Guinguinéo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guinguinéo
Administration
Pays Drapeau du Sénégal Sénégal
Région Kaolack
Département Guinguinéo
Maire Rokhaya Diouf
Démographie
Population 16 000 hab. (estim. 2007)
Géographie
Coordonnées 14° 15′ 59″ nord, 15° 56′ 40″ ouest
Altitude 11 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sénégal

Voir la carte administrative du Sénégal
City locator 14.svg
Guinguinéo

Géolocalisation sur la carte : Sénégal

Voir la carte topographique du Sénégal
City locator 14.svg
Guinguinéo

Guinguinéo[1] est une ville du centre-sud du Sénégal, située à 22 kilomètres au nord-est de Kaolack.

Les habitants s'appellent les guinguinéois et les guinguinéoises[2] .

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant de devenir commune en 1956 et commune de plein exercice en 1960, Guinguinéo a traversé le phénomène des royaumes pilotés par la succession de plusieurs rois dont le plus célèbre est Fodé Diouf. Le premier maire fut le docteur Charles Ndiaye.

Géographie[modifier | modifier le code]

Les localités les plus proches sont Ngathie, Ngoloum, Keur Madieng Gueye, NDingler, Sayet Ndiaye, Meo Meo, Atiou, Keur Madiengue, Pafa, Ngathie Fall et Mboss.

Les quartiers de Guinguinéo sont : Campement, Macodebar, Kanene, Thiérére et Farabougou. Chaque quartier est dirigé par un Chef de quartier. Guinguinèo est aussi une cité religieuse : la communauté mouride y est fortement représentée par la famille de Serigne Khassim Mbacké, ibn Serigne Afia Mbacké, frère cadet de Serigne Khadimou Rassoul, Serigne Touba, Fondateur du mouridisme.

La communauté Tidjania y est également représentée par la famille de Serigne Moustapha Sarr dont l'actuel Khalif est Serigne Kabir Sarr. Il y a aussi une forte présence des talibés de El Hadji Ibrahima Niass dit Baye. À l'image du pays, les musulmans représentent près de 99 % de la population Guinguinéoise.

La communauté catholique y est fortement représentée, notamment le clergé qui a participé au développement de la commune avec l'implantation d'une école catholique.

Administration[modifier | modifier le code]

Guinguinéo a été érigé en département par décret présidentiel en 2008. Détaché de la région de Fatick où il dépendait, il est depuis son érection en département rattaché à la région de Kaolack : ainsi une vieille revendication des populations est désormais satisfaite.

Le département est dirigé par un préfet. Celui-ci est l'organisateur principal des élections locales où Papa Malick Ndour est élu Président du Conseil Départemental avec 39 voix sur 40 devenant ainsi le plus jeune président de Conseil Départemental du Sénégal (29 ans). De nouveaux services s'implantent alors tels l'Inspection de la jeunesse et des Sports, l'Inspection départementale de l'élevage, l'Inspection départementale du commerce, l'Inspection départementale de l'éducation etc.

La commune est dirigée par Rokhaya Diouf. L'actuel maire brigue son deuxième mandat[Quand ?].

Pour sa sécurité, Guinguinéo a une brigade de gendarmerie, un poste de police (BMS).

La ville de Guinguinéo compte actuellement[Quand ?] sept écoles élémentaires publiques, une école mission catholique, une école maternelle, une case des Tout-Petits, un lycée d'enseignement général, trois collèges d'enseignement moyen (C.E.M), une école franco-arabe. Dans chaque quartier existe aussi une maison où l'on enseigne le coran.

Population[modifier | modifier le code]

Lors des recensements de 1988 et 2002, la population était respectivement de 12 887 et 12 973 habitants.

En 2007, selon les estimations officielles, la ville compterait à peu près 16 000 habitants. Ce chiffre a tendance à augmenter chaque année.

Activités économiques[modifier | modifier le code]

L'agriculture et le commerce sont les principales activités de la commune.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalité née à Guinguinéo[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Guinguinéo, vue par satellite », sur www.indexmundi.com (consulté le 28 mai 2010)
  2. (fr) « Guinguineo : Yaye Fatou Diagne défie Souleymane Ndéné Ndiaye », sur www.lesoleil.sn (consulté le 28 mai 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]