Guido Cagnacci

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un peintre image illustrant italien
Cet article est une ébauche concernant un peintre italien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Guido Canlassi
Naissance
Décès
Activité
Œuvres réputées
La Mort de Cléopâtre

Guido Canlassi dit Cagnacci[1] (né le à Santarcangelo di Romagna, dans la province de Rimini, en Émilie-Romagne - mort en 1663 à Vienne, en Autriche) est un peintre italien du XVIIe siècle, que l'on peut rattacher à la période tardive du baroque italien, appartenant à l'école de Bologne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vers 1617, on l'envoya étudier à Bologne, où il se lia d'amitié avec le Guerchin. Il se rendit à Rome avec lui en 1621-1622, où il put approfondir son penchant naturaliste. Guido Cagnacci travaille à Rimini de 1627 à 1642. À la fin des années 1630, il travaille à Forli où il réalise de grands tableaux de la Gloire des saints Valérien et Mercurial pour la coupole de la Madone des Fuoco en la cathédrale (1642-1644), actuellement à la pinacothèque.

Il fait un séjour prolongé à Venise 1650-1659, où il réalise un de ses tableaux les plus connus, La Mort de Cléopâtre (1658) représentant le suicide de Cléopâtre VII, conservé au Kunsthistorisches museum.

Son succès est consacré lorsqu'il est appelé Vienne par l'empereur Léopold Ier. Il y restera jusqu'à sa mort en 1663[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

La Mort de Cléopâtre (1658)
  • 1630-1640 : L'Enfant Jésus endormi, saint Jean Baptiste et Zacharie, (attribution), musée Condé, Chantilly.
  • 1635 : Le Christ avec saint Joseph et saint Eligius.
  • v. 1657 : La Mort de Lucrèce, huile sur toile, 87 × 66 cm, musée des beaux-arts de Lyon, inv. no B 287[3]
  • 1659-1662 : La Mort de Cléopâtre, toile, 140 × 159 cm, Kunsthistorisches Museum de Vienne[4]
  • 1660-1663 : Cléopâtre, Pinacothèque de Brera, Milan.
  • La Procession du Saint Sacrement (Salucedio)
  • Fresques de la Cappella della Madonna del Fuoco (Duomo, Forlì)
  • Allégorie de l'Astrologie sphérique (Pinacoteca civica, Forlì)
  • Portrait de Léopold Ier (Vienne)
  • L'Appel de saint Matthieu (Musei Comunale de Rimini)
  • Figure nue allégorique (coll. privée)
  • Marie-Madeleine soulevée de terre par un ange, huile sur toile, 192 × 38 cm, galerie Palatine, Palais Pitti, Florence. Exécutée lors de son séjour à Venise[5]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Base Joconde
  2. Giovanna Nepi Sciré, La Peinture dans les Musées de Venise : Biographies, Éditions Place des Victoires, , 605 p. (ISBN 978-2-8099-0019-4), p. 637
  3. Valérie Lavergne-Durey, Chefs-d'œuvre de la Peinture Italienne et Espagnole : Musée des Beaux Arts de Lyon, Réunion des Musées nationaux, , 103 p. (ISBN 2-7118-2571-X), p. 72-73
  4. Wolfgang Prohaska, Le Kunsthistorisches Museum de Vienne : Peinture, C.H. Beck/Scala Books, (ISBN 3 406 47459 4), p. 46
  5. Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti : La Peinture à Florence, Éditions Place des Victoires, (ISBN 2-84459-006-3), p. 359

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :