Gustave Fayet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fayet.
Gustave Fayet
Gustave Fayet.jpg
Gustave Fayet
Naissance
Décès
Nationalité
Drapeau de la France France
Activité
Maître
Père
Distinction

Gustave Fayet (Béziers, Carcassonne, ) est un peintre français, proche de Paul Gauguin et d'Odilon Redon.

Il est inhumé au cimetière vieux de Béziers.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gustave Fayet apprit le métier de peintre auprès de son père, Gabriel Fayet, et de son oncle, Léon Fayet, tous deux admirateurs de Daubigny, Adolphe Monticelli, et Camille Corot.

Son style est très personnel, loin des préoccupations impressionnistes et académiques, plus proche du symbolisme.

Fayet était également collectionneur, possédant des œuvres de Degas, Manet, Monet, Pissarro et surtout Odilon Redon et Paul Gauguin, dont il fut l'un des premiers collectionneurs (avec George-Daniel de Monfreid) et l'un des principaux prêteurs pour les rétrospectives de ce dernier à Weimar en 1905 et à Paris en 1906. Il possédait en particulier près d'une centaine d'œuvres de Gauguin[1].

En 1901, il devint conservateur du musée de Béziers. Il s'installa à Paris en 1905.

En 1908 il acquiert, avec sa femme Madeleine, l'abbaye de Fontfroide (au sud de Narbonne), qu'il s'attache à restaurer et y installe des œuvres commandées à ses amis peintres, notamment Odilon Redon qui peint deux grands panneaux pour la bibliothèque, Le Jour et La Nuit (ce dernier comporte les portraits de la famille du mécène) ainsi que des vitraux qu'il réalise en collaboration avec le maître verrier Richard Burgsthal.

En 1912, il a acquis le château d'Igny (Essonne) dans lequel il vécut jusqu'à sa mort en 1925, acquis à ses héritiers en 1931 par la commune d'Igny qui en fit son hôtel de ville.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Son œuvre est hétéroclite, tant par la richesse des styles que des techniques explorées : peintures à l'huile, aquarelles, gravures, cartons de tapisserie, tapis, comme celui qui ornait en 1993 la chambre de sir Valentin Abdy dans son manoir des Cornouailles (reprod. coul. par Philippe Seulliet dans Renaissance d'un jardin anglais dans "Connaissance des Arts" n° 499 - octobre 1993, p.100), céramiques, etc.[2]).

Elles sont représentées dans de nombreuses collections particulières, ainsi qu'au musée de Béziers (hôtel Fayet) et à l'abbaye de Fontfroide qui accueille une "salle Fayet" depuis 2006. La même année, le musée d'Elne (Pyrénées-Orientales) lui consacre une rétrospective et publie le catalogue de l’exposition.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Expositions[modifier | modifier le code]

  • Gustave Fayet, un artiste en sa demeure, 2015, musée Fayet, Béziers

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hilaire M, « L'Enchantement de Fontfroide », Dossier de l'art n°138, mars 2011, p. 64-71
  2. Notice d'autorité de la Bibliothèque nationale de France.
  3. « Genêts en fleurs », notice no 04450000183, base Joconde, ministère français de la Culture
  4. « Motif floral », notice no 50350229636, base Joconde, ministère français de la Culture

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Natacha Abriat, Alix Audurier-Cros, Dominique Ganibenc, Lionel Rodriguez, Gustave Fayet. Châteaux, vignobles et mécénat en Languedoc, Inventaire général du patrimoine, Région Languedoc Roussillon, , 140 p. (ISBN 9782362190728)
  • sous la direction de Jean-Pierre Barou, Gustave Fayet… « Vous, peintre… », catalogue de l’exposition présentée au musée Terrus, à Elne, du 10 juin au 30 septembre 2006, Montpellier, Indigène éd., 2006, 95 p. avec une bibliographie aux p. 92-95 (ISBN 2-911939-57-3)
  • Mario d'Angelo (coord.), La Musique à la Belle Époque : autour du foyer artistique de Gustave Fayet (Béziers, Paris, Fontfroide), Musée d’art Gustave Fayet à Fontfroide — Observatoire musical français, 2010
  • Roseline Bacou, « Gustave Fayet collectionneur », Cahiers de l'Afpap, n° II, octobre 2010

Liens externes[modifier | modifier le code]