Guillaume de Marcillat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marcillat (homonymie).
Guillaume de Marcillat
Le Vite de Giorgio Vasari
Quatrième partie
Rosace de l'église San Francesco d'Arezzo.
Trasporto di Cristo al sepolcro (Florence).

Guillaume de Marcillat (aussi nommé Guglielmo di Pietro de Marcillat ou Guglielmo da Marsiglia pour les Italiens[1]), né à La Châtre[2], dans l'Indre[3], vers 1470 et mort à Arezzo le 30 juillet 1529, est un peintre français qui est célèbre pour ses vitraux historiés[4]. Il a également réalisé des fresques et des tableaux. Il a vécu à Rome, Cortone et Arezzo et a réalisé des vitraux pour de nombreux lieux dans le nord de l'Italie. Vasari a fait ses premiers pas chez lui, et en fait le portrait dans Le Vite.

Biographie[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Guillaume de Marcillat se dit né à La Châtre, fils de Pierre de Marcillat. On ignore sa date exacte de naissance, on suppose qu'il est né vers 1468-1470, car Vasari, même s'il est imprécis et donne une année fausse pour sa mort, affirme que Marcillat était quinquagénaire en 1520 et qu'il avait soixante-deux ans l'année de sa mort. La famille Marcillat était une famille de bourgeois et petits notables bien établie dans le Bas-Berry. Le père de Guillaume, Pierre de Marcillat, est l"un des quatre-vingt bourgeois de La Châtre signataires de la Grande Charte de la ville avec Guy III de Chauvigny, seigneur de Châteauroux, en février 1462. Son cousin Simon fut receveur à la châtellenie de Châteaumeillant, secrétaire de Jeanne de Blois, puis seigneur d'Acre en 1517[5].

On ne sait que peu de choses sur la vie de Marcillat avant 1515, mais on connaît plus de détails après cette date, car en plus de la description de Vasari, qui fut son élève, on dispose de deux registre de comptes autographes provenant du monastère de Camaldoli et conservés l'un dans les Archives d'État de Florence et l'autre dans la Bibliothèque communale d'Arezzo. Ceux-ci énumèrent les entrées et les sorties de l'artiste de 1515 à 1529, année de sa mort, et permettent de préciser la chronologie des créations de Marcillat.

Pour la période antérieure à 1515, le récit de Vasari affirme que le jeune Marcillat, bon dessinateur et maître verrier, fut contraint à revêtir l'habit dominicain pour échapper à une condamnation, après avoir été impliqué dans une bagarre qui s'était terminée par une mort d'homme. Il est mêlé à une rixe ayant abouti à une mort d'homme, et il entre chez les Dominicains pour se soustraire à la justice[6].

Rome[modifier | modifier le code]

Marcillat arrive en Italie au début des années 1500, avec maître Claude. Celui-ci il avait été contacté par Bramante de la part du pape Jules II, car le pontife, qui avait vu à Rome quelques exemplaires de vitraux français, en voulut de semblables pour décorer les fenêtres des appartements du Vatican. La technique française du vitrail est alors plus raffinée et plus évoluée que celle des Italiens. L'appartenance de Marcillat à l'ordre dominicain, probablement dans le diocèse de Nevers, est confirmée par les brefs du pape ; par contre rien ne permet de préciser la date ou les circonstances de son arrivée en Italie, ni s'il y avait fait un arrêt en Lombardie, comme cela a été suggéré.

Les vitraux exécutés avec maître Claude pour les appartements du Vatican ont été détruits, selon Vasari, pendant le sac de Rome (1527)[7]. On ne connaît pas le lieu de leur installation ni leur disposition dans les salles.

Le pape Jules II, par un bref apostolique du 19 octobre 1509[8] qui le qualifie de religieux profès de l'ordre des Frères prêcheurs au couvent de Nevers, le relève de ses vœux de moine dominicain, et l'autorise à choisir entre l'habit de Saint-Dominique et celui des chanoines réguliers de saint Augustin. Ayant opté pour ce dernier, Marcillat reçoit, par une autre bulle du 15 février 1510, le prieuré Saint-Thiébaut de Saint-Mihiel dans le diocèse de Verdun[9],[10]. Cette prébende dont il prend possession par procuration le 4 mars 1511, lui vaut le surnom de « priorino » (petit prieur, peut-être à cause de sa taille) et de « prieur français ».

Toujours pour Jules II, et selon Vasari encore en collaboration avec maître Claude, Marcillat exécute deux vitraux pour le chœur de l'église Sainte-Marie-du-Peuple en 1509. Encore en place, très restaurés, les vitraux représentent de Épisodes de la vie de Marie et de Jésus et elles sont surmontées du blason pontifical. L'arrière-plan avec des architectures au goût de Bramante et la clarté de l'espace montrent l'adaptation de Marcillat au langage de la Renaissance.

Aux dires de Vasari, maître Claude meurt à Rome peu après l'exécution de cette œuvre pour avoir « trop mangé, ce qui est funeste dans le climat de Rome ». Marcillat continue seul. On est sans nouvelles de lui pendant environ cinq ans, quand sa présence est documentée en 1515 à Cortone au service de Silvio Passerini. On n'a pas de preuve d'une participation de Marcillat à la décoration des pièces de Raffael au Vatican. Silvio Passerini, dataire de Léon X et cardinal depuis 1517, charge Marcillat de quelques interventions décoratives dans son palais.

Cortone[modifier | modifier le code]

De Rome, il part à Cortona en 1515, au service du cardinal Silvio Passerini, et il fait des interventions décoratives dans son palais. Il exécute entre le 1515 et le 1517, d'après des factures retrouvées, quarante-quatre fenêtres dont huit « figurées » avec des personnifications de la Vertu, et les restantes avec des blasons papaux ou simplement blanches. En outre il crée sur la façade de l'immeuble une fresque représentant les fondateurs mythiques de Cortone Corito et Dardano accompagnés du blason pontifical.

Dans ces années, Marcillat reçoit de nombreuses commandes, surtout de vitraux pour des églises et couvents, à Cortone et aux alentours. Début 1516 deux vitraux lui sont commandés pour le chœur de la cathédrale de Cortone. Aujourd'hui ils ne sont plus dans l'église. La Nativité de Christ est à Détroit (Institute of arts) et l'Adoration des Mages est à Londres (Victoria and Albert Museum). Ils sont ornées du blason de Léon X et ils témoignent d'une certaine synthèse entre le langage de la renaissance nordique et le style toscan, aussi dans les choix iconographiques.

Dans les années 1516-17 Marcillat exécute des vitraux pour l'église Sainte-Marie-des-Grâces (it) à Calcinaio près de Cortone. Trois subsistent aujourd'hui et sont sûrement authentifiés. Un beau vitrail de Guillaume de Marcillat (1516) décore la rosace de la façade. L'image est basée sur la Sainte Vierge des Grâces qui accueille sous son manteau de nombreux fidèles parmi lesquels on peut identifier le pape Léon X, l'empereur Maximilien Ier d'Autriche et l'évêque de Cortona, Francesco Soderini. Le blason qui y figure est celui de la famille des Ridolfini de Cortone, qui commanda l’œuvre. Deux autres vitraux représentent Saint Paul et Saint Sébastien.

En 1516 un premier vitrail lui est commandé pour la cathédrale d'Arezzo avec comme sujet Sainte Lucie et saint Silvestre. Cette commande sera suivie d'une autre pour sept vitraux. Malgré ses engagements en Toscane, Marcillat s'installe en novembre 1518 à Rome, où il loue deux pièces rue Alexandrina. À Rome, le 19 janvier 1519, Giovanni De Belza, flamand, protonotaire apostolique commande à Marcillat un œil-de-bœuf pour le façade de l'église église Sainte-Marie-de-l'âme (it); la commande précise qu'il représente « la Vierge sur un croissant de lune, des saints, le commanditaire, l'empereur, l'archiduc de la Bourgogne et le blason de Léon X »; l'œuvre a aujourd'hui disparue. Toujours à Rome, Marcillat crée entre juillet 1519 et le février 1520, quelques vitraux dans les appartements du Vatican de Léon X, pour le compte de Filippo Adimari. Ils sont décrits dans les registres comptables comme ornés de blasons pontificaux, de puttis et d'autres décorations. Les vitraux n'ont pas survécu, et il est difficile d'établir leur disposition exacte.

Arezzo[modifier | modifier le code]

En juillet 1520 Marcillat revient à Arezzo, où il continue l'exécution des vitraux de la cathédrale et il reçoit le 4 août la commande du premier vitrail pour l'église della Santissima Annunziata (it), la rosace saint Jérôme. Un moment décisif pour la carrière arétine de Marcillat est la commande du 31 décembre 1520 de la décoration à la fresque des trois premières travées de la nef centrale de la cathédrale elle-même. Le paiement comprend l'usufruit d'une ferme à Fontesecca; en novembre 1521 Marcillat fait l'acquisition d'une maison à Arezzo.

De l'ensemble de huit vitraux créés par Marcillat pour la cathédrale d'Arezzo entre le 1516 et le 1524, celui intitulé Saint Antoine et Saint Nicolas a disparu ; restent Ss. Lucia et Silvestro, La Pentecôte, Le baptême de Christ, La vocation de Matteo, La resurrezione de Lazare, Vous expulsion des marchant du temple, et Christ et l'adultère. Sainte Lucie et Saint Silvestre, La Descente du Saint-Esprit (1518), Le Baptême du Christ, La Vocation de saint Mathieu, La Résurrection de Lazare, Le Christ chassant les marchands du temple, La Femme adultère.

Dans ces œuvres, Marcillat atteint la pleine maturité dans la technique et dans le langage du vitrail. Les compositions sont d'une maîtrise spatiale extraordinaire, et même contraintes dans un format vertical difficile, les formes sont conformes au virage maniériste de l'école de Raffael. La richesse des effets de couleur et le goût pour le détail soulignent l'efficacité théâtrale des scènes.

Le vitrail de la rosace pour le façade de Saint-François à Arezzo est également de Marcillat, il date de 1524 et représente Le pape Honorius III approuve l'indulgence de saint François d’Assise. Il contient une représentation de Piero della Francesca, vieux et presque aveugle.

Entre le 1520 et le 1525, Marcillat crée un groupe de six vitraux pour l'église della Santissima Annunziata (it), commandé par la Compagnie de la Sainte Annonciation et des notables locaux. Le vitrail de l'Annonciation est perdu, mais on peut encore voir en place les Mariage de la Vierge, l'Assomption, S. Gerolamo, S. Maria Maddalena.

En octobre 1526, Marcillat est chargé de continuer les fresques dans les trois fois premières nefs latérales, mais l'œuvre est interrompue après la première travée par la mort de l'artiste. Le cycle comprend des Histoires de l'Ancien Testament, dans les trois travées centrales, Histoires du Nouveau Testament dans la travée latérale et des représentations des Vertus et vices. Malgré quelques incertitudes dans l'exécution technique, le langage est d'un grand intérêt par l'adaptation aux expressions plusieurs novatrices du maniérisme tosco-romain. Il fait ressortir le style à la Michel-Ange de quelques représentations, même si les formes sont parfois gauches. La travée unique dédiée au Nouveau Testament, terminée en 1528, montre dans le style aéré du nouveau style du quattrocentro bien aéré un nouveau virage dans l'évolution de Guillaume.

Dans ses derniers années, Marcillat reçoit diverses commandes à l'extérieur d'Arezzo, comme le vitrail l'Annonciation des saints de 1526-28 pour Pérouse qui est perdu, et le vitrail pour la chapelle Capponi (it) de l'église Sainte-Félicité à Florence de 1526. Ce dernier représente le Transport du Christ au sépulcre et est conservé au palais Capponi aux Rovinate à Florence. Il était inséré dans le programme complexe de la décoration du Pontormo commissionné par Ludovic Capponi, marchand florentin avec qui Marcillat il avait des rapports commerciaux depuis 1519, pour l'acquisition de verres.

Le vitrail intitulé l'Arbre de Saint-Dominique, créé entre 1526 et 1528 pour l'église Saint-Dominique à Arezzo et mentionné par Vasari a disparu ; le tableau pour la chapelle de la conception dans l'église Saint-François en 1528 aurait par contre été retrouvé. Identifié avec une peinture représentant La Dispute des pères d'église sur l'immaculée conception (Musée de Bode, Berlin), l'œuvre est d'un grand intérêt car c'est un rare témoignage de peinture de chevalet de Marcillat, et aussi parce que le visage d’Origène est son autoportrait, reconnaissable par comparaison avec le portrait inséré dans les Vies de Vasari.

Le 15 juillet 1529, Marcillat enregistre encore la commande d'un œil-de-bœuf avec la communion des apôtres et le blason des Baglioni pour la basilique Saint-Sominique à Pérouse mais, tombé gravement malade, il fait son testament le 30 juillet et meurt le même jour dans sa maison d'Arezzo.

Dans son testament[11] il fait des legs à ses collaborateurs Pastorino de Sienne (it) et Stagio Sassoli, et instaure comme héritiers universels les moines du Eremo di Camaldoli (it) à Camaldoli, de l'ordre des Camaldule. Il déclarant qu'il veut être enterré près de l'ermitage.

Technique[modifier | modifier le code]

Il a mis au point plusieurs techniques du vitrail. Il faisait construire des fours spéciaux, il avait sa propre composition de la grisaille et il utilisait un verre très blanc qu'il le faisait venir de France. Parlant de La vocation de saint Mathieu, Vasari écrit : « Les effets de la perspective, les escaliers, les figures, le paysage, y sont rendus avec une telle perfection, que l'on dirait que ce sont point des vitraux, mais des merveilles tombées du ciel pour la consolation des hommes. »[12]. Vasari remarque aussi l'intelligence dans la composition qui fait en sorte que les enchâssures de plomb sont dissimulées dans les ombres ou les plis des draperies. Guillaume se servait de deux couleurs pour les ombres, l'un des battitures de fer, pour le noir, l'autre de cuivre, pour les couleurs tannées. Il utilisait aussi une pierre rouge, le lapis amotica qui sert à brunir l'or.

Sa technique particulière consistait dans sa « hardiesse à attaquer le verre » (Vasari) : Dans la peinture sur verre, chaque feuille est couverte, d'un côté, d'une couche de bleu, vert ou rouge. Il s'agit d'enlever par endroits cette couche afin de la remplace sur le verre redevenu blanc par une autre teinte. Guillaume écorchait franchement le verre, tandis que d'autres, « ayant moins de confiance dans leur verre, se résignaient à les user avec de l'émeri ».

Œuvres[modifier | modifier le code]

Rome
  • Épisodes de la vie de Marie et de Jésus (1509) vitrail, chœur de l'église Sainte-Marie-du-Peuple
  • Scènes de l'Ancien Testament, fresques de voûtes au Vatican
Arezzo
  • Cycle de sept vitraux (1517-1524) Cathédrale San Donato (Arezzo) :
    • Sainte Lucie et Saint Silvestre (1517), abside de gauche
    • La Descente du Saint-Esprit (1518), rosace
    • Le Baptême du Christ (1519)
    • La Vocation de saint Mathieu (1520)
    • La Résurrection de Lazare (1520)
    • Le Christ chassant les marchands du temple (1524)
    • La Femme adultère (1524)
  • Fresques de la voûte Cathédrale San Donato (Arezzo)
  • Cinq vitraux dans l'église della Santissima Annunziata (it) (1520-1525) :
    • Le Mariage de la Vierge
    • L'Assomption de la Vierge
    • Saint Jérôme
    • Sainte Marie-Madeleine
    • Saint Antoine.
  • Le pape Honorius III approuve l'indulgence de saint François d’Assise (1524), rosace de la Basilique San Francesco (il contient une représentation de Piero della Francesca, vieux, devenu presque aveugle).
  • Dans la province, à Monte San Savino
Cortone
  • Vierge de miséricorde (1517) dite Mater Omnium[13] et
  • Saint Sébastien, chapelle Ridolfini, dans l'église du Calcinaio
Pérouse
Florence
Hors de l'Italie

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Massimo Becattini, Guglielmo de Marcillat e L'art della vetrata in Italia, Florence, Nardini,‎
    Film documentaire qui retrace l'histoire des vitraux en Italie entre le XIIIe et XVIe siècles. Le film est centré sur les fenêtres créées par Guillaume de Marcillat.
  • (it) Luciano Berti, « Marcillat o il culmine classico della vetrata italiana », Antichità Viva, vol. 1, no 2,‎ , p. 30-35
  • Nicole Dacos, « Un "Romaniste" français méconnu : Guillaume de Marcillat », dans Il se rendit en Italie : Études offertes à André Chastel, Paris et Rome, Flammarion et Edizioni dell'Elefante,‎ (LCCN 89135229, présentation en ligne), p. 135-147
  • Henry Jouin, Les Maîtres peints par eux-mêmes, Paris, Gauthier-Magnier et Cie,‎ (lire en ligne)
  • Monica Grasso, « Guillaume de Marcillat », Dizionario Biografico degli Italiani - Volume 61 (2004) (consulté le 20 août 2012)
  • Gérard Guillaume, « Guillaume de Marcillat », Bulletin des amis du vieux La Châtre, no 3,‎ , p. 2-5 (ISSN 2105-8229)
  • (en) Tom F. K. Henry, « Arezzo’s Sistine Ceiling: Guillaume de Marcillat and the Frescoes in the Cathedral at Arezzo », Mitteilungen des Kunsthistorischen Institutes in Florenz, vol. 39, no 2/3,‎ , p. 209-257 (JSTOR 27654402)
  • (it) Girolamo Mancini, Guglielmo de Marcillat: francese insuperate pittore sul vetro, Florence, Carnesecchi,‎ , 112 p.
    Les pages 99-109 constituent un résumé français, par Ange Moretti, de l'ouvrage. Un tire-à-part, dédicacé par Jérôme Mancini, et daté du 27 avril 1909, existe dans les Fonds patrimoniaux de la Ville de La Châtre.
  • Eugène Muntz, « Guillaume de Marcillat et la peinture sur verre en Italie », Revue des Arts Décoratifs,‎ 1890-1891, p. 359-374 (lire en ligne)
  • (it) G. Sinibaldi, « Guillaume de Marcillat », Atti e Memorie della Regia Accademia Petrarca, vol. XXII-XXIII (n.s.),‎ , p. 45-62 (ISSN 0393-2397)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Vasari, dans Le Vite, écrit :Guglielmo da Marcilla
  2. La « rue Guillaume de Marcillat », à La Châtre, porte son nom.
  3. Son lieu de naissance est resté discuté parce que Marcillat se nommait « prieur du prieuré Saint-Thiébaut de Saint-Mihiel », en Lorraine, et on pouvait penser qu'il en était originaire. Or le testament de Marcillat, cité par exemple dans Léon Germain, Guillaume de Marcillat : Prieur de Saint-Thiébaut de Saint-Mihiel, Nancy,‎ (lire en ligne), mentionne clairement qu'il est né à la Châtre.
  4. Giorgio Vasari décrit la vie et l’œuvre de Guillaume de Marcillat dans Le Vite : pages 89-95 de l'édition 1568. Une traduction commentée du volume IV, contenant la biographie de Guillaume de Marcillat, est parue en 1839 : Giorgio Vasari, Vie des peintres, sculpteurs et architectes : Traduction par Léopold Leclanché, et commentée par Jeandron et Léopold Leclanché, t. 4, Paris, Just Tessier,‎ (lire en ligne), p. 293-325.
  5. Émile Chénon, dans la 4e série de ses « Notes historiques », étudie l'implantation de la famille Marcillat dans la région autour de La Châtre : Émile Chénon, « Notes archéologiques et historiques sur le Bas-Berry, 4e série : XX.- La patrie et la famille du peintre-verrier Fra Gugliemo (1473-1535) », dans Mémoires de la Société des Antiquaires du Centre, vol. 27,‎ (lire en ligne), p. 232-239
  6. Vasari écrit (traduction française dans Léon Germain, op. cit., page 4): « Celui-ci, dans son pays, persuadé par les prières de quelques amis, assista à la mort d'un de leurs ennemis; c'est pourquoi il fut contraint de prendre l'habit de moine de la religion de Saint-Dominique, en France, pour échapper à la cour et à la justice. »
  7. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, la destruction des vitraux n'est pas due aux assaillants, mais aux défenseurs, qui ont utilisé le plomb des vitraux pour fondre des balles de fusils.
  8. Ce texte est la première manifestation écrite de la présence de Marcillat en Italie.
  9. Le pape Jules II avait été, depuis 1480, Légat en France, Cardinal de saint Pierre aux Lions, et avait à ce titre la réserve (le droit de nomination) sur plusieurs abbayes de Lorraine et Barrois, et notamment Saint-Mihiel. Il devient pape en 1503. Depuis 1508, un de ses neveux prend la place de cardinal.
  10. Les prieuré vacants étaient pourvus soit par l’évêque du diocèse, soit directement par le pape, avec parfois des conflits qui se réglaient généralement financièrement. Voir Léon Germain, op. cit..
  11. Ce testament, en italien et en traduction française, est reproduit dans l'ouvrage de Jouin 1901
  12. Giorgio Vasari dans « Le Vite, traduction de Leclanché, page 302.
  13. Paul Perdrizet, Vierge de Miséricorde, Étude d'un thème iconographique, Paris 1908.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]