Guerre civile de Bougainville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Guerre civile de Bougainville
Description de l'image Bvdistricts.svg.
Informations générales
Date du au
Lieu Région autonome de Bougainville, Mer des Salomon
Belligérants
Drapeau : Papouasie-Nouvelle-Guinée Papua New Guinea Defence ForceFlag of Bougainville.svg Armée révolutionnaire de Bougainville
Commandants
Drapeau : Papouasie-Nouvelle-Guinée Julius Chan
Drapeau : Papouasie-Nouvelle-Guinée Jerry Singirok
Flag of Bougainville.svg Francis Ona
Pertes
ca. 300 mortsentre 10000 et 20000 morts
Coordonnées 6° 00′ sud, 155° 00′ est

Géolocalisation sur la carte : Papouasie-Nouvelle-Guinée

(Voir situation sur carte : Papouasie-Nouvelle-Guinée)
localisation

La guerre civile de Bougainville, ou conflit de Bougainville, est un conflit armé qui s'est produit du au dans la province de Salomon du Nord de Papouasie-Nouvelle-Guinée entre l'armée gouvernementale et l'armée révolutionnaire de Bougainville (ARB) ainsi qu'entre cette dernière et d'autres forces sécessionnistes. Le conflit prend de l'ampleur au point de devenir le plus meurtrier en Océanie depuis la seconde guerre mondiale, avec entre 15 000 et 20 000 victimes

Un cessez le feu en 1998 suivi d'un accord de paix conclu en 2001 met fin aux hostilités. Une Région autonome de Bougainville dotée d'une assemblée et d'un gouvernement autonome est mise en place, tandis qu'un référendum d'autodétermination est planifié pour le 23 novembre 2019.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'île de Bougainville et les petites îles à proximité, dans l'ouest de l'Océanie, sont peuplées de Papous depuis 28 000 ans, rejoints par des migrants austronésiens il y a quelque 3 500 ans. Elles sont colonisées en 1885 par la Compagnie de Nouvelle-Guinée, pour le compte de l'Empire allemand. Les missionnaires y débutent le processus de christianisation en 1902. À l'issue de la Première Guerre mondiale, qui marque la disparition de l'empire colonial allemand, Bougainville passe sous souveraineté australienne, et est rattachée au Territoire de Nouvelle-Guinée. Au début des années 1970, la compagnie australienne Bougainville Copper entame l'exploitation d'une gigantesque mine de cuivre à Panguna, qui devient la plus grande mine de cuivre à ciel ouvert du monde. Les habitants protestent, à la fois contre les dégâts environnementaux qui en résultent, et contre le peu de retombées économiques pour la population locale. En 1975, la Papouasie-Nouvelle-Guinée obtient son indépendance, ce nouvel État incluant Bougainville, dont les ressources minières sont jugées cruciales pour l'économie du pays. Un mouvement sécessionniste déclare brièvement l'indépendance de Bougainville, de septembre 1975 à août 1976, avant de réintégrer la Papouasie-Nouvelle-Guinée[1].

En 1988, les griefs liés à l'exploitation minière amènent Francis Ona et Pepetua Serero à lancer un mouvement de résistance armé : l'Armée révolutionnaire de Bougainville (BRA). La mine est contrainte de fermer l'année suivante. La BRA proclame l'indépendance de Bougainville, se dotant d'un « gouvernement par intérim », dirigé par Francis Ona et Joseph Kabui. Les forces armées de Papouasie-Nouvelle-Guinée investissent le territoire, et imposent un blocus sur l'île : c'est la guerre civile, à la fois entre la BRA et l'armée papou-néo-guinéenne et entre la BRA et des Bougainvillais qui lui sont opposés. Des parties de l'île sont en proie à des groupes criminels armés. Les diverses factions commettent des exactions et des violations des droits de l'homme, notamment contre des civils. La décennie de violences fait près de 20 000 morts[2].

À partir de 1997, la Nouvelle-Zélande exerce un rôle de médiateur, qui aboutit à un accord de paix le 30 août 2001[3]. L'accord prévoit que Bougainville demeure pour l'heure partie constituante de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, mais avec une autonomie fortement accrue, et avec la tenue d'un référendum d'indépendance devant avoir lieu avant 2020. Francis Ona et une faction minoritaire de la BRA refuse l'accord. Ona se déclare « roi de Bougainville » en 2004, mais vit caché et ignoré. Il décède de la malaria en 2005, peu après la tenue d'élections qui mettent en place les institutions de la nouvelle Région autonome de Bougainville : une Chambre des représentants et un gouvernement dirigé par un président. Joseph Kabui, ancien commandant de la BRA, devient le premier président de Bougainville, jusqu'à son décès d'une crise cardiaque en juin 2008. La Région autonome a le contrôle de la mine de Panguna, qui n'est toutefois pas rouverte ; l'accord de paix stipule notamment que les terres et les ressources appartiennent aux populations locales, et les négociations s'avèrent difficiles[2].

Institutions de la Région autonome[modifier | modifier le code]

Drapeau de la Région autonome de Bougainville.

De par sa constitution adoptée en 2004[4], la Région autonome de Bougainville est dirigée par une Chambre des représentants (corps législatif) de trente-et-un membres, élue au suffrage universel, et par un Conseil exécutif de quatorze membres, principalement choisis parmi les députés. Le président, membre du Conseil exécutif, est élu au suffrage universel, et ne peut pas exercer plus de deux mandats. Les élections législatives et présidentielles ont lieu tous les cinq ans. John Momis a remporté les élections présidentielle de 2010 et de 2015[5].

Référendum[modifier | modifier le code]

Le référendum d’autodétermination est prévu pour le 23 novembre 2019.

Références[modifier | modifier le code]

Le contenu de cet article est principalement copié depuis l'article Référendum sur l'indépendance de Bougainville.