Guillaume de Digulleville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Guillaume de Digulleville
Songe de Guillaume de Diguleville.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Vers Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Ordre religieux
Songe de Guillaume de Diguleville: la Jérusalem céleste (France, XVe siècle).

Guillaume de Digulleville ou Deguileville (Digulleville vers 1295 - après 1358) est un moine et poète français du Moyen Âge.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à la pointe de la Hague, il se dit « de noble et franc lignage »[1]. Devenu moine cistercien, il entre vers 1316[2] à l'abbaye de Chaalis dont il semble être devenu le prieur[3] et où il semble avoir passé le reste de sa vie.

Guillaume de Digulleville s'est rendu célèbre par Les Pèlerinages (Le Pèlerinage de la vie humaine, Le Pèlerinage de l'Âme, Le Pèlerinage de Jésus Christ), trois longs poèmes sur le thème de l'Homo viator, homme voyageur, qui eurent un grand succès jusqu'à la fin du XVIe siècle.

Dans le premier, Le Pèlerinage de la vie humaine, commencé vers 1330, de 13 000 vers, il décrit comment, après la lecture du Roman de la Rose, il eut une vision, l'emmenant dans un pèlerinage spirituel vers la Jérusalem céleste. Le poète anglais John Skelton a traduit Le Pèlerinage de la vie humaine, mais sa version est perdue : elle avait le titre Of Mannes Lyfe the Peregrynacioun.

Le Pèlerinage de l'Âme, composé entre 1355 et 1358, de 11 000 vers, et une suite du premier ouvrage décrivant le voyage de l'âme après la mort.

Le Pèlerinage de Jésus Christ, le moins connu, fait le récit de la vie du Christ venu sur terre pour racheter la faute d'Adam.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le Pèlerinage de la vie humaine (1330-1331) puis une deuxième version (1355) ; pp. 701-1005 in Stumpf (2009) [PDF]
  • Guillaume de Deguileville, Le livre du pèlerin de vie humaine
  • Le Roman de la Fleur de lys (1338) (titre alternatif : Dit de la fleur de lis)
  • Le Pèlerinage de l'Âme (1355-58)
  • Le Pèlerinage de Jésus Christ (1358)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Panneau commémoratif en l'église de Digulleville
  2. Vikland, la revue du Cotentin — La Hague, Corsaires et contrebandiers, Flamanville, Digulleville, Éditions Heimdal, no 32, Février-mars-avril 2020, p. 32.
  3. Catherine Bel et Herman Braet, De la Rose: texte, image, fortune, Peeters Publishers, (lire en ligne), p. 321.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Amblard, Paule « Le Pèlerinage de vie humaine. Le songe très chrétien de l'abbé Guillaume de Digulleville », Flammarion, 1998, 159 pp. (ISBN 978-2080355812)
  • Delacotte, Joseph « Guillaume de Digulleville, poète normand. Trois romans-poèmes du XIVe siècle. Les pèlerinages et la divine comédie », Desclée de Brouwer et Cie, Paris, 1932, 286 pp.
  • Duval, Frédéric et Pomel, Fabienne (sous la direction de) « Guillaume de Digulleville. Les pèlerinages allégoriques. Actes du colloque international de Cerisy La Salle ». Presses universitaires de Rennes, 2008, 489 pp.
  • Faral, Edmond « Guillaume de Digulleville, moine de Chaalis ». Histoire littéraire de la France, Imprimerie nationale, Paris, 1962, tome 39, pp. 1-132.
  • Stumpf, Béatrice (2006) « Le Moyen Français clut et ses dérivés dans le Pèlerinage de vie humaine de Guillaume de Digulleville, un régionalisme? », Revue de Linguistique romane, vol. 70, 2006, pp. 181-208.
  • Stumpf, Béatrice (2008) « Étude de quelques régionalismes lexicaux dans les Pèlerinages de Guillaume de Digulleville », in Duval & Pomel, eds. (2008), pp. 253-280. Reproduit pp. 1381-1408 in Stumpf (2009).
  • Stumpf, Béatrice (2009) « Lexicographie et lexicologie historique du Français ». Thèse de doctorat sur travaux présentée par Béatrice Stumpf, Université de Nancy 2, 2009, 1 408 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]