Guillaume Morrissette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
L'admissibilité de cet article est à vérifier (juillet 2016).
Motif : WP:CAA et WP:NECR
Vous êtes invité à le compléter pour expliciter son admissibilité, en y apportant des sources secondaires de qualité, ainsi qu'à discuter de son admissibilité. Si rien n'est fait, cet article sera proposé à la suppression un an au plus tard après la mise en place de ce bandeau.
Conseils utiles à la personne qui appose le bandeau
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Guillaume Morrissette, né le , est un polymathe canadien originaire de la province de Québec, auteur de romans policiers primés par la critique. En plus d'être musicien, conférencier, consultant, entrepreneur et enseignant, il milite activement pour l'acceptation de la douance chez l'enfant.

Biographie[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Enfance[modifier | modifier le code]

Né dans la région d'Ottawa d'un père ingénieur et d'une mère couturière, il est l'ainé de six enfants, dont deux jumeaux qui décèdent en bas âge. En 1979, son père obtient un poste pour la société d'énergie de la Baie James et emmène sa famille à Eastmain, dans le nord du Québec. De là, Guillaume connaitra successivement les villages de Caniapiscau (1980) et de Keyano (1982), où son père est chaque fois transféré. À cette époque, Guillaume connaitra sa première rencontre avec la douance en étant muté de la maternelle à la première année en décembre, cause directe de ses résultats académiques et du petit nombre d'élèves dans l'école (moins de 30 entre la première et la sixième année). Comme Liliane (sa mère) et Robert (son père) sont originaire de la région trifluvienne, la famille s'établira définitivement à cet endroit en 1984, choisissant une petite maison dans l'ouest de la ville de Trois-Rivières pendant que le paternel commence un emploi à la construction de la nouvelle usine sur la rive sud de la ville.

Après des années tumultueuses à l'école secondaire, il entre au CEGEP en sciences pures et appliquées à l'âge de 16 ans. Il apprend à maitriser la guitare et le piano et se met à composer textes et musique. Il œuvre dans une troupe de théâtre régionale où il fera la connaissance de plusieurs personnes qui deviendront des amis proches.

Vie adulte[modifier | modifier le code]

Fort d'un diplôme collégial en sciences auquel il accorde peu d'importance, Guillaume s'inscrit dans plusieurs universités canadiennes, dans des programmes assez différents (musique, mathématiques, informatique, physique), est accepté partout (sauf en musique, où on lui demande une propédeutique) et opte finalement pour le programme de mathématiques/informatique de l'UQTR. Il y passera deux années avant de lâcher complètement les études pour se consacrer à la musique. Il vivra de sa guitare en parcourant les bars québécois entre 1997 et 2001, intercalant des métiers de barman. En 1999, avec l'aide des économies d'un ami qui accepte de le financer, il produit et lance un album dont il signe paroles et musique, Le Chandelier. Il fera la première partie du chanteur Nicola Ciccone au grand théâtre Granada, à Sherbrooke, en mars 2000, devant une salle comble. Cet événement restera le point culminant de sa courte carrière musicale. Il vendra un peu moins de 1000 albums et continuera de donner des spectacles à l'occasion mais ne signera jamais de contrat officiel. En 2000, il entreprend et abandonne des études en musique à l'Université McGill.

En 2001, il retourne de nouveau aux études dans l'intention d'obtenir un diplôme universitaire en administration. C'est à ce moment qu'il développe la piqure de l'enseignement. Il agira à titre de correcteur pour un professeur au long du baccalauréat et s'impliquera activement dans les activités parascolaires. En mai 2004, diplôme en poche, il s'inscrit à la maitrise en finance de l'Université de Sherbrooke, où il est accepté. Il quittera le Québec pour l'Europe durant l'été 2004, traversera 14 pays et en reviendra profondément bouleversé. Incapable de savoir s'il souffre d'une dépression ou d'un autre trouble de nature cognitive, il entre en thérapie deux semaines avant de commencer la maitrise.

Cette année scolaire 2004-2005 permet à Guillaume de côtoyer une cinquantaine de personnes à l'appétit intellectuel élevé, groupe dans lequel il trouvera sa place rapidement. Parallèlement, on lui diagnostique un trouble au niveau des synapses, mais aucune médication n'est prescrite. Dans cet environnement stimulant, Guillaume décroche un diplôme de deuxième cycle et commence à donner une charge de cours au MBA de l'Université de Sherbrooke en mai 2005. Le professeur qui l'avait embauché comme correcteur revient à la charge depuis l'Université du Québec à Trois-Rivières et convainc Guillaume de revenir dans la région trifluvienne pour y donner des cours, où il commencera à enseigner dès septembre 2005.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Entre l'automne 2005 et l'hiver 2007, Guillaume accepte de travailler quatre jours semaine à Montréal tout en donnant des charges de cours en mathématiques financières à Trois-Rivières. Il achète la maison familiale et loue une chambre à un ami dans la région montréalaise, où il travaille pour deux entreprises œuvrant dans la création de logiciels financiers complexes. Sa conjointe de l'époque tombe enceinte en aout 2007, Guillaume remet sa démission pour décembre de la même année et quitte définitivement Montréal pour s'établir dans son patelin.

Au fil des sessions, les évaluations des étudiants à l'endroit de Guillaume sont parmi les meilleures de l'institution, ce qui lui vaut de recevoir le Prix d'excellence en enseignement en 2013[1], plus haute distinction honorifique remise à un chargé de cours. Son approche pédagogique avant-gardiste est basée sur l'application et sur l'interprétation, au détriment de la certitude et des preuves théoriques.[réf. nécessaire]

Publications[modifier | modifier le code]

  • La Maison des vérités (2013)[2]
  • L'Affaire Mélodie Cormier (2015)[3]
  • Terreur Domestique (2016)[4]
  • Des fleurs pour ta première fois (2017)

Prix et mentions notables (littérature)[modifier | modifier le code]

  • Prix du premier roman policier, Société du roman policier de Saint-Pacôme, 2015 (gagnant)[5]
  • Coup de cœur du jury, Club de lecture de Saint-Pacôme, 2015 (gagnant)[5]
  • Prix des nouvelles voix de la littérature, Salon du livre de Trois-Rivières, 2016 (finaliste - gagnant: David Goudreault, La bête à sa mère)[6]
  • Prix des lecteurs, Salon du livre de Trois-Rivières, 2016 (gagnant)[7]
  • Prix canadien Arthur-Ellis du roman policier, Crime Writers of Canada, 2016 (finaliste - gagnant: Luc Chartrand, L'affaire Myosotis)[8]
  • Prix québécois de l'AQPF-ANEL du meilleur roman catégorie 13 ans + pour l'Affaire Mélodie Cormier[9]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Remise de prix honorifiques institutionnels à la cérémonie Distinction UQTR | En Tête UQTR » (consulté le 26 juillet 2016)
  2. Linda Corbo, « Premier roman pour Guillaume Morrissette », sur lapresse.ca/le-nouvelliste,‎ (consulté le 26 juillet 2016).
  3. (fr) « Un polar typiquement trifluvien signé Guillaume Morrissette | Linda Corbo | Arts & Spectacles » (consulté le 26 juillet 2016)
  4. (fr) « Terreur domestique: terreur à Trois-Rivières **** | Norbert Spehner | Critiques de livres » (consulté le 26 juillet 2016)
  5. a et b « Coup de cœur du Club de lecture et Prix du premier polar | Municipalité de Saint-Pacôme », sur www.st-pacome.ca (consulté le 18 août 2016)
  6. « Prix des nouvelles voix de la littérature | Salon du livre de Trois-Rivières », sur www.sltr.qc.ca (consulté le 18 août 2016)
  7. « Concours Prix des lecteurs | Salon du livre de Trois-Rivières », sur www.sltr.qc.ca (consulté le 18 août 2016)
  8. CWC Administrator, « Crime Writers of Canada - Shortlists », sur www.crimewriterscanada.com (consulté le 18 août 2016)
  9. Motion In Design, « ANEL – Prix littéraires », sur anel.qc.ca (consulté le 19 février 2017)