Guerre civile irlandaise

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Guerre civile irlandaise
Description de cette image, également commentée ci-après
Soldats de l'Armée nationale irlandaise pendant la guerre civile.
Informations générales
Date
Lieu Drapeau de l'État libre d'Irlande État libre d'Irlande
Casus belli Traité anglo-irlandais
Issue Défaite des forces opposées au traité et confirmation de l'État libre d'Irlande
Belligérants
Forces favorables au traité :
Armée nationale irlandaise
Corps aérien irlandais
Marine irlandaise
Criminal Investigation Department
Forces opposées au traité :
Irish Republican Army
Cumann na mBan
Na Fianna Éireann
Commandants
Michael Collins
Richard Mulcahy
Liam Lynch †
Joe McKelvey †
Frank Aiken
Forces en présence
Armée nationale irlandaise : ~ 55 000 soldats et 3 500 officiers à la fin de la guerre
Corps aérien irlandais : 10 avions
Marine irlandaise : 1 bateau
CID : 350
~ 15 000
Pertes
~ 800 soldats tués
3 Garda Síochána
4 CID
1 Civic Guard
~ 1 000-3 000 tués
~ 12 000 prisonniers

Batailles

Bataille de Dublin

La guerre civile irlandaise est une guerre ayant opposé entre eux les indépendantistes irlandais divisés sur le traité de Londres ratifié de peu par le Dáil Éireann en décembre 1921. La majorité suit Arthur Griffith et Michael Collins, membres du premier gouvernement de l'État libre d'Irlande créé par le traité, et une minorité suit Éamon de Valera. La guerre éclate après la victoire des partisans du traité aux élections de 1922, elle coûtera la vie à près de 4 000 Irlandais.

Le traité[modifier | modifier le code]

David Lloyd George, Premier ministre du Royaume-Uni de 1916 à 1922.
Arthur Griffith, négociateur du traité pour le Sinn Féin.
Article détaillé : Traité anglo-irlandais.

Le traité anglo-irlandais, négocié entre une délégation du Sinn Féin menée par Arthur Griffith et Michael Collins et le gouvernement britannique de David Lloyd George, clôt la guerre d'indépendance irlandaise. Il prévoit entre autres la partition de l'Irlande, la création d'un État libre d'Irlande ayant le statut de dominion dans les vingt-six comtés du sud et un serment d'allégeance à la couronne britannique par les membres du parlement irlandais, le Dáil Éireann.

Il est signé le 6 décembre 1921 à Londres, il est ratifié facilement par la Chambre des communes et proclamé royalement un an plus tard. La ratification par le Dáil est moins aisée, du fait de l'opposition de deux des leaders indépendantistes de la guerre, Éamon de Valera et Cathal Brugha. Le traité est finalement ratifié de justesse, le 7 janvier 1922. En signe de protestation, de Valera quitte le Dáil et démissionne de la présidence de la république. Un gouvernement provisoire est alors formé autour d'Arthur Griffith pour assurer la création de l'État libre.

Les élections qui ont lieu peu après sont une éclatante victoire pour les partisans du traité. Ces derniers assurent qu'il n'est qu'un premier pas vers l'indépendance complète, alors que ses opposants pensent qu'il brise tout espoir d'instauration d'une république.

Implosion du mouvement nationaliste[modifier | modifier le code]

Bien que les partis soutenant le traité aient largement gagné les élections de 1922, de Valera ne désarme pas et tente de prendre le contrôle de l’IRA dont une grande partie des cadres lui sont favorables. L’IRA se déchire entre les opposants au traité et son créateur, Michael Collins. La partie favorable à ce dernier rejoint les rangs de la nouvelle Armée nationale d’Irlande (INA), les autres s'organisant en une nouvelle IRA.

En avril 1922, le palais de justice de Dublin, Four Courts, est occupé par 200 hommes de De Valera sous la direction de Rory O'Connor. Leur but est de provoquer la reprise de la guerre avec les Britanniques.

La guerre[modifier | modifier le code]

La bataille de Dublin[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille de Dublin.
Four Courts.

Le gouvernement de Lloyd George menace l’État libre d’une intervention si les insurgés ne sont pas délogés, tout en lui proposant de lui fournir de l'équipement militaire.

Michael Collins en 1921

Michael Collins décide, pour sauvegarder l’autonomie de l’Irlande, d’utiliser des canons de campagne britanniques pour bombarder Four Courts le 28 juin 1922. La bataille pour le contrôle de la capitale est extrêmement violente, du fait de l’utilisation de l'artillerie par l’INA, et plus de 250 non-combattants sont tués. Dominés sur le plan militaire, les anti-traités sont battus en une semaine après avoir perdu 500 hommes, faits prisonniers par l’armée de l’État Libre. La bataille de Dublin a fait 65 morts des deux côtés parmi lesquels Cathal Brugha, ancien ministre de la Défense durant la guerre d’indépendance. Les républicains de Liam Lynch, nommé chef d’état-major de l’IRA et les soldats de l’INA de Michael Collins. Les forces républicaines sont plus nombreuses au début de la guerre mais manquent de matériel (en particulier d'artillerie) et d'encadrement efficace.

L’INA au contraire dispose de matériel (fusils, blindés, canons) fourni par les Britanniques et du soutien de la majorité de la population et de l’Église qui souhaitent la paix. Elle ne cesse de recruter durant la guerre jusqu’à largement dépasser les forces républicaines. Les officiers de l’armée de l'État libre sont souvent des combattants aguerris de la Première Guerre mondiale, voire d’anciens officiers britanniques, ce que les anti-traités soulignent dans leur propagande, les autres recrues en revanche sont souvent jeunes et sans expérience.

Dans un premier temps, les forces républicaines tiennent une partie du territoire plus importante, mais leur infériorité matérielle les force à éviter la confrontation directe. Durant le mois d’août 1922, l’INA s’attaque donc en priorité aux villes de l'ouest et du sud tenues par les républicains. L’offensive est un succès complet, toutes les grandes villes irlandaises passent sous le contrôle de l’État Libre. L’IRA doit alors disperser ses forces et est condamnée à ne mener que des actions de guérilla qui ne seront pas décisives.

L’État libre perd cependant son chef de gouvernement, Arthur Griffith, qui meurt d'une attaque cérébrale le 12 août et le commandant en chef de son armée, Michael Collins, qui tombe lors d'une embuscade républicaine le 22. C’est William T. Cosgrave et Richard Mulcahy qui se chargent de continuer la guerre aux postes respectifs de Griffith et Collins.

Les embuscades républicaines exaspèrent l’INA qui procède à une campagne d’exécutions de prisonniers républicains en novembre 1922, à laquelle répondent en décembre les attentats des anti-traités contre des membres du Dáil Éireann et les propriétaires terriens, souvent protestants, protégés par l’État Libre. Le cycle de la violence continue avec l'exécution des leaders anti-traités fait prisonniers par l’INA, parmi lesquels Rory O'Connor. Le manque de succès de l’IRA et l'hostilité croissante de la population conduit finalement Éamon de Valera et les républicains à ordonner le cessez-le-feu le 30 avril 1923, suivi d’un ordre de déposer les armes le 24 mai.

Bilan[modifier | modifier le code]

La guerre civile a coûté la vie à près de 4 000 Irlandais, et 12 000 républicains resteront internés pour la plupart jusqu'en 1924. Ce bilan reste cependant relativement peu élevé comparé aux autres guerres civiles du XXe siècle. De plus, l'Irlande du Nord a été épargnée, évitant un conflit bien plus destructeur, non plus entre anciens frères d'armes mais entre deux communautés ayant un contentieux bien plus important et plus ancien. Le coût de la guerre reste malgré tout important, les destructions ont coûté 30 millions de livres à l'État libre qui sort de la guerre endetté à hauteur de 4 millions de livres.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Le coût économique de la guerre civile a poussé l'État Libre à réduire ses prétentions concernant le tracé de la frontière de l'Irlande du Nord, y incluant des zones où les nationalistes étaient majoritaires, contre le renoncement du Royaume-Uni à faire payer au jeune État une partie de la dette contractée par la couronne pendant la Première Guerre mondiale (ce qui constituait une des clauses du traité anglo-irlandais).

En 1925, après avoir tenté, en vain, de rassembler le Sinn Féin autour de lui pour faire évoluer l'État Libre vers une république, Éamon de Valera fonde le Fianna Fáil, qui sera amené à dominer la vie politique irlandaise jusqu'à nos jours.

Le Fine Gael, fondé en 1933 par les anciens partisans du traité, reste encore aujourd'hui l'autre grand parti politique de la République d'Irlande.

La guerre civile a laissé ses marques jusqu'à aujourd'hui dans la lutte que se mènent ces deux partis pour le pouvoir.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Calton Younger, Ireland's Civil War, Frederick Muller, London 1968
  • The Irish Claims Compensation Association, A record of some mansions and houses destroyed 1922-23 (1924)
  • Ernie O'Malley, The Singing Flame, Dublin, 1978. Mémoires.
  • M.E. Collins, Ireland 1868-1966, Dublin, 1993
  • Michael Hopkinson, Green against Green - the Irish Civil War, Paperback, 2004
  • Eoin Neeson, The Irish Civil War, 1966, réédition 1989
  • Paul V Walsh, The Irish Civil War 1922-23 -A Study of the Conventional Phase, 1998
  • Meda Ryan, The Real chief, Liam Lynch, 2005
  • Tim Pat Coogan, De Valera, Long Fellow, Long Shadow, 1993
  • Frances M. Blake, The Irish Civil War and what it still means for the Irish people, Information on Ireland, London, 1986, réimpr. 1988
  • Liam O'Flaherty, The Sniper, 1923. Nouvelle.
  • The Treaty Debates décembre 1921-janvier 1922, version en ligne

Articles connexes[modifier | modifier le code]