau
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Guy Pierre Louis CambesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Université Bordeaux-I (doctorat) (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Directeur de thèse
Site web
Distinctions

Guy Brousseau, né le à Taza (protectorat français au Maroc) et mort le à Cambes (Gironde), est un didacticien des mathématiques français.

Sa contribution théorique essentielle est la théorie des situations didactiques[1], théorie initiée au début des années 1970. Elle forme, avec la théorie des champs conceptuels[2] de Gérard Vergnaud et la théorie anthropologique du didactique [3] de Yves Chevallard, l'un des trois grands cadres théoriques de l'école de didactique des mathématiques française.

La première médaille Felix Klein de la Commission internationale de l'enseignement mathématique lui a été décernée en 2003[4].

Guy Brousseau voit le jour le à Taza (protectorat français au Maroc).

Depuis son plus jeune âge, il voulait devenir instituteur. Il entre donc à l'école normale d'instituteurs[5] et commence une carrière d'instituteur de 1953 à 1962[6].

Au début des années 1960, il obtient un détachement pour participer au mouvement de rénovation de l'enseignement des mathématiques et complète sa formation universitaire[5]. Guy Brousseau commence à publier en 1961 pour la Commission Internationale pour l’Etude et l’Amélioration de l’Enseignement des Mathématiques[5]. Il continue par un manuel pour la première année de l’école élémentaire (1965) et va poursuivre ses publications dans le domaine de la didactique.

Il obtient en 1968 une licence de mathématique et une licence de Sciences de l'éducation[6] et entre à l’université Bordeaux-I en 1969 comme assistant de mathématiques[6]

Il décide de créer le CREM (Centre de recherche pour l'enseignement des mathématiques) à Bordeaux à la suite de sa rencontre avec André Lichnerowicz[réf. nécessaire], dont il occupe la fonction de Directeur de 1967 à 1969[réf. nécessaire].

Il crée par la suite le COREM (Centre pour l'observation et la recherche sur l'enseignement des mathématiques) qu'il dirigera de 1973 à 1998[6]. Il s'agit d'une école à Talence en Gironde (école primaire Jules Michelet) dans laquelle sont tentées et observées des expériences pédagogiques[7]. Cette dernière obtiendra une grande notoriété internationale[8].

Par la suite, il fonde le LADIST (Laboratoire aquitain de didactique des sciences et techniques) qui accompagne le COREM[9].

En 1986, il obtient un doctorat d'État ès sciences et, en 1991, il devient professeur d'université à l’IUFM d’Aquitaine qui vient d’être créé, où il travaille jusqu’en 1998.

Il mène à bien de très nombreuses missions de recherches et de formation dans de nombreux pays d’Europe, d’Amérique Latine et d’Amérique du Nord, mais aussi d’Afrique du Nord et d’Asie du sud est. Ses recherches ont pour sujet l'enseignement des mathématiques, enseignement des nombres naturels et décimaux, des probabilités, des statistiques, de la géométrie, des algèbres élémentaires, de la logique et porte également sur le raisonnement de l'enfant[10].

Guy Brousseau meurt le 15 février 2024[11] à Cambes en Gironde[12], quelques semaines après Bernard Malgrange, qui avait dirigé sa thèse de doctorat[6].

Guy Brousseau est professeur émérite à l'IUFM d’Aquitaine. Il est aussi docteur honoris causa de l'université de Montréal (1997) et de l'université de Genève (2004).

Publications

[modifier | modifier le code]

Guy Brousseau a publié de nombreux ouvrages concernant l'enseignement des mathématiques de 1965 à 2001 avec l'aide de nombreux collaborateurs.

  • Guy Brousseau et G. Ratier, Les mathématiques du cours préparatoire, Dunod, [10]
  • Guy Brousseau, « Le contrat didactique : le milieu », Recherches en Didactique des Mathématiques, La Pensée Sauvage, vol. 9, no 3,‎ , p. 309 - 336 (lire en ligne)
  • Guy Brousseau, « L’erreur en mathématiques du point de vue didactique », Tangente Education, no 7,‎ , p. 4-7
  • Guy Brousseau et Lucienne Félix,  Mathématique et thèmes d'activité à l'école maternelle,
  • Théorisation des phénomènes d'enseignement des Mathématiques, 1986[10]
  • (en) Guy Brousseau et Virginia Warfield, « The case of GAEL », Journal of Mathematical Behavior,‎ , p. 1-46
  • (2000) « Que peut-on enseigner en mathématiques à l'école primaire et pourquoi ? », Repères IREM, n° 38, p. 7-10.
  • (2001) « Les erreurs des élèves en mathématiques : Étude dans le cadre de la théorie des situations didactiques », Petit x 57, 5-30 (IREM et CRDP de Grenoble)
  • (2004) « L'émergence d'une science de la didactique des mathématiques : motifs et enjeux », Repères IREM, n° 55, p. 19-34.
  • (1998) "La théorie des situations didactiques”, Recueil de textes de Didactique des mathématiques 1970-1990" présentés par M. Cooper et N. Balacheff, Rosamund Sutherland et Virginia Warfield. (La pensée sauvage, Grenoble)[10].
  • N. et Guy Brousseau (1987) Rationnels et décimaux dans la scolarité obligatoire[8].

Il va ensuite publier sur des supports locaux (18 Cahiers de l’IREM de Bordeaux de 1969 à 1978)[8]. On trouvera la plupart de ces textes publiés dans des revues comme R.D.M ou dans un recueil qui a été édité en anglais chez Kluwer en 1997 sous le titre : Theory of Didactical Situations in Mathematics.[8]


Références

[modifier | modifier le code]
  1. Alain Kuzniak, « La théorie des situations didactiques de Brousseau », Repères - IREM,‎ (lire en ligne [PDF])
  2. theses.univ-lyon2
  3. « Yves Chevallard (fr) / ARDM », sur ardm.eu (consulté le ).
  4. « Brousseau and Hoyles Receive ICMI Medals », Notices of the AMS, vol. 51, no 6,‎ , p. 662 (lire en ligne).
  5. a b et c « Guy Brousseau », sur ardm.eu ( site de l’Association pour la Recherche en Didactique des Mathématiques ) (consulté le )
  6. a b c d et e « Guy Brousseau - Carrière », sur guy-brousseau.com
  7. « Gironde, berceau de la didactique des mathématiques », sur echos-judiciaires.com, =09/01/24
  8. a b c et d « Guybrousseau », sur Orange.fr
  9. « http://www.ardm.eu/contenu/guy-brousseau#refnote04 »
  10. a b c et d « http://math.unipa.it/~grim/homebrousseau.htm »
  11. ARDM Décès de Guy Brousseau – message de la CFEM
  12. État civil sur le fichier des personnes décédées en France depuis 1970

Articles connexes

[modifier | modifier le code]

Liens externes

[modifier | modifier le code]