Guillaume Sarkozy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sarkozy (homonymie), Nagy et Bocșa.
Guillaume Sarkozy
Description de l'image Officielle GUILLAUME SARKOZY-002.JPG.
Nom de naissance Guillaume Sarközy de Nagy-Bocsa
Naissance (66 ans)
Paris 17e, France
Nationalité Drapeau de la France française
Diplôme
Profession
Distinctions
Famille

Guillaume Sarközy de Nagy-Bocsa, dit Guillaume Sarkozy, né le à Paris 17e, est un homme d'affaires français, qui travaille notamment dans le domaine de la gestion de la protection sociale. Il est le frère aîné de l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy. Il est diplômé de l'École spéciale des travaux publics en 1974.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Famille Sarkozy.

Frère aîné de Nicolas Sarkozy, Guillaume Sarkozy est le fils de Pál Sarkozy[1], publicitaire, artiste peintre, et d'Andrée Mallah[2], avocate.

Il a été marié à Sylvie Vever, de qui il a trois enfants : Frédéric (1981), Clémentine (1984) et Capucine (1986). Il s'est remarié en mars 2004 avec Christine Mulot.

Généalogie[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pál Sárközy de Nagy-Bocsa
???
 
Andrée Mallah : 1° épouse
???
 
Christine de Ganay : 3° épouse
???
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Guillaume Sarkozy
(1951-)
 
Sylvie Vever : mariage puis divorce
???
 
Christine Mulot : remariage en 2004
???
 
Nicolas Sarkozy
(1955-)
 
Marie-Dominique Culioli : mariés en 1982, divorcés en 1996
(1958-1993)
 
Cécilia Ciganer-Albéniz : mariés en 1996, divorcés en 2007
(1957-)
 
Carla Bruni-Tedeschi : mariage en 2008
(1967-)
 
François Sarkozy
(1959-)
 
Caroline Sarkozy
(1967-)
 
Pierre-Olivier Sarkozy
(1969-)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Frédéric Sarkozy
(1981-)
 
Clémentine Sarkozy
(1984-)
 
Capucine Sarkozy
(1986-)
 
Pierre Sarkozy
(1985-)
 
Jean Sarkozy
(1986-)
 
Louis Sarkozy
(1997-)
 
Giulia Sarkozy
(2011)

Carrière[modifier | modifier le code]

Parcours professionnel[modifier | modifier le code]

  • 1974-76 : ministère de l'Intérieur - Chargé de mission à la direction de la sécurité civile
  • 1977-78 : IBM - Ingénieur commercial grands comptes
  • 1979-2005 : Tissages de Picardie et de Rinet- PDG .
  • 1979 au début des années 2000 : La PME passe de 40 employés à une centaine[3].
  • fin 2004 : Guillaume Sarkozy - à la tête de Tissage de Picardie depuis plus de 20 ans après le décès de son beau-père -décide de supprimer 15 emplois et procède à une augmentation de capital de 300 000 pour tenter de sauver l'entreprise[4]. À cette époque, le secteur du textile est fragilisé : entre 2000 et 2005, l'industrie textile a perdu 50 % de ses effectifs[5].
  • 2005 : Tissage de Picardie a divisé ses effectifs par deux depuis le début de l'année 2004. L'entreprise a été affectée par le dépôt de bilan de son plus gros client en 2003 qui s'est accompagné d'une baisse significative et imprévue de commandes[6].
  • Septembre 2005 : Tissages de Picardie dirigée pendant 27 ans par Guillaume Sarkozy a déposé le bilan à la suite de la perte de ses deux plus gros clients[7].
  • Mars 2006 : Spécialisé dans le tissu d'ameublement, Tissage de Picardie, est vendue par Guillaume Sarkozy à l'industriel René de Gaillande au terme d'un redressement judiciaire de plusieurs mois[8].
  • 2005 - 2006 : Groupe Résalliance Conseil - Président
  • depuis 2006 : délégué général du groupe Médéric.
  • Juillet 2008 : Guillaume Sarkozy, devient délégué général du groupe paritaire et mutualiste à but non lucratif Malakoff Médéric récemment fusionné, fusion dont il est l'initiateur et l'artisan. Malakoff Médéric est spécialisé dans les assurances complémentaires (retraite complémentaire par répartition Agirc Arrco, santé, prévoyance, épargne retraite et salariale)[9]. Il est nommé délégué général à l'unanimité, à moitié par les organisations patronales et à moitié par les cinq grandes organisations syndicales[10]. Depuis son arrivée à la tête du groupe, celui-ci a gagné de nombreux appels d'offres comme ceux de la branche HCR[11], de la Sécurité sociale, et du Pôle emploi[12] (Malakoff Médéric était déjà assureur des Assedic/Unedic).
  • En octobre 2010, le député André Guérin (PCF) faisait part de son opposition au projet de partenariat entre Malakoff-Médéric et la Caisse nationale de prévoyance (CNP Assurances), premier assureur de personnes en France mais également filiale de la Caisse des dépôts et consignations (CDC), « Groupe public au service de l’intérêt général et du développement économique »[13]. Le projet a été rejeté par l’Autorité de contrôle prudentiel[14]. Fin 2010, la CNP et Malakoff Médéric différeront finalement leur projet de monter une société commune en épargne retraite et salariale en raison de difficultés techniques et réglementaires[15].
  • 2011 : Malakoff Médéric et Europ Assistance s'associent en créant une filiale commune : BEA. Pour Guillaume Sarkozy, cela permet de « soutenir le développement de solutions nouvelles en matière de santé et de services à la personne, vecteur de solidarité et de création d'emplois »[16].
  • 2012 : Engagé de longue date pour le handicap, et partenaire de la Fédération française handisport depuis 2009[17] à l’initiative de Guillaume Sarkozy, Malakoff Médéric se mobilise en faveur du handisport à l’occasion des jeux paralympiques de Londres. Par ailleurs, le taux d’emploi des salariés handicapés du groupe atteint 6,2 %[18].

En novembre 2015, le bureau de l’association sommitale Malakoff Médéric – l’équivalent d’un conseil d’administration – négocierait avec Guillaume Sarkozy les conditions de son départ en raison de ses désaccords avec Patrick Sagon, président de la Mutuelle générale, avec laquelle Malakoff Médéric a engagé un processus de fusion[19]. Un porte-parole de Malakoff Médéric a toutefois précisé qu'« aucune procédure de licenciement n'est en cours » et que le groupe est « totalement mobilisé » pour que le rapprochement avec la Mutuelle Générale aboutisse[20],[21].

Responsabilités au sein d'organisations professionnelles[modifier | modifier le code]

  • 1993-2006 : Union des industries textiles (UIT). Il est 1er vice-président entre 1994 et 2000, chargé des Affaires sociales, puis président jusqu'en mai 2006. Guillaume Sarkozy, président de l'Union des industries textiles, a été accusé d'avoir déclaré : « Je suis fier d'être un patron industriel qui délocalise. Assez de faux semblant : la perte d'emploi, la déstabilisation industrielle, c'est normal, c'est l'évolution »[22]. Mais il dément cette information affirmant n'avoir jamais délocalisé un seul emploi lorsqu'il était à la tête des Tissages de Picardie[23]. Lucien Deveaux, 65 ans, succède à Guillaume Sarkozy à la présidence de l'Union des industries textiles (UIT). L'entreprise textile que dirigeait Guillaume Sarkozy, Tissages de Picardie, avait été placée en redressement judiciaire fin septembre 2005[24].
  • 1994-2006 : CNPF puis Medef
    • au CNPF, il est président de la commission protection sociale de 1994 à 1998
    • au Medef, il a successivement présidé la Commission sociale et l'Union des Textiles avant d'en devenir le vice-président. Il est membre du Conseil exécutif et du Comité financier de 2000 à 2006. Il est également président du groupe Proposition et Action sociale. Nommé vice-président en 2004, il est chargé des réformes de la protection sociale et chef de file du MEDEF dans le cadre des négociations entre le gouvernement et les partenaires sociaux lors de la mise en place des réformes des retraites et du système de santé.
  • Échec à la présidence du Medef : Guillaume Sarkozy (UIT), en duo avec Francis Mer, renonce au Medef : le duo n'a pas su convaincre[25].
  • 2004-2006 : Groupe des Fédérations industrielles

Mandat dans des sociétés[modifier | modifier le code]

Autres organismes[modifier | modifier le code]

Distinction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Né le 5 mai 1928 à Budapest.
  2. Née le 12 octobre 1925 à Paris.
  3. https://www.lesechos.fr/management/actu/fil/0202162679417-guillaume-sarkozy-batisseur-de-maquettes-346223.php
  4. http://www.leparisien.fr/economie/guillaume-sarkozy-depose-le-bilan-22-09-2005-2006315744.php
  5. http://www.industrie.gouv.fr/biblioth/docu/dossiers/sect/pdf/texsynth.pdf
  6. http://www.usinenouvelle.com/article/tissage-de-picardie-change-de-mains.N12971
  7. http://www.usinenouvelle.com/article/tissage-de-picardie-liquide.N18161
  8. http://www.usinenouvelle.com/article/tissage-de-picardie-en-redressement-judiciaire.N17727
  9. https://www.youtube.com/watch?v=-abC-Y3tOxg&feature=autoplay&list=PL825AF0D0FFB11CC3&playnext=2
  10. http://archives.lesechos.fr/archives/2010/lesechos.fr/11/15/020927203205.htm
  11. http://www.unsa-pole-emploi.fr/files/nouvelle-mutuelle-2.pdf
  12. http://www.argusdelassurance.com/acteurs/hcr-les-vainqueurs-du-regime-sante-sont.45716
  13. http://www.argusdelassurance.com/a-la-une/malakoff-mederic-et-cnp-peinent-sur-l-epargne-retraite.46948
  14. https://www.marianne.net/Comment-l-austerite-peut-faire-le-bonheur-de-Guillaume-Sarkozy_a214334.html
  15. http://www.boursier.com/actions/actualites/news/cnp-assurances-et-malakoff-mederic-different-leur-projet-de-societe-commune-410505.html
  16. http://www.aladom.fr/secteur-service/malakoff-mederic-et-europ-assistance-associent-552.html
  17. http://informations.handicap.fr/art-handicap-publi-reportage-5-4527.php
  18. http://www.miroirsocial.com/actualite/6-2-de-salaries-handicapes-chez-malakoff-mederic
  19. Isabelle Chaperon, « Guillaume Sarkozy débarqué de Malakoff Médéric », sur www.lemonde.fr, Le Monde, (consulté le 27 novembre 2015).
  20. « Malakoff Médéric/Mutuelle Générale: 3 dirigeants sur le départ », sur www.lefigaro.fr, Le Figaro, .
  21. « Malakoff Médéric : Guillaume Sarkozy poussé vers la sortie », sur le site du journal Les Échos, le 28 novembre 2015
  22. http://lexpansion.lexpress.fr/economie/guillaume-sarkozy-vice-president-du-medef_97642.html
  23. https://www.youtube.com/watch?v=UcK2fRwesZo
  24. http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20060517.OBS8000/lucien-deveaux-succedea-guillaume-sarkozy.html
  25. http://lexpansion.lexpress.fr/economie/pourquoi-francis-mer-renonce-au-medef_109953.html?xtmc=

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :