Guillaume le Blanc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guillaume le Blanc
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Blanc.

Guillaume le Blanc (né en 1966) est un philosophe et écrivain français. Il est depuis septembre 2015 professeur de philosophie à l'Université Paris Est Créteil où il est titulaire de la chaire de "philosophie pratique" après avoir été professeur de philosophie à l’Université Bordeaux Montaigne jusqu'en 2015.

Travaux[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Son travail porte essentiellement sur la question de la « critique sociale ». Il étudie plus spécifiquement les limites complexes qui distinguent précarité, exclusion, vie décente et normalité. Il a publié sur ce sujet : Les maladies de l'homme normal (Editions du Passant, 2004) ; Vies ordinaires, vies précaires (Seuil, 2007) ; L’invisibilité sociale (PUF, 2009), Que faire de notre vulnérabilité (Bayard, 2011) ainsi qu’un roman : Sans domicile fixe (Ed. du passant, 2004).

Il s'attache à réfléchir sur l'inscription précaire des vies ordinaires dans les normes et sur les recréations anonymes de celles-ci par le déploiement d'un style original. Il a ainsi publié une philosophie en course, Courir. Méditations physiques (Flammarion, 2012, réédition poche 2015) dans laquelle il s'attache en 42 chapitres, comme les 42 kilomètres d'un marathon, à produire des exercices spirituels et physiques expérimentés pendant la course à pied.

Il contribue également à mettre en perspectives la philosophie française contemporaine qu'il interprète depuis la possibilité de la contre-culture, signant dans La philosophie comme contre-culture (PUF, 2014), un véritable manifeste pour une certaine idée de la philosophie déployée dans les années 60, et revisitée librement jusqu'à aujourd'hui. Il a proposé aussi une méditation sur le personnage conceptuel de Charlot interprété comme témoin précaire de notre temps, parvenant dans les formes ultimes de la survie sociales à défaire les normes de notre monde commun, parmi lesquelles celles touchant au travail ("Les temps modernes"), à la famille ("Le Kid"), à la patrie ("Le dictateur"). L'héritage de Foucault et de Canguilhem est ici accompli en direction d'une reformulation de la philosophie sociale.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • Gens de Berlin, Editions de La Table Ronde, 1994
  • Canguilhem et les normes, Paris, PUF, collection "Philosophies", 1998. Traduction en espagnol ( Buenos Aires, Ediciones Nueva Vision, 2004)
  • La Vie humaine, Paris, PUF, collection "Pratiques théoriques", 2002
  • Sans domicile fixe, Editions du passant, 2004
  • Les Maladies de l’homme normal, Editions du Passant Ordinaire, 2004. Réédité sous une version plus longue en avril 2007 dans la collection « Matières étrangères » de Vrin
  • L’Esprit des sciences humaines, Vrin, 2005
  • La Pensée Foucault, Ellipses, 2006
  • Vies ordinaires, vies précaires, Editions du Seuil, 2007
  • Gagner sa vie, est-ce la perdre ?, Gallimard jeunesse, 2008
  • L'Invisibilité sociale, PUF, 2009
  • Canguilhem et la vie humaine, PUF, 2010
  • Dedans, dehors : la condition d'étranger, Paris, Éditions du Seuil, collection "La Couleur des Idées", 2010
  • Que faire de notre vulnérabilité ?, Bayard, 2011
  • A la recherche de son âme, Gallimard jeunesse, 2011
  • Courir : Méditations physiques, Flammarion, 2012 (ISBN 978-2081283220)
  • L'Insurrection des vies minuscules, Bayard, 2013
  • La Philosophie comme contre-culture, PUF, 2014
  • La Femme aux chats, Editions du Seuil, 2014

Direction d’ouvrages et de dossiers spéciaux[modifier | modifier le code]

  • Lectures de Canguilhem, "Le normal et le pathologique", Fontenay-aux-Roses, Feuillets de l’ENS Fontenay Saint/Cloud, 2000 (160 p.).
  • Michel Foucault au Collège de France : un itinéraire, coédité avec Jean Terrel, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2003 (225 p.).
  • La médecine et le corps, Esprit, mars 2002.
  • Les nouvelles figures du soin, coordonné avec Frédéric Worms, Esprit, janvier 2005.
  • Dictionnaire politique à l'usage des gouvernés (avec Fabienne Brugère et sous la direction), Bayard, 2012.

Présentations[modifier | modifier le code]

  • Présentation de Lectures de Canguilhem, op. cit.
  • Présentation de Michel Foucault au Collège de France : un itinéraire, op. cit.

Articles[modifier | modifier le code]

Philosophie française moderne et contemporaine[modifier | modifier le code]

  • « Le conflit des modernités selon Foucault », Magazine littéraire n°309 consacré à Kant, Avril 1993.
  • « Spinoza et Ricœur. La vitalité des affects » in Spinoza et les affects, sous la direction de F. Brugère et P.F. Moreau, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1998.
  • « L’œuvre de l’art ou l’impossible oubli de la technique selon Bergson », Kairos, mars 1999.
  • « From matter to materiality in Canguilhem » in The renewal of materialism, Ed. Charles T. Wolfe, Graduate Faculty Philosophy Journal, New York, volume 22, n°1, 2000.
  • « Michel Foucault et le contournement du normal et du pathologique » in Foucault et la médecine, Paris, Kimé, 2000.
  • « La vie selon ses points de vue » in Lectures de Canguilhem, op. cit., 2000.
  • « Le débordement du sujet selon Michel Foucault », Il Particolare 4 et 5, 2001.
  • « Spinoza et la normativité du conatus. Lecture canguilhémienne », en collaboration avec P. Séverac, in Spinoza et la norme, sous la direction de Jacqueline Lagrée, Presses Universitaires Franc-comtoises, 2002.
  • « Les indisciplinés ou une archéologie de la défense sociale » in Michel Foucault au Collège de France, op. cit., 2003.
  • « Les créations corporelles. Une lecture de Merleau-Ponty » in Methodos, Presses Universitaires de Lille, 2004.
  • « Michel Foucault et la politique de la vérité » in L’action en philosophie contemporaine, ouvrage coordonné par Stéphane Haber, Paris, Editions Ellipse, septembre 2004.
  • « La vie sociale de l’assujettissement : Althusser, Foucault, Butler » in Actuel Marx, Paris, PUF, septembre 2004.
  • « La vie et la création. Bergson d’après Canguilhem » in Annales Bergsoniennes 2, Paris, PUF, octobre 2004.
  • « Le dispositif de sexualité et les normes. Une lecture de Michel Foucault », à paraître dans un Collectif sur les enjeux de la philosophie politique au regard du droit, sous la direction d’Antoine Garapon.
  • « Le pluralisme des valeurs de la science selon Georges Canguilhem », à paraître chez Vrin
  • « Comte et la réforme de la vie subjective » in La physiognomonie mythe scientifique, sous la direction de Christophe Bouton, Valery Laurand, Laïla Raïd, Paris, Kimé, 2005.

Médecine, philosophie de la médecine[modifier | modifier le code]

  • « Subjectivité et maladie », Dioti 4, volume I, 1998.
  • « Est-il possible de voir la vie ? », en collaboration avec F. Brugère in Peut-on voir la vie ? L’échographie obstétricale, Toulouse, Erès, 2001.
  • « Le conflit des médecines », Esprit, mai 2002.
  • Contributions au Grand dictionnaire de la philosophie sous la direction de Michel Blay, Paris, Larousse, 2003.

Rédaction des articles : « normal », « pathologique », « maladie », « santé », « biologie », « médecine ».[modifier | modifier le code]

  • « Le vitalisme. L’Ecole de Montpellier » in Dictionnaire de la pensée médicale, sous la direction de Dominique Lecourt, Paris, PUF, 2004.
  • « La clinique de la vie fragile ou le dehors médical de la philosophie », Kairos, n°23, 2004.
  • « L’inévaluable. Actualité de Canguilhem », La Cause Freudienne, n°57, juin 2004.
  • « L’extension du pouvoir médical », Magazine littéraire consacré à Foucault, octobre 2004.
  • « La vie psychique de la maladie », Esprit, janvier 2005.

Philosophie des sciences humaines, philosophie générale[modifier | modifier le code]

  • « Le premier étonnement » in L’ironie, Editions Autrement, Collection "Morales", n°25, Paris, 1998.
  • « Reconnaissance, travail et psychologie », Kairos n°17, 2001.
  • « Existe-t-il une culture du divertissement ? », Cités, n°7, Puf, 2001.
  • « Les identités incertaines », Lignes, octobre 2001.
  • « L’invention de la normalité », Esprit, mai 2002.
  • « Passions et intérêts. Lecture du capitalisme selon Hirschman », en collaboration avec F. Brugère, Kairos n°20, 2003.
  • « La vie et la sensibilité. Eléments d’une histoire » in Vie, monde et individuation, Olms Verlag, 2003.
  • « L’esprit du capitalisme selon Hirschman ou l’évitement imaginaire des conflits », à paraître aux Presses Universitaires de Naples en 2004.
  • « Existe-t-il une culture technique ? », in La crise de la culture scolaire, PUF, sous la direction de Denis Kambouchner.
  • « La fiction du bien-être », in Psychanalyse : vers une mise en ordre ?, La Dispute, 2006, sous la direction de Franck Chaumon
  • « La pratique théorique de l’intellectuel selon Pierre Bourdieu », en collaboration avec F. Fischbach, à paraître aux PUF dans Actuel Marx.
  • « L’action, le style et la vie ordinaire » in La politique et l’ordinaire, sous la direction de Laurent Bove et Sandra Laugier, à paraître en 2007.

Théorie de la littérature[modifier | modifier le code]

  • « Quand le roman fait monde : Cormac McCarthy », Esprit, juin 1998.
  • « Les vies multiples de Richard Ford », Esprit, mai 2000.
  • « Russell Banks ou le péché des pères », Esprit, Août-Septembre 2001.