Guerre Han-Nanyue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Idéogrammes chinois Cette page contient des caractères chinois. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Guerre Han–Nanyue

Informations générales
Date 111 av. J.-C.
Lieu Nanyue
Issue Victoire décisive des Han, annexion du royaume de Nanyue par la Chine
Belligérants
dynastie HanNanyue
Commandants
Lu Bode
Yang Pu
Zhao Jiande
Lü Jia

Expansion vers le sud de la dynastie Han

La guerre Han-Nanyue est un conflit militaire qui oppose la dynastie Han au royaume de Nanyue. En 111 av. J.-C., pendant le règne de l'empereur Han Wudi, les troupes des Han lancent une campagne punitive contre Nanyue, qui s'achève par la conquête du royaume. Cette annexion fait partie de la phase d'expansion vers le sud de la dynastie Han.

Situation avant la guerre[modifier | modifier le code]

Le royaume de Nanyue s'étend sur une région située à cheval sur le sud de la Chine et le nord du Vietnam. Il est fondé par Zhao Tuo, un général chinois envoyé par le premier empereur de la dynastie Qin pour conquérir la région. Après la chute des Qin, Zhao reste sur place et se proclame Roi de Nanyue, fondant ainsi la dynastie des Yue du Sud[1],[2]. C'est pour cela que, bien qu'il soit roi dans le sud de la Chine, les ancêtres de Zhao sont originaires de la région de Zhengding, dans le nord[2]. Après la fin de la guerre civile qui fait suite à la chute des Qin, la dynastie Han prend le contrôle de la Chine. La création de ce nouveau royaume à la frontière sud de la nouvelle dynastie ne s'accompagne d'aucune menace probante et rien n'indique alors que Zhao Tuo entend empiéter sur le territoire Han[1]. Finalement, en , l'empereur Han Gaozu, le fondateur de la dynastie Han, envoie son conseiller Lu Jia en mission diplomatique à Nanyue pour reconnaître officiellement Zhao Tuo comme étant le roi de ce pays[1]. Malgré cette reconnaissance, les relations entre les Han et le royaume de Nanyue sont parfois tendues[3]. Ainsi, Zhao Tuo déplore l'interdiction imposée par l'Impératrice Lü, la veuve de Gaozu, à toute exportation vers Nanyue de marchandises en métal et de femelles de diverses espèces animales[3]. Lassé de ce traitement, Zhao finit par s'auto-proclamer empereur [3]; en prenant en le titre d'«Empereur Martial du Sud» (南 武帝), ce qui implique un statut le mettant sur un pied d'égalité avec l'empereur de Chine[4]. Deux ans plus tard, le Nanyue attaque le royaume de Changsha, territoire appartenant à l'empire Han[4]. En , Lu Jia revient en mission diplomatique à Nanyue[3] et pendant les négociations, il réussit à convaincre Zhao Tuo de renoncer à son titre d'empereur et de rendre hommage aux Han en tant que vassal nominal[3].

Marche à la guerre[modifier | modifier le code]

Le sceau royal de Zhao Mo.

En 135 av. J.-C.,Zhao Mo le roi de Nanyue demande de l'aide à la cour des Han pour repousser une invasion menée par le royaume de Minyue[5]. Même si les rois de Nanyue n'ont pas rendu hommage régulièrement à la cour des Han, l'empereur Han Wudi décide de répondre a cette demande et d'intervenir rapidement[5]. Les troupes de Miyue se replient peu de temps après, suite à une révolution de palais provoquée par l'arrivée des troupes des Han. Ravi de la promptitude de la réaction chinoise, Zhao Mo accepte d'envoyer son fils servir auprès de l'empereur, au palais impérial à Chang'an[5].

Le linceul de jade du roi Zhao Mo

En 113 av. J.-C., la reine douairière de Nanyue réunit la Cour et propose d'incorporer le royaume à l'empire des Han. Nanyue deviendrait alors un simple royaume semi-autonome, à l'image de ceux qui existent déjà au sein de l'empire chinois[6]. La reine est favorable à cette option, car en plus d'être elle-même d'origine chinoise; elle a été mariée au fils de Zhao Mo, celui-là même qui a servi auprès de l'empereur à Chang'an[6]. Cependant, de nombreux ministres de Nanyue s'opposent à cette annexion[6] et se regroupent en une faction dirigée par Lü Jia, le haut fonctionnaire le plus puissant du royaume[5]. En 112 av. J.-C., l'opposition riposte violemment et exécute la Reine Douairière[5], le Roi Zhao Xing et plusieurs émissaires des Han.

Conflit[modifier | modifier le code]

Ces exécutions sont vues comme une provocation par la cour impériale des Han, qui envoie une puissante force navale attaquer le royaume de Nanyue [5]. Cette expédition regroupe six armées, qui voyagent vers le sud par la mer, ou depuis le Sichuan en descendant le long de la rivière Xi[7]. En 111 av. J.-C., les généraux Lu Bode et Yang Pu marchent sur Panyu, ce qui correspond actuellement à la ville de Guangzhou[5], et obtiennent la reddition de Nanyue un peu plus tard la même année[5].

Après la chute de Panyu, Tây Vu Vương, le capitaine de la région de Tây Vu dont le centre est Cổ Loa, se révolte contre la domination chinoise[8], mais il est tué par son assistant Hoàng Đồng (黄同)[9],[10].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Après la conquête de Nanyue en 111 av. J.-C., l'empire Han établi neuf nouvelles commanderies pour administrer les territoires de l'ancien royaume[5]. Après la conquête, le territoire contrôlé par les Han continue de s'étendre plus loin vers le sud-ouest par des expéditions militaires d'importance variable[11]. Cette conquête permet également d'étendre le commerce maritime des Han vers les pays d'Asie du Sud-Est et de l'océan Indien[12].

Les comtés de Wenxi et Huojia sont fondés par l'empereur Han Wudi en pour commémorer cette victoire.

Voir également[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Loewe 1987a, 128.
  2. a et b Yü 1987, 451–452.
  3. a b c d et e Yü 1987, 452.
  4. a et b Loewe 1987a, 136.
  5. a b c d e f g h et i Yü 1987, 453.
  6. a b et c Yü 1987, 452–453.
  7. Morton et Lewis 2004, 56.
  8. Từ điển bách khoa quân sự Việt Nam, 2004, p. 564 "KHỞI NGHĨA TÂY VU VƯƠNG (lll TCN), khởi nghĩa của người Việt ở Giao Chỉ chống ách đô hộ của nhà Triệu (TQ). Khoảng cuối lll TCN, nhân lúc nhà Triệu suy yếu, bị nhà Tây Hán (TQ) thôn tính, một thủ lĩnh người Việt (gọi là Tây Vu Vương, "
  9. Viet Nam Social Sciences vol.1-6, p. 91, 2003 "In 111 B.C. there prevailed a historical personage of the name of Tay Vu Vuong who took advantage of troubles circumstances in the early period of Chinese domination to raise his power, and finally was killed by his general assistant, Hoang Dong. Professor Tran Quoc Vuong saw in him the Tay Vu chief having in hands tens of thousands of households, governing thousands miles of land and establishing his center in Co Loa area (59.239). Tay Vu and Tay Au is in fact the same.
  10. Book of Han, Vol. 95, Story of Xi Nan Yi Liang Yue Zhao Xian, wrote: "故甌駱將左黃同斬西于王,封爲下鄜侯"
  11. Yü 1987, 458.
  12. Loewe 1987b, 579.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (zh) Michael Loewe, The Cambridge History of China, Volume 1: The Ch'in and Han Empires, 221 B.C.–A.D. 220, Cambridge, Cambridge University Press, 1987a (ISBN 9780521243278), « The Former Han Dynasty »
  • (zh) Michael Loewe, The Cambridge History of China, Volume 1: The Ch'in and Han Empires, 221 B.C.–A.D. 220, Cambridge, Cambridge University Press, 1987b (ISBN 9780521243278), « The Structure and Practice of Government »
  • (zh) W. Scott Morton et Charlton M. Lewis, China: Its History and Culture, New York, McGraw-Hill, (ISBN 0-07-141279-4)
  • (zh) Ying-shih , The Cambridge History of China, Volume 1: The Ch'in and Han Empires, 221 B.C.–A.D. 220, Cambridge, Cambridge University Press, (ISBN 9780521243278), « Han Foreign Relations »