Guillaume Imbert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Imbert.
Guillaume Imbert
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 59 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
Ordre religieux

Guillaume Imbert de Boudeaux, né à Limoges en 1744, mort à Paris le , est un homme de lettres français.

Sa famille ayant forcé Imbert à entrer dans l’ordre des Bénédictins, celui-ci ne cessa de protester contre cette violence et, aussitôt qu’il le put, il quitta son couvent. Il se livra alors à ses goûts pour la critique politique et littéraire, et fit paraitre des recueils périodiques qui le firent mettre, à trois reprises, à la Bastille.

Redoutant de nouveaux emprisonnements, Imbert émigra en Prusse rhénane, à Neuwied, où il collabora à la publication de la Correspondance littéraire secrète de Metra.

Il revint ensuite vers 1790 en France, où il termina ses jours.

Publications[modifier | modifier le code]

  • État présent de l’Espagne et de la Nation espagnole, trad, de l’anglais, de Clarke, 1770, 2 vol. in-12 ;
    Ce livre fut défendu en France et en Espagne, dès sa parution.
  • Dissertation sur l’Origine de l’Imprimerie en Angleterre, trad. de l’anglais de Conyers Middleton, Londres et Paris, 1775, in-8° ;
    L’auteur y établit que Caxton apporta le premier à Westminster les procédés de cet art, et repousse l’opinion qui place le berceau de l’imprimerie anglaise à Oxford, où elle aurait été introduite par un étranger.
  • Correspondance littéraire secrète, publiée chaque semaine, du à octobre 1785 ;
    Une grande partie de ces feuilles hebdomadaires a été réimprimée sous la rubrique de Londres, de 1787 à 1790, en 18 vol. in-12 et continuées à Neuwied jusqu’au par Beaunoir
  • La Philosophie de la Guerre, extrait des Mémoires du général Henri Lloyd, trad. par un officier français (Romance, marquis de Mesmon) ; 1790, in-12 ;
  • Anecdotes du dix-huitième siècle, Londres, 1783-1785, 2 vol. in-8° ;
    Imbert eut plusieurs collaborateurs pour cet ouvrage.
  • La Chronique scandaleuse, ou mémoires pour servir à l’histoire des mœurs de la génération présente, Paris, 1783, in-12; 1785, 2 vol. in-12 ; 1788 et 1791, 5 vol. in-12 ;
  • Mémoire politique et militaire sur la Défense et l’Invasion de la Grande-Bretagne, trad, de l’anglais du général H. Lloyd, Limoges et Paris, an IX, in-8°, avec carte et plan ;
    Cet ouvrage fut réfuté par le général Jacques-François-Louis Grobert, dans ses Observations sur le Mémoire du général Lloyd concernant l’Invasion et la Défense de la Grande-Bretagne, Paris, 1803, in-8°. Une réplique d’Imbert fut défendue par le gouvernement.

Source[modifier | modifier le code]

  • Jean Chrétien Ferdinand Hoefer, Nouvelle biographie générale, t. XXV, Paris, Firmin-Didot, 1855, p. 826.
  • Laurent Bourdelas, Du pays et de l'exil Un abécédaire de la littérature du Limousin, Les Ardents Editeurs, 2008.