Gueudet (entreprise)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gueudet (entreprise)

Description de l'image Logo Gueudet.png.
Création 1880
Personnages clés Gustave Gueudet
Forme juridique société anonyme
Slogan Distributeur d'automobiles
Siège social Amiens
Actionnaires Famille Gueudet (100 %)
Activité Automobiles, véhicules industriels, matériel agricole et de manutention
Société mère Gueudet Frères SA
Effectif 2400 (en 2012)
Site web http://www.gueudet.fr
Chiffre d’affaires 910 millions d'euros (2013)
Bâtiments historiques de l'entreprise Gueudet à Amiens avec, à gauche, les anciens ateliers, au centre, la rotonde accueillant les bureaux de la direction et, à droite, la vitrine monumentale.

Le groupe Gueudet est une entreprise française basée à Amiens, comptant parmi les principaux acteurs nationaux de la distribution automobile.

Historique[modifier | modifier le code]

L’entreprise a été fondée en 1880 par Charles Gueudet qui était alors maréchal-ferrant à Breteuil-sur-Noye (Oise). Passionné de mécanique, Charles Gueudet crée une fabrique de bicyclettes et de machines à coudre. Les bicyclettes sont commercialisées sous la marque La Gauloise tandis que les machines à coudre portent la marque Gueudet. Au tout début des années 1900, les ateliers de Charles Gueudet mettront même au point un prototype automobile qu'ils feront défiler à Breteuil.

L’entreprise s’appelle alors Gueudet-Huré, Huré étant le nom de jeune fille de la femme de Charles Gueudet. Le couple aura trois fils dont deux d’entre eux, Gustave et Lucien, ingénieur des Arts et Métiers et futur membre de la société des ingénieurs de l'automobile (SIA), prendront la décision de s’engager pleinement dans l’entreprise familiale et de considérablement développer celle-ci. Constructeurs-mécaniciens, les frères Gueudet croient très vite au succès de l’automobile et décident de créer un réseau de distribution dans le nord de la France. L’entreprise Gueudet devient Gueudet Frères. En 1918, le siège social est transféré à Amiens (Somme).

En 1920, Gustave Gueudet signe un premier contrat de distribution avec Louis Renault. La légende veut que les deux hommes se soient rencontrés sur une route de Picardie et que Gustave Gueudet soit intervenu pour dépanner Louis Renault dont le véhicule était immobilisé pour cause de problèmes mécaniques.

En 1922, les frères Gueudet inaugurent rue des Jacobins à Amiens le nouveau siège social de l’entreprise. Le bâtiment, qui regroupe les bureaux, la salle d’exposition des véhicules Renault et les ateliers au centre de la ville, est cité en exemple par tous les professionnels du secteur automobile alors en pleine expansion. Cet immeuble art déco est toujours aujourd’hui le siège social du groupe (19, rue des Otages) mais ne contient plus que des bureaux.

Gustave et Lucien Gueudet entreprennent rapidement l’implantation d’un véritable réseau de garages couvrant toute la Picardie, notamment Péronne, Albert, Roye, Beauvais, Creil, Saint-Quentin et bien d'autres villes. En 1936, ils créent deux sociétés de transport de voyageurs, Les Autobus Artésiens et Les Courriers Automobiles Picards. Lorsque survient la Seconde Guerre mondiale, les établissements Gueudet sont réquisitionnés, fermés ou pillés. À la Libération, Gustave Gueudet, alors âgé de 65 ans, décide de tout recommencer, notamment avec l’aide de son fils Robert, âgé de 35 ans. Les établissements Gueudet Frères se développent non seulement dans la distribution automobile avec Renault mais aussi dans la distribution de cycles (dont le VéloSoleX), de matériel agricole avec Gueudet Motoculture, de véhicules industriels avec Gueudet Véhicules Industriels, de carburant avec Gueudet Carburant ou encore dans le transport de voyageurs ou la distribution de pièces détachées et de matériel de réfrigération (marque Frigidaire).

Publicité Gueudet Automobiles et Accessoires de l'époque

Les établissements Gueudet deviennent rapidement un acteur incontournable de l’économie locale et l’un des premiers employeurs au niveau régional.

Publicité Gueudet Carburant

En 1960, la décision est prise de séparer les activités de distribution et de transport du groupe. Gustave et Robert Gueudet obtiennent la branche distribution tandis que Lucien Gueudet et son gendre Pierre Amiaud, ingénieur de l’École Centrale des Arts et Manufactures (École centrale Paris), obtiennent les activités de transport de voyageurs et de réfrigération.

En 1966, Robert Gueudet disparait prématurément à l’âge de 55 ans. Gustave Gueudet, quant à lui, disparait en 1970 à l’âge de 89 ans. L’entreprise entre alors dans une phase de transition jusqu’en 1980 où deux des fils de Robert, Jean-Claude et Patrick, deviennent directeurs généraux du groupe.

Jean-Claude et Patrick Gueudet, diplômé de la Faculté des hautes études commerciales de l'Université de Lausanne, développent le groupe, toujours dans les mêmes secteurs d'activité. Sous leur impulsion, l'entreprise demeure un poids lourd de la distribution automobile en France et accroit le nombre de ses partenaires automobiles. En effet, au partenaire historique, Renault, viendront notamment s'ajouter Nissan, Opel, BMW, Mini, Audi, Volkswagen et Toyota. En 1992, la concession Renault d'Amiens, Gueudet Automobiles, déménage du centre-ville à Rivery, dans des locaux ultra-modernes d'une surface couverte de 10 000 mètres carrés et devient ainsi la première concession Renault de France sous le nom de Gueudet Sarva. La même année est créée la Compagnie Financière d'Organisation et de Gestion (CFOG), holding de tête du groupe familial jusqu'en 2004.

Parallèlement, Patrick Gueudet se passionne très tôt pour l'informatique et crée plusieurs logiciels d'aide à la vente par ordinateur. Son premier progiciel baptisé Top Modèle sera vendu à la Diac, société financière de Renault. Il créera par la suite Top VOgue puis Top Lease, deux autres programmes de distribution de véhicules d'occasion et de location longue durée de véhicules. Le groupe acquiert dès lors une réputation de pionnier dans le domaine informatique. La première version du site internet gueudet.fr est d'ailleurs opérationnelle dès 1995, quelque chose d'alors inédit dans le secteur de la distribution automobile française.

Par décret présidentiel du 31 décembre 2004, Patrick Gueudet est nommé Chevalier de la Légion d'honneur par le Ministère de l'Économie, des Finances et de l'Industrie[1], sur la réserve de croix du Président de la République. Quelques mois plus tard, il est décoré dans l'intimité. C'est au même moment qu'il prend la décision de se retirer progressivement des affaires familiales.

En 2011, le groupe fait ses premiers pas dans la région Rhône-Alpes et acquiert des points de vente Renault et Dacia dans le département de Haute-Savoie, notamment à Annecy et Sallanches.

En 2012, Gueudet décide de ne plus distribuer la marque Audi[2]. Le groupe est endeuillé par la disparition de Mme Robert Gueudet à son domicile parisien.

En 2014, le groupe acquiert de nouveaux points de vente Renault et Nissan en Normandie[3].

Famille Gueudet[modifier | modifier le code]

Première génération[modifier | modifier le code]

Charles[modifier | modifier le code]

Charles Gueudet est né le 23 février 1852 à Troussencourt (Oise) et décédé en 1928. Il est le fondateur en 1880 des établissements Gueudet devenus sous l'impulsion de ses deux fils, Gustave et Lucien, le groupe Gueudet.

Charles Gueudet est le fils de Charles Gueudet et de Florine Léguillon. Sa famille est enracinée depuis très longtemps à Troussencourt. Son père, comme ses aïeux, prénommés Charles de père en fils, sont fabricants et peigneurs de laine depuis 1750 environ et propriétaires terriens depuis des générations.

Charles se marie à Paris le 7 septembre 1877 avec Marie Huré qui lui donnera trois fils, Léon, Gustave et Lucien. Les deux derniers rejoignent leur père dans l'affaire familiale qu'ils transformeront considérablement avec l'essor de l'automobile.

Bon de commande de la maison alors appelée Gueudet-Huré

Deuxième génération[modifier | modifier le code]

Gustave[modifier | modifier le code]

Gustave Édouard Hector Gueudet est né le à Bagnolet (Seine) et décédé le à Nice (Alpes-Maritimes).

Né en région parisienne où son père Charles Gueudet s'est temporairement installé après son mariage à Paris avec Marie Huré, issue d'une famille de vignerons dans le Loiret, Gustave Gueudet grandit à Breteuil-sur-Noye dans l'Oise, le vrai berceau de la famille Gueudet. D'abord mécanicien puis constructeur-mécanicien dans l'entreprise fondée par son père qui fabrique des bicyclettes et des machines à coudre sous les marques La Gauloise et Gueudet, Gustave Gueudet comprend vite que l'automobile, alors émergente, va révolutionner le monde. Dès lors, il s'associe avec son frère Lucien, ingénieur des Arts et Métiers, et la petite usine de Charles devient les établissements Gueudet Frères.

Entre temps, Gustave Gueudet a épousé en 1909, à Paris, Adèle Alexandre avec qui il aura deux enfants : Robert, né en 1910, et Simone, née en 1913 et qui décédera à l'âge de quatre ans.

L'une des étapes importantes de la vie professionnelle de Gustave Gueudet sera sa rencontre avec Louis Renault avec qui il signe un contrat de distribution dès 1920, devenant ainsi l'un des précurseurs de la distribution automobile en France. Gustave Gueudet s'engage alors à vendre quatre véhicules par an.

Rapidement, les frères Gueudet développent un réseau de garages couvrant toute la Picardie et établissent leur siège à Amiens. Gustave Gueudet est considéré comme un travailleur acharné, laissant à son frère Lucien les "relations publiques."

Gustave et Lucien Gueudet et leurs principaux collaborateurs

Il consacrera sa vie au développement du groupe Gueudet dans l'automobile, les transports, les véhicules industriels, les cycles, les carburants, le matériel agricole, faisant de l'entreprise un acteur incontournable en Picardie mais aussi au niveau national[4].

Figure régionale discrète et respectée, il reçoit les insignes de Chevalier de la Légion d'honneur[5]en 1956 sur proposition du Ministre des finances et des affaires économiques. Dix ans plus tard, il voit son fils unique et successeur désigné, Robert Gueudet, disparaitre prématurément. Gustave Gueudet, qui a aussi perdu sa femme en 1964, se voit dans l'obligation de reprendre la tête du groupe familial afin d'assurer sa succession, avant de se retirer sur la Côte d'Azur où il terminera sa vie.

Comme pour son fils Robert, les obsèques de Gustave Gueudet se déroulèrent en l'église Saint-Martin d'Amiens et au cimetière de Saint-Acheul où hommage lui fut rendu.


Lucien[modifier | modifier le code]

Lucien Marius Alexis Gueudet est né à Breteuil-sur-Noye (Oise) le et mort à Paris 17e le .

Lucien Gueudet grandit à Breteuil-sur-Noye dans l'Oise. Bon élève, il poursuit après son baccalauréat des études qui le mèneront à l'obtention du diplôme d'Ingénieur des Arts et Métiers en 1907. Il rejoint alors son frère Gustave Gueudet dans la fabrique familiale de bicyclettes et de machines à coudre à Breteuil. Les deux frères développent l'affaire qui devient les établissements Gueudet Frères qui amènera à la création du groupe Gueudet.

Le 27 janvier 1913, Lucien Gueudet se marie à Breteuil avec Jeanne Toulet dont il aura une fille, Renée.

En 1920, Lucien devient membre de la Société des ingénieurs de l'automobile à Paris.

Le groupe ne cesse de se développer jusqu'à la Seconde Guerre mondiale où il subit de très importants dégâts, pillages, réquisitions ou destructions. Après la Guerre, Gustave, Lucien et Robert repartent à l'assaut des affaires et entreprennent la reconstruction de leur entreprise qui, de nouveau, connaît une forte croissance.

Les deux frères se complètent assez bien, Gustave l'infatigable homme d'affaires toujours présent et Lucien, l'ingénieur amateur de relations publiques, de voyages lointains et d'opéra.

En 1960, suite à un partage du groupe Gueudet en deux, Lucien obtient la branche transport et réfrigération alors que Gustave et son fils Robert conservent la branche distribution. Cet évènement altère les relations entre les deux frères et Lucien, âgé de 74 ans, demande à son gendre Pierre Amiaud, Ingénieur de l'École Centrale des Arts et Manufactures (École centrale Paris), de prendre la direction opérationnelle de ces activités, notamment les sociétés de transport Les Autobus Artésiens et Les Courriers Automobiles Picards.

Lucien Gueudet décède à son domicile parisien le 7 mai 1970. Il est inhumé à Maignelay dans l'Oise.

Troisième génération[modifier | modifier le code]

Robert[modifier | modifier le code]

Robert Lucien René Gueudet est né le à Breteuil-sur-Noye (Oise) et décédé le à Amiens (Somme).

Fils de Gustave Gueudet, Robert grandit dans sa ville natale puis à Amiens. Il effectue sa scolarité au Collège Sainte-Barbe à Paris puis intègre l'École spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l'industrie (ESTP) où il ne passera que deux ans.

Très rapidement, Robert Gueudet rejoint son père et l'entreprise familiale. Il se marie le 25 avril 1939 avec Arlette Vigot (1919-2012), fille d'un éditeur parisien du 6e arrondissement. Le couple aura cinq enfants dont l'un décèdera accidentellement à l'âge de trois mois, le 30 décembre 1945.

Robert Gueudet participe activement au développement du Groupe Gueudet, il est président de nombreuses sociétés et aussi très impliqué, tant au niveau régional que national, dans différentes organisations professionnelles, parmi lesquelles la Chambre syndicale nationale du commerce et de la réparation automobile (CSNCRA) et le Groupement des concessionnaires Renault (GCR), jusqu'au jour où il est atteint d'une grave maladie cérébrale dont l'origine serait peut-être due à une terrible chute dans des escaliers. Robert Gueudet est obligé d'effectuer plusieurs séjours dans différents hôpitaux et cliniques, notamment en France et en Suisse. Les consultations et traitements auprès des plus grands spécialistes pendant quelques années n'y feront rien. Hospitalisé à Neuilly-sur-Seine, Robert Gueudet décède finalement chez lui le 30 mars 1966 à l'âge de 55 ans, laissant sa femme, ses quatre enfants[6] et son père alors âgé de 86 ans.

Les obsèques sont célébrées en l'église Saint-Martin d'Amiens, suivies de l'inhumation au cimetière de Saint-Acheul.

Mme Robert[modifier | modifier le code]

Arlette Clotilde Françoise Vigot est née le à Paris 6e arrondissement et décédée le à Paris 16e arrondissement.

Fille de Paul dit Jean-Paul Vigot (1893-1986), éditeur parisien spécialisé dans les ouvrages de médecine, Capitaine de cavalerie, Chevalier de la Légion d'honneur et titulaire de la Croix de guerre 14-18, et de Colette Hérold (1899-1988), sa femme issue d'une famille de musiciens et de politiciens, Arlette Vigot grandit à Paris. Elle étudie à l'École du Louvre, rencontre son futur mari à Megève en 1938 et se marie six mois plus tard. Veuve à l'âge de 45 ans, Arlette Gueudet devient par la suite présidente de la société Gueudet Frères pendant une trentaine d'années. Titulaire de la Médaille de la famille française, elle décède en son domicile parisien à l'âge de 93 ans.

Quatrième génération[modifier | modifier le code]

  • Jean-Claude Gueudet, fils de Robert Gueudet
  • Patrick Gueudet, fils de Robert Gueudet

Les deux frères reprennent ensemble l'entreprise Gueudet.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références
  1. Journal Officiel de la République Française, « Décret de nomination de Patrick Gueudet dans l'Ordre National de la Légion d'honneur »
  2. Autoactu, « Le groupe Gueudet cesse de distribuer Audi » (consulté le 7 septembre 2012)
  3. « Gueudet va reprendre les affaires Renault et Nissan de Mennetrier », sur largus.fr,‎ (consulté le 14 décembre 2014)
  4. Challenges - Les plus grandes fortunes, « Famille Gueudet » (consulté le 24 mars 2008)
  5. Leonore, « Le fonds de la Légion d'honneur aux Archives Nationales » (consulté le 7 septembre 2012)
  6. lexinter, « partage succesoral » (consulté le 20 décembre 2009)