Guoxia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Debao

Guoxia
Région d’origine
Région Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Caractéristiques
Morphologie Poney
Taille 90 cm à 1 m[1].
Robe Baie[2], rouanne ou grise[3].
Tête Courte et lourde, profil rectiligne
Pieds Bonne qualité[3]
Caractère Doux et calme[4]
Autre
Utilisation Équitation sur poney

Le Guoxia (果下), petit cheval du Guangxi ou encore Debao, est une race de poney ou de cheval miniature originaire de Chine. Connu comme animal de compagnie à la cour des empereurs, il est re-découvert en 1981, année de création de son stud-book. Ce poney ne dépassant pas 1 mètre était jadis mis au travail dans les vergers. Il est désormais employé comme monture pour les jeunes enfants, un usage pour lequel il est très populaire.

Dénomination[modifier | modifier le code]

Il porte le surnom de « poney sous l'arbre fruitier », qui aurait pour origine son utilisation dans les vergers. La race est connue localement comme le « cheval des montagnes rocheuses »[3], le poney des montagnes rocheuses[5], le « mini-cheval chinois »[6], ou encore le Debao.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Guoxia semble très ancien puisqu'il est mentionné sous la dynastie Han : il servait alors d'animal de compagnie pour les femmes et les concubines de l'empereur. Le même type de mention intervient sous la dynastie Song, où ce poney divertit les empereurs[1].

La race est considérée comme éteinte au XXe siècle, mais un millier de ces poneys sont officiellement re-découverts en 1981, lors d'une mission dans les montagnes rocheuses. Le stud-book du Guoxia est officiellement créé en avec une base de 390 animaux, sous l'impulsion du professeur Wang Tiequan, l'un des rares spécialistes des races de chevaux chinoises[3].

Description[modifier | modifier le code]

Article connexe : Morphologie du cheval.

Il s’agit de la seule race de poney ou cheval miniature reconnue comme telle en Chine, les autres étant considérés comme de petits chevaux. Son statut reste à éclaircir, car il ne présente pas toutes les caractéristiques propres aux poneys[3]. Le Guoxia est très proche du Heihe avec lequel il partage son origine géographique[3]. Il dépasse rarement 1 mètre de haut, sa petite taille restant constante quelle que soit l'alimentation qui lui est donnée et la région dans laquelle il est élevé[3]. Précisément, la taille des femelles est de 94.42±3.76 cm et celle des mâles de 98.35±4.55[7].

Il se distingue des autres races chinoises par ses crins, crinière, queue et fanons, qui sont abondants et épais[3]. Sa tête est courte et assez lourde, avec un profil rectiligne et de petites oreilles. L'encolure est épaisse et courte. Le garrot, le dos, le rein et la croupe se situent à la même hauteur, cette dernière étant légèrement inclinée[3]. Le ventre est proéminent. Les jambes sont droites avec de solides articulations et des pieds de bonne qualité[3]. Il possède des caractéristiques très primitives.

La robe est généralement baie[2], rouanne ou grise[3]. C’est un poney doux et calme[4].

Son génome a été analysé en 2011, révélant une grande quantité d'origines maternelles[7]

Utilisations[modifier | modifier le code]

Historiquement, le Guoxia était mis au travail bâté dans les vergers. Des paniers lui étaient posés sur le dos et, grâce à sa petite taille, il pouvait se faufiler facilement sous les arbres pendant que les travailleurs remplissaient les paniers de fruits[1]. Ce poney convient désormais très bien aux enfants ou à l’attelage, il est présent dans une vingtaine de parcs chinois dans les grandes villes[3]. La demande en « mini-chevaux » est en augmentation, notamment pour les centres équestres[8].

Diffusion de l'élevage[modifier | modifier le code]

Il est considéré comme une race chinoise native[3],[6]. Dans le Guangxi, le Guoxia se rencontre dans les xian de Debao, de Jingxi et de Tianyang, en zones montagneuses[1]. Elle se trouve aussi dans le xian de Zhang, le Yunnan et le Sichuan[9]. Néanmoins, la race est considérée comme rare[2]. Elle n'est pas répertoriée parmi les 51 races de chevaux chinoises présente dans la base de données DAD-IS de la FAO[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Hendricks 2007, p. 207.
  2. a, b et c Porter 2002, p. 181
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Hendricks 2007, p. 208.
  4. a et b Pickeral 2003, p. 200.
  5. Porter 2002, p. 197
  6. a et b Porter 2002, p. 173
  7. a et b Qinyang Jiang, Yingming Wei, Yanna Huang et Hesheng Jiang, « The complete mitochondrial genome and phylogenetic analysis of the Debao pony (Equus caballus) », Molecular Biology Reports, vol. 38,‎ , p. 593-599 (ISSN 1573-4978, PMID 20390359, DOI 10.1007/s11033-010-0145-8, lire en ligne)
  8. (en) [vidéo] CCTV Global Business, Mini-Horses Become Popular for Spring Festival in China sur YouTube.
  9. Puel 1989, p. 35.
  10. (en) « Breeds reported by China: Horse », Domestic Animal Diversity Information System of the Food and Agriculture Organization of the United Nations (consulté le 15 octobre 2014).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Chen et Wang 1996] (en) You-Chun Chen et Tiequan Wang, « Mini-horses in China », Animal Genetic Resources Information, no 18,‎ , p. 23-27 (DOI 10.1017/S1014233900000675)
  • [Hendricks 2007] (en) Bonnie Lou Hendricks (préf. Anthony A. Dent), « Guoxia », dans International Encyclopedia of Horse Breeds, Norman, University of Oklahoma Press, , 486 p. (ISBN 080613884X et 9780806138848, OCLC 154690199, lire en ligne), p. 207-208 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [Pickeral 2003] Tamsin Pickeral, « Guoxia », dans Encyclopedia of horses and ponies, Parragon, (ISBN 0752541633 et 9780752541631), p. 200
  • [Porter 2002] (en) Valerie Porter, « Guoxia », dans Mason's World Dictionary of Livestock Breeds, Types and Varieties, CABI, (ISBN 085199430X et 9780851994307)
  • [Puel 1989] Caroline Puel, « Où sont donc passés les chevaux chinois ? », dans Le petit livre du cheval en Chine, Favre, coll. « Caracole », , 205 p. (ISBN 978-2828903312)