Gustave Catois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Catois.

Gustave Catois, est un instituteur et un homme politique français. Il a notamment été adjoint du maire du Mans.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gustave-Louis Catois est né le à Villepail (Mayenne) et décédé au Mans en [1]. C’est un activiste anticlérical, instituteur à Sainte-Gemme-le-Robert et Évron, directeur de l’association amicale des instituteurs et institutrices laïques de la Mayenne. Franc-maçon, il participe à la Loge Volney.

Il est l’auteur de plusieurs ouvrages historiques et d’un manuel de morale laïque mis à l’Index par les évêques de France en 1909. Il devient adjoint au maire du Mans, et président de la Libre pensée du Mans. Correspondant occasionnel de l'Abbé Angot pour les recherches historiques, il s'opposera à lui dans sa perception du rôle de la Révolution française dans l'éducation.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Notice historique sur Andouillé, Mayenne, Poirier-Béalu, 1890, In-8° , 50 p.
  • L’Orthographe usuelle, Mayenne, Poirier-Béalu, 1891, In-16, 29 p.
  • Lettre ouverte à M. l'abbé Angot, en réponse à un article relatif à l'enseignement primaire avant 1789, paru dans la Revue du Maine (n°de ), Évron : E. Lemeunier, 1903, In-8° , 15 p.
  • Résumés de morale conformes aux programmes officiels et au plan d'études du département de la Mayenne Évron : E. Lemeunier, 1903, In-8° , 36 p.
  • La Guerre à l’école laïque et républicaine dans la Mayenne au commencement du XXe siècle, Paris : E.-M. Lelièvre, 1911, In-8°, 39 p.
  • Réponse à la plaidoirie prononcée par Me Bucquet au procès de l’évêque de Laval. I, la neutralité ; II, l'Inconnaissable, Paris : E.-M. Lelièvre, 1913, In-8°, 26 p.
  • Jeanne D'Arc a-t-elle été brûlée, Imp. Coop. Ouvrière, 1926, 12 p. Paris : Anarchie, 1929, 6 p., Publication mensuelle de L’Anarchie ;
  • Comment barrer la route au fascisme ? Rapport adopté au Congrès national de Strasbourg (), Fédération nationale des libres penseurs de France et des colonies, 1927. (.) In-8, 23 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Journal Ouest-Éclair