Guillaume Christophe Marie de Toulouse-Lautrec-Montfa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Guillaume Christophe Marie de Toulouse-Lautrec-Montfa
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Président
Yacht Club de France
-
Secrétaire perpétuel
Académie de marine
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Officier de marineVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Conjoint
Autres informations
Membre de
Grade militaire

Guillaume Christophe Marie Pons, comte de Toulouse-Lautrec-Montfa (Paris, -Paris, ), est un officier de marine français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il entre à l'École navale en et en sort enseigne de 2e classe en . Il embarque alors sur le croiseur cuirassé Jules-Michelet puis sur le Montcalm en Extrême-Orient. Il est romu enseigne de 1re classe en . Il embarque ensuite sur les torpilleurs Somali et Tonkinois puis sur la canonnière Alerte avant de commander la canonnière La Grandière en Chine de 1926 à 1928, sur le haut Yangzi Jiang.

Lieutenant de vaisseau (), il embarque sur le navire-atelier Vulcain puis intègre l’École des officiers de transmissions. Il est instructeur sur le croiseur-école Jeanne-d'Arc (1930) avant d'être désigné pour l’État-major général de la marine (1933-1934) puis à celui de la 1re escadre (1935).

Élève de l’École de guerre navale, il en sort breveté et embarque alors sur le cuirassé Provence (1936-1937). Capitaine de corvette (), détaché auprès de l'Amirauté britannique pour établir les codes et instructions utiles à la coopération des deux marines, il devient en commandant en second du contre-torpilleur Triomphant et prend part en 1939 aux opérations de l'escadre de l'Atlantique.

En , il commande le torpilleur Siroco et participe aux opérations de Hollande et de Dunkerque où son bâtiment est coulé le . Il commande ensuite le torpilleur Mistral réfugié en Grande Bretagne qui est saisi par la Royal navy. . Il est promu capitaine de frégate pour faits de guerre. Il est alors désigné pour l'amirauté à Vichy.

Chef de la délégation marine de la Commission d'armistice (), à l'état-major à Paris () puis officier de liaison auprès des forces navales britanniques en Allemagne (), il est désigné comme commandant de la flottille amphibie d'Indochine Sud puis des forces maritimes du Mékong en février 1942.

Capitaine de vaisseau (), commandant du croiseur-école Jeanne-d'Arc (1950-1951), il est affecté à l'état-major de l'inspection générale des forces maritimes puis, à la Base navale de Norfolk aux États-Unis à l'état-major du commandement interallié de l'Atlantique.

Auditeur à l'Institut des hautes études de défense nationale (), promu contre-amiral (), il devient adjoint marine du commandant du Collège de défense de l'OTAN puis commande en , les forces maritimes du Pacifique.

Inspecteur des réserves (), vice-amiral (), il est versé en 2ème section en .

Président du Yacht Club de France (1965-1976), membre du conseil de la Société centrale de sauvetage, fondateur et président de la Fédération française des fêtes maritimes, membre de l'Académie de marine dont il est élu secrétaire perpétuel en 1979, il décède à Paris le .

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]