Guillaume Gabriel Pavée de Vendeuvre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guillaume Pavée de Vendeuvre
Image illustrative de l'article Guillaume Gabriel Pavée de Vendeuvre
Fonctions
Pair de France
Député de l'Aube
Biographie
Date de naissance
Date de décès (à 91 ans)

Guillaume Pavée de Vendeuvre (, Paris - , Troyes) est homme politique français, député puis pair de France. Auditeur au Conseil d’État sous le Premier Empire, il devient maître des requêtes sous la Restauration. Il est conseiller général et député de l'Aube de 1820 à 1824 et de 1827 à 1837, siégeant dans l'opposition à la Restauration. Il est l'un des signataires de l'adresse des 221. Rallié à la Monarchie de Juillet, il est pair de 1837 à 1848.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d’une famille de robe, Guillaume Gabriel Pavée de Vendeuvre est le fils de Jean-Baptiste-Gabriel Pavée (4 juin 1752 - 1814 Paris) dont le grand-père Gabriel, secrétaire du roi, acquit le 17 mai 1752 le château de Vendeuvre-sur-Barse sur la commune de Vendeuvre-sur-Barse et d’Elisabeth Langlois. Jean est fait baron d'Empire au titre de grand propriétaire terrien.

Le 18 juin 1806, Guillaume épouse Alexandrine Dassy (4 avril 1790, Meaux - 29 mai 1852, Meaux). Le couple a deux enfants Guillaume-Gustave-Gabriel[1]représentant de l'Aube à l'Assemblée législative, en 1849, marié à Angéline Duboscq et Adrienne, mariée en juin 1830, à M. Paul Bourlon d'Haironville.

Famille[modifier | modifier le code]

Armoiries figurant sur un volume de leur ancienne bibliothèque

Le père de Guillaume, Jean-Baptiste-Gabriel Pavée, est conseiller à la cour des aides de Paris. En 1789, il est nommé électeur[2] puis lieutenant de la garde nationale de Paris. En 1790, ayant présidé en qualité de commissaire du roi à la formation du département, il est élu président du district de Bar-sur-Aube, réélu en 1791 et nommé administrateur du département en 1792. Il est par la suite secrétaire général du département et procureur général. Il sera suspendu en Vendémiaire an V comme beau-frère d’émigré. Il se retire des affaires publiques avant le 18 Brumaire et se consacre à la culture notamment en écrivant des ouvrages sur Vendeuvre[3]. Sa famille tient les terres de Vendeuvre, la Villeneuve en les rachetant à Louise-Françoise de Mesgrigny, le 17 mai 1752. Jean Gabriel est fait baron le 14 février 1810 par lettres patentes au titre des terres de Vendeuvre avec le majorat[4].

La sœur de Guillaume, Marie-Félicité, (1782-1870) épousa le 11 août 1802 Félix Le Chanoine, (1783-1815) comte du Manoir de Juaye, Lieutenant- colonel des lanciers de la Garde, chevalier de la Légion d'honneur, qui eut la tête emportée par un boulet de canon à Waterloo.

Carrière[modifier | modifier le code]

Guillaume Gabriel Pavée de Vendeuvre fait son stage administratif sous l'Empire, comme auditeur au Conseil d'État en 1808 puis auditeur de première classe en service ordinaire près du ministre de la police et de la section de l'intérieur en 1812. Il passe en service extraordinaire et exerce les fonctions de commissaire spécial de police à Travemünde avant d'être nommé commissaire général de police à Marseille en avril 1813[5].

En 1815, il est nommé maître des requêtes au comité du contentieux du Conseil d'État et chargé de la surveillance des approvisionnements de Paris.

En 1819, il entra au Conseil général de l'Aube.

Élu député du département de l'Aube au grand collège, au mois de novembre 1820, il est rayé du service ordinaire du conseil d'État, au mois de mars 1821, le lendemain du jour où il prononça son premier discours à la tribune de la Chambre des députés; il y dénonçait les manœuvres frauduleuses employées dans les élections. Il siège au côté gauche dans l'opposition constitutionnelle. Battu en 1824, il crée une faïencerie à Vendeuvre et à Spoy une verrerie. Guillaume Pavée de Vendeuvre ne doit pas être confondu avec Pierre-Prudent de Vandeuvre-Bazile, procureur royal à Dijon, à Rouen, puis premier président de la Cour royale de Lyon[6] (1776 - 1829) élu en 1820 puis en 1824 contre Guillaume qui le battit en 1827.

Réélu en novembre 1827 dans le 2e arrondissement, il est le premier a déclaré ouvertement à l'Assemblée que Charles X doit démissionner. Réélu en juillet 1830, il signe la Charte réformée du 9 août en qualité de secrétaire de la Chambre des députés.

Il est élevé, au mois d'octobre 1837, à la dignité de pair de France. Il en remplit les fonctions jusqu'en 1848.

Contrairement à ce qui est parfois avancé, il ne fut pas ministre[7] de Louis XVIII mais fut cité dans le Dictionnaire des girouettes de Pierre-Joseph Charrin.

Armoiries figurant sur un volume de leur ancienne bibliothèque

Son portrait miniature réalisé par Anthelme-François Lagrenée (1774-1832) a été mis en vente chez Christie's.

Armoiries[modifier | modifier le code]

  • Armoiries : D’or à un paon au naturel au chef d’azur chargé d’une croisette d’or entre deux étoiles du même.
  • Cri : Ardeo, Persevero, Spero.

Les armes se retrouvent sur de nombreux volumes d’une importante bibliothèque constituée d’ouvrages d'histoire et de littérature, en belles et rares éditions, régulièrement en vente aux enchères (2007 notamment).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il adopte le petit-fils de sa sœur Jules Marie Florent Evain, fils de Jules Évain et de Pauline-Esther Bourlon d’Hérouville qui épouse à Vienne le 22 août 1880, Marguerite Caradja, fille du prince Jean Karadja Pasha (en) (1835-1894), Ministre de Turquie à Stockholm et Haga, et de Caroline Adélaïde Durand. Marguerite est la petit-fille de Constantin prince Caradja (1799-1860), Ministre de Turquie à Haga dont descend la famille Evain Pavée de Vendeuvre une des familles subsistantes de la noblesse française
  2. Catalogue des gentilshommes de l'Isle de France, Soissonnais, Valois, Vermandois : qui ont pris part ou envoyé leur procuration aux assemblées de la noblesse pour l'élection des députés aux États généraux de 1789 publié d'après les procès-verbaux officiels, par Louis de La Roque et Édouard de Barthélemy
  3. Dissertation sur un bourg de Champagne Vendeuvre-sur-Barse, par le baron Pavée de Vendeuvre, Troyes, 1812.
  4. 14 février 1810. Lettres-patentes portant collation du titre de Baron à M. Jean-Baptiste-Gabriel Pavée-de-Vandeuvre, membre du Conseil d'arrondissement de Bar-sur-Aube et établissement du majorat dont la dotation consiste :
    1. Dans le château de Vandeuvre, situé à Vandeuvre, département de l'Aube, avec ses bâtiments, jardins, parc, le tout clos de murs, fossés et haies vives;
    2. Dans le pré Capitaine, clos de fossés;
    3. Dans le moulin Coret, situé sur la rivière de Barse, près le jardin du château, avec ses bâtiments et jardin, tenant du levant au chemin du Beurré, du midi aux représentants veuve Didier, du couchant àThebezart, du nord à la ruelle des Tanneries.
    4. Et environ vingt-deux hectares huit ares de terres et vignes, et une carrière répandus dans les contrées de Bourgelet, Forets, l'Epoisse, Dest Entonnoirs et près le Parc; toutes linage dudit Vandeuvre.
    Tous lesquels biens produisent un revenu annuel de 5,095 fr. 83 centimes.
  5. Conseil d’État
  6. sa biographie sur le site de l'Assemblée nationale
  7. Peut-être par confusion du terme ministériel signifiant député soutenant le ministère en place

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]