Gustave Barrier (religieux)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barrier et Gustave Barrier (homonymie).
Gustave Barrier
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
Nationalité
Activités
Écrivain, ecclésiastiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction

Gustave François Julien Barrier, né le 9 avril 1860 à Ahuillé et mort le 25 novembre 1931, est un religieux, peintre et écrivain catholique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils d'une domestique. Ses études sont payées par un bourgeois de Laval chez qui sa mère est servante. Ordonné prêtre en 1883, il est vicaire à la cathédrale de Laval jusqu'à ce que l'évêque de Laval Pierre Geay le nomme en 1898 chapelain de la nouvelle église Saint-Pierre-de-Laval, puis vicaire général en 1899. Il accepte d'emblée ses directives et d'une façon générale les directives de Léon XIII. Il devient rapidement le confident de l'évêque, et l'informateur de la préfecture et de la direction des cultes. Il est suspecté dès 1901 d'écrire dans les journaux anticléricaux comme L'Avenir de la Mayenne[1]

La loi de séparation des Églises et de l'État brise sa carrière : il assure l'intérim épiscopal depuis la démission de Geay et doit gérer l'exécution des inventaires. Le remplacement de Geay par Mgr Eugène Grellier, en 1906, le conduit à se retirer de l'administration diocésaine. Il devient aumônier de la prison et du lycée de Laval[2]. Il ne s'occupe pas d’œuvres religieuses et consacre ses loisirs à des travaux d'histoire[3].

Après 1906, il prend en sympathie toutes les victimes du progrès de l'intégrisme et son hostilité à l'égard de ceux qui dans l’Église contribue à l'abandon de la politique de Léon XIII. Il est le correspondant du journal Ouest-Eclair. Il est fait chevalier de la Légion d'honneur, par le préfet de la Mayenne le 29 janvier 1927. Il est l'un des héros du roman d'Etiemble, L'enfant de chœur : le père Juillet.

Comme peintre, élève de Jean-Léon Gérôme, Jules Lefebvre et Tony Robert-Fleury, il obtient en 1928 une médaille d'argent au Salon des artistes français dont il est sociétaire[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Un ami de Rome et du pape du XIXème siècle Mgr Henri Sauvé, premier recteur de l'Université catholique d'Angers, Laval, 1898, 2 volumes, in-8, 489 et 547 p.
  • Discours prononcé par M. le chanoine Barrier, vicaire général de Laval, en l'église Saint-Pierre(de-Neuilly-sur-Seine, le 5 février 1903, pour le mariage de M. Pierre Heuzey, député de la Mayenne, avec Melle Jeanne Ollivir, in-18, 16 p.
  • Les fiches pontificales de Monsignor Motagnini, dépêches, réponses et notes historiques, Paris, 1908, in-12, 236 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Courrier du Maine, le 12 mai 1901 et le 5 juin 1904.
  2. Voir le Bulletin des anciens élèves du Lycée de Laval, 1932.
  3. Son énorme documentation, et ses pièces les plus importantes qu'il cachait sous l'autel de la prison de Laval, semblent avoir été détruites après sa mort, à la suite d'une intervention ecclésiastique faite auprès de ses héritiers.
  4. Édouard-Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, tome 1, A-E, Art & Édition, 1930, p. 81

Liens externes[modifier | modifier le code]