Gustave-Joseph Munier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gustave-Joseph Munier
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Grade militaire
Distinctions
Archives conservées par

Gustave Joseph Munier (1828-1897) est un général de division de la IIIe République.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gustave-Joseph Munier naît à Metz le . Il passe les premières années de sa vie à l'Hôtel de Burtaigne à Metz. Sur les traces de son père, il s'engage très tôt dans l'armée en préparant l'École spéciale militaire de Saint-Cyr en 1846. Il en sort sous-lieutenant en 1848. Il combat en Crimée, en Kabylie, à Magenta et Solférino. Promu capitaine en 1855 puis chef de bataillon à la Légion étrangère en 1859, il prend part en cette qualité à l’expédition du Mexique. Après cette carrière militaire classique, nommé colonel en 1869, il revient se battre contre l’Allemagne sur son sol natal.

La Guerre franco-allemande de 1870 lui permet de montrer sa bravoure, ce qui n’empêchera nullement la défaite des troupes françaises. Il s'illustre notamment à la tête du 89e régiment d'infanterie de ligne[1] à la bataille de Sedan, où son régiment est décimé. Lui-même perd deux chevaux, tués sous lui[1].

Après guerre, Munier est affecté à Blida au 1er régiment de tirailleurs algériens, où il reste jusqu'en 1874. Nommé général de brigade, Munier prend ses nouvelles fonctions à Belfort. Promu général de division, il est nommé à la tête de la 36e division d'infanterie, et s'installe à Bayonne, puis à Vannes en 1881. Le général de division Gustave-Joseph Munier est élevé à la dignité de Grand officier de la légion d'honneur le [2].

D'un caractère bouillant, Munier est condamné le pour diffamation, ce qui ne l’empêche pas d'entamer un recours, qu'il obtient du président Félix Faure.

Gustave-Joseph Munier meurt le , des suites de ses blessures, deux jours après l'incendie du Bazar de la Charité, où il portait secours aux victimes[3],[1].

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Grand-croix de l'Ordre ottoman du Medjidié[1]
  • Grand-croix de l'Ordre suédois de l'épée[1]
  • Grand-croix de l'Ordre espagnol d'Isabelle la Catholique[1]
  • Chevalier de la Légion d'honneur le [2]
  • Officier de la Légion d'honneur le [2]
  • Commandeur de la Légion d'honneur le [2]
  • Grand officier de la Légion d'honneur le [2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Historique de la 30e promotion de Saint-Cyr (1846-1848)
  2. a b c d et e Dossier Leonore LH/1966/50
  3. « Mort du général Munier », Le Petit Journal, 7 mai 1897

Sources[modifier | modifier le code]