Guillaume V Durand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Guillaume Durand (évêque))
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guillaume Durand (homonymie).

Guillaume Durand
Image illustrative de l’article Guillaume V Durand
Portrait au XVIIe siècle
Biographie
Naissance vers 1230
Puimisson
Décès
Rome
Évêque de l’Église catholique
Évêque de Mende

Blason

Guillaume Durand, né vers 1230 à Puimisson près de Béziers et mort le , dit le Spéculateur, en latin « Speculator », en référence à son « Speculum judiciale », était un ecclésiastique français. Il fut évêque de Mende en Gévaudan.

Biographie[modifier | modifier le code]

Guillaume Durand est né à Puimisson dans le diocèse de Béziers, bien que l'on retrouve parfois, de façon erronée, une confusion avec le village de Puimission près de Riez. Il effectue ses études à Lyon, auprès de Henri de Suse. Il obtient son doctorat vers 1255. Il est par ailleurs chanoine de Maguelone à partir de 1251.

Il devient alors enseignant en droit à Modène. Puis il rejoint Rome, où il est fait chapelain apostolique et auditeur général des causes de palais par le pape Clément IV. Il administra pour Grégoire X le patrimoine de Saint-Pierre, mais excita une révolte par sa rigueur et se vit contraint de quitter l'Italie

Le il est élu évêque par le chapitre de la cathédrale de Mende. Il n'entre cependant dans la ville que le . Il teste le 6 octobre 1295 et meurt le . Il est enterré en l'église Sainte-Marie-de-la-Minerve à Rome. C'est son neveu, aussi appelé Guillaume Durand, qui lui succède à la tête de l'évêché mendois. Ce dernier a d'ailleurs fondé à Mende un collège de prêtres sous le vocable de Tous les saints, la mort de son oncle étant survenue jour de la Toussaint.

Écrits[modifier | modifier le code]

Tombe de Guillaume Durand

Il a composé des ouvrages qui eurent une vogue extraordinaire au Moyen Âge et était l'un des auteurs les plus influents de cette époque[1] :

  • le Speculum judiciale (Miroir du Droit), qui lui valut son surnom de Spéculateur, et qui inspira entre autres Giovanni d'Andrea (en) et Baldus ;
  • le Rationale divinorum officiorum (1286)[1], un des premiers livres qui aient été imprimés (Mayence, 1459)[2].

Joseph-Victor Le Clerc lui a consacré une notice dans l' Histoire littéraire de la France.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.
  1. a et b Yossi Maurey, professeur hébraïque de Jérusalem, La signification des neumas dans la liturgie médiévale, dans les Études grégoriennes, p. 86, Abbaye Saint-Pierre, Solesmes 2011
  2. Traduction en français par Charles Barthélemy, 5 volumes, 1854, disponible en ligne : [lire en ligne]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guillaume Durand de Mende, Évêque du XIIIe siècle, Manuel pour comprendre la signification symbolique des cathédrales et des églises, Paris, MdV Éditeur, 2012, 142 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :