Gustave Fougères

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Gustave Fougères, né à Baume-les-Dames (Doubs) le et mort le à Paris, est un archéologue français, spécialiste de la Grèce classique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gustave Fougères effectue ses études à l'École normale supérieure où il est reçu en 1882. Il est licencié ès lettres en 1883 et agrégé des lettres en 1885. Il obtient un doctorat ès lettres en 1898.

Il explore la Thessalie et l'Asie Mineure et fouille le gymnase de Délos (1886) et l'ancienne ville de Mantinée avec son rempart elliptique (1887-1888).

Il voyage à travers la Grèce à maintes reprises et publie son Guide de la Grèce.

Sa carrière académique débute en tant qu'élève de l'École d'Athènes entre 1885 et 1889. Il est par la suite chargé d'un cours complémentaire d'archéologie et d'histoire de l'art à la Faculté des lettres de Lille (1889). Toujours dans cette même faculté, il sera chargé d'un cours complémentaire d'antiquités grecques et latines en 1893. Il est ensuite chargé d'un cours complémentaire d'archéologie et d'histoire de l'art (1896). En 1899, il acquiert le statut de maître de conférences de langue et littérature grecques à la Faculté des lettres de Paris. Il est par la suite chargé du cours d'éloquence grecque (suppléant d'Alfred Croiset) en 1912, et nommé directeur de l'École française d'Athènes en 1913. Sa carrière s'achève sur un poste de professeur d'archéologie, toujours à la Faculté des lettres de Paris (d'octobre 1918 jusqu'à son décès)[1]. Ses cours attiraient beaucoup d'étudiants étrangers[2],[3].

En 1913, alors directeur de l'École française d'Athènes, il poursuit les fouilles déjà commencées à Délos, Thasos et Philippes et ouvre de nouveaux chantiers en Macédoine et en Asie Mineure (Claros, Aphrodisias). Les recherches archéologiques en Grèce sont interrompues par la Première Guerre mondiale.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Mantinée et l'Arcadie Orientale, 1898 (lire en ligne)
  • avec Jean Hulot Sélinonte, colonie dorienne en Sicile, la ville, l'acropole et les temples, Ch. Massin éditeur, Paris, 1910 (lire en ligne)
  • Guide de la Grèce, Guides Joanne, 2e édition, 1911
  • Athènes, Librairie Renouard, H. Laurens éditeur, Paris, 1912 (lire en ligne)
  • Le problème de la frise du Parthénon, dans Revue des Études Grecques, 1919, no 32-146-150, p. 208-226 (lire en ligne)
  • Rapport sur les travaux de l'École française d'Athènes durant l'année 1925-1926 ; lu dans la séance du , dans Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1927, 71e année, no 2, p. 153-166 (lire en ligne)
  • avec Georges Contenau, René Grousset, Pierre Jouguet, Jean Lesquier, Les premières civilisations, Librairie Félix Alcan, Paris, 1929 (lire en ligne)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Gustave Fougères a reçu le titre d'officier de la légion d'honneur. Il est également membre de l'Académie des inscriptions et belles lettres à partir de 1922. Il est lauréat de l'Institut (prix Saintour, prix Bordin, prix Fould), et a reçu une médaille d'argent et une médaille de vermeil de la Société centrale des architectes pour ses fouilles à Délos et Sélinonte[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Christophe Charle, « 38. Fougères (Gustave, Adolphe, François) », Publications de l'Institut national de recherche pédagogique, vol. 2, no 2,‎ , p. 86–87 (lire en ligne, consulté le 11 septembre 2020)
  2. Gustave Fougères (1863-1927), Bulletin de correspondance hellénique, 1928, vol. 52
  3. Gustave Fougères, Bulletin de correspondance hellénique, nécrologie, 1928, vol. 7, p. 394-395

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Salomon Reinach, Éloge funèbre de M. Gustave Fougères, membre de l'Académie, dans Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1927, 71e année, no 4, p. 315-318 (lire en ligne)
  • René Cagnat, Notice sur la vie et les travaux de M. Gustave Fougères, membre de l'Académie, dans Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1928, 72e année, no 4, p. 333-348 (lire en ligne)
  • Gustave Fougères (1863-1927), dans Bulletin de correspondance hellénique (BCH), 1928, no 52, p. 1-2 (lire en ligne)
  • Étienne Michon, Gustave Fougères, directeur des « Monuments et Mémoires » (1863-1927), dans Monuments et mémoires de la Fondation Eugène Piot, 1929, no 30-1-2, p. 5-9 (lire en ligne)
  • Miranda Stavrinou, Gustave Fougères, l'École française d'Athènes et la propagande en Grèce durant les années 1917-1918, dans Bulletin de Correspondance Hellénique (BCH), 1996, no 120-1, p. 83-99 (lire en ligne)
  • Christophe Charle, Fougères (Gustave, Adolphe, François), dans Bibliothèque Historique de l’Éducation, 1986, no 2-2, p. 86-87 (lire en ligne)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]