Guillaume Le Blanc (évêque de Vence)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Guillaume Le Blanc
Biographie
Naissance Vers 1561
Albi
Décès
Aix-en-Provence
Évêque de l'Église catholique
Évêque de Grasse
Évêque de Vence

(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Guillaume Le Blanc (né à Albi vers 1561 et mort à Aix-en-Provence le ) est un ecclésiastique qui fut évêque de Grasse et évêque de Vence de 1592 à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Guillaume Le Blanc, né à Albi vers 1561, est le neveu et homonyme de Guillaume Le Blanc, l'évêque de Toulon mort en février 1588. Diacre de sa ville natale, son oncle se charge de son éducation et l'envoie faire ses études à Rome où il développe ses talents de poète[1] et se fait remarquer par le pape Sixte V qui en fait son camérier secret. Après la mort le d'Audin de Garidelli, l'évêque de Vence, il est désigné pour lui succéder. Par une bulle du le pape Clément VIII unit son siège à celui d'évêque de Grasse avec l'accord du Parlement d'Aix-en-Provence favorable à la Ligue et il est nommé évêque des deux diocèses le [2].

Toutefois à la suite de la renonciation de l'évêque Georges de Poissieux, le roi Henri IV de France avait nommé dès le et confirmé en avril 1598 comme évêque de Grasse, Étienne Le Maingre de Boucicaut, promotion que le Saint-Siège avait refusé de reconnaitre parce que faite initialement par un prince protestant. Guillaume Le Blanc doit soutenir contre son compétiteur à Paris un long procès qu'il perd le . Il fait appel devant le Conseil d'État mais il est débouté le . Il meurt peu après à Aix-en-Provence le 29 novembre en retournant dans son diocèse. Son neveu et homonyme un autre Guillaume Le Blanc prévôt du chapitre de chanoines de Toulon lui fait édifier dans la cathédrale de Vence un tombeau où il est inhumé[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il est l'auteur d'une poème en latin Hyacinthus traduit et publié pour la première fois en 1846
  2. R.P. Richard et Giraud, Bibliothèque sacrée ou Dictionnaire universel, historique, dogmatique, canonique, géographique et chronologique des sciences ecclésiastiques, Paris, 1828, tome XXVVIII, p. 307.
  3. Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle, ancienne et moderne: supplément, ou Suite, Volume 71 paris 1842, p. 20-21.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Doublet, Guillaume Le Blanc évêque de Grasse et Vence à la fin du XVIe siècle, Annales du Midi 13, 1901, p. 176-189 et 346-365.