Gueures

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gueures
Gueures
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Dieppe
Intercommunalité Communauté de communes Terroir de Caux
Maire
Mandat
Josette Avenel
2020-2026
Code postal 76730
Code commune 76334
Démographie
Gentilé Gueurais
Population
municipale
525 hab. (2018 en diminution de 4,02 % par rapport à 2013)
Densité 86 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 50′ 40″ nord, 0° 57′ 47″ est
Altitude Min. 15 m
Max. 84 m
Superficie 6,07 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Dieppe
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Luneray
Législatives Dixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Normandie
Voir sur la carte administrative de Normandie
City locator 14.svg
Gueures
Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime
Voir sur la carte topographique de la Seine-Maritime
City locator 14.svg
Gueures
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gueures
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gueures

Gueures est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en région Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Gueures, commune située à une dizaine de kilomètres de Dieppe.

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Gueures se trouve sur les rives de la Saâne et de son affluent, la Vienne[1], deux rivières normandes.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Gueures est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Dieppe, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 62 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (88,9 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (89,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (64,3 %), prairies (24,6 %), zones urbanisées (6 %), forêts (3 %), eaux continentales[Note 3] (2,1 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est mentionné sous la forme latinisée Cora in pago Tellau en 685-7 dans la chronique de Fontenelle, puis sous les formes Gera, Geram au IXe siècle et Guerres, forme constante au Moyen Âge. Le dérivé Gourel, commune voisine suggère la justesse du primitif Cora que l'on retrouve par ailleurs dans la Cure, rivière de l'Yonne, Kœur (Meuse, Coria 709), Gorres à Beuvry (Pas-de-Calais, Gorea 1136), basés sur le thème hydronymique cor / gor, d'origine peut-être celtique[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

La présence humaine sur le site de Gueures est attestée très tôt, dès les périodes couvrant le paléolithique et le néolithique.

On y trouve encore des éléments témoignant de l'établissement d'une communauté à l'époque gallo-romaine. Peut être Gueures est il le Gauriacum donné en 750 par Pépin le Bref à l abbaye de Saint Denis, mais l histoire connue commence en 1431 quand Jeanne de Gueures épouse Guillaume de Canouville et crée la célèbre lignée des Canouville qui règne sur le plein fief jusqu à la révolution. Ces derniers émigrent alors et le village est décrété bien national puis mis aux enchères. En 1792 Gueures revient à un hobereau. Emmanuelle de Tocqueville dont le fils. Le comte Pierre Victor de Tocqueville, adepte de Saint Simon, donne à la commune son essor industriel et agricole,installant une papeterie une minoterie et une manufacture de coton. Au XXeme siècle seuls deux établissements créés par Gabriel Bourdon subsistent : la fabrique de cierges et le tissage de coton qui ont récemment disparu.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[10]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1793   C. Grenier    
1793 1794 Thomas Hue    
1794 1796 Étienne Catel    
1796 1800 M. Mayeux    
1800 1815 François Oriot    
1815 1830 Louis Bourdon    
1830 1849 Louis Lefebvre    
1849 1852 Jean Grenier    
1852 1870 François Lenne    
1870 1874 Stanislas Bard    
1874 1874 Édouard Groult    
1874 1884 Jules Roussel    
1884   Modeste Forget    
1892   Edgard Bourdon    
Les données manquantes sont à compléter.
1989 mai 2020 Jean-Paul Maret[11],[12]   Chef d'équipe retraité
Vice-président de la CC Saâne et Vienne (2008 → 2016)
Vice-président de la CC Terroir de Caux (2017 → 2020)
juillet 2020[13],[14] En cours
(au 10 août 2020)
Josette Avenel    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[16].

En 2018, la commune comptait 525 habitants[Note 4], en diminution de 4,02 % par rapport à 2013 (Seine-Maritime : +0,1 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
510535539572654745748869962
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 004904840758691706690737699
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
675645701563570589539569587
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
570552533484462530509506503
2013 2018 - - - - - - -
547525-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint-Pierre.

Le village offre au regard un certain nombre de bâtiments construits sous la Restauration, dans le plus pur style anglais. Il possède son château, une belle demeure seigneuriale, reconstruite dans la dernière partie du XVIIIe siècle, et dont le jardin à l'anglaise est traversé par la Saâne. On peut y admirer une petite église dédiée à saint Pierre et datant du XIIe siècle et remaniée de nombreuses fois.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Maurice Leblanc séjourna au château que louait alors sa sœur Jehanne[19]. Ce village est cité plusieurs fois et est au cœur de son roman La Comtesse de Cagliostro. Dans cet ouvrage, le château de Gueures est la propriété du chevalier des Aubes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - La Vienne (G4100600) » (consulté le 14 mai 2018).
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 4 avril 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  5. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Dieppe », sur insee.fr (consulté le 4 avril 2021).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 13 mai 2021)
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 13 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, , 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1, OCLC 6403150), p. 89 - 90.
  10. « Gueures », sur http://seine76.fr (consulté le 9 décembre 2015).
  11. « Le maire de Gueures se représente », Paris Normandie,‎ (lire en ligne).
  12. « Gueures : les travaux vont commencer à l’église », Paris Normandie,‎ (lire en ligne).
  13. « La liste conduite par Josette Avenel, désormais au complet », Le Courrier cauchois,‎ (lire en ligne, consulté le 29 août 2020).
  14. « Liste des maires » [PDF], Listes des élus, Préfecture de la Seine-Maritime, (consulté le 14 août 2020).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. Robert Belleret, Au pays de Monsieur Lupin dans Le Monde N° 18574 du .