Gueorgui Gueorguievitch Totibadze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Gogi Totibadze

Gueorgui Gueorguievitch Totibadze
Image dans Infobox.
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (53 ans)
TbilissiVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
გოგი გიორგის ძე თოთიბაძეVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Gogi TotibadzeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités
Formation
Académie des beaux-arts de Tbilissi
École Académique des Beaux-Arts de Moscou de 1905 (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Maîtres
Georgi Aleksi-Meskhishvili (en), Georgy Konstantinovich TotibadzeVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Fratrie
Konstantin Georgievich Totibadze
Maria Georgievna Totibadze (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Irina Savelievna Kozlova (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Nana Georgievna Totibadze (d)
Manana Georgievna Totibadze (d)
Varvara Georgievna Totibadze (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Parentèle
Apollon Kutateladze (grand-père maternel)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
signature de Gueorgui Gueorguievitch Totibadze
signature

Georgy Georgievich Totibadze (en géorgien : გოგი გიორგის ძე თოთიბაძე), aussi connu sous le nom de Gogi Totibadze, né le , est un peintre et illustrateur géorgien et russe[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Georgy Georgievich Totibadze est né le à Tbilissi[2] dans une famille d’artistes. Son père, Gueorgui Konstantinovitch Totibadze artiste peintre était recteur de l’Académie des Beaux-Arts de Tbilissi qui porte encore aujourd'hui le nom de son grand-père - Apollon Kutateladze.

Aîné de trois enfants, Georgy Totibadze passe les premières années de sa vie avec ses parents, son frère Konstantin et sa sœur Macha à Tbilissi, au 11, rue Zandukeli (anciennement rue Djavakhishvili), domicile de sa famille paternelle.

Depuis sa plus tendre enfance Gogi se passionne pour la mythologie grecque en dessinant des compositions de champs de batailles. En 1977 suite au divorce de ses parents, il déménage à Moscou avec sa mère Nana Kutateladze et sa fratrie au 9, rue Verkhnyaya Maslovka, dans la Cité des Artistes (ru).

Famille[modifier | modifier le code]

Georgy Totibadze épouse Irina Savelievna Kozlova, artiste peintre. Ils auront trois filles: Nana (artiste), Manana Totibadze [(d) Voir avec Reasonator], Varavara[3].

Son frère, Konstantin Totibadze[4] et ses oncles Guram Apollonovich Kutateladze (en) et Karaman Apollonovich Kutateladze sont tous artistes peintres.

Sa sœur, Maria Georgievna Totibadze [(d) Voir avec Reasonator], est designer et styliste de mode. Son neveu, Anton Konstantinovich Totibadze est artiste peintre, illustrateur et designer. Sa nièce Musia Totibadze est chanteuse et actrice[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

Art[modifier | modifier le code]

De 1977 à 1983, Georgy Totibadze partage avec le reste de sa famille maternelle l'atelier de son grand-père Apollon Kutateladze. Ses voisins de palier étaient Alexander Tyshler, peintre illustrateur symboliste russe et Dmitry Ivanovich Khamin qui deviendra son premier professeur de peinture et de dessin privé.

En 1982 Totibadze intègre L’Ecole Académique des Beaux Arts de Moscou (ru) dans le département «scénographie». Pendant ses études, il fait connaissance avec sa future épouse Irina Savelievna Kozlova qui deviendra artiste peintre et illustratrice. Georgy obtient son diplôme en 1986. Il entre ensuite à l’Académie des Beaux-Arts de Tbilissi dans l’atelier de Georgi Aleksi-Meskhishvili (en), puis dans celui de son père Georgy Konstantinovich Totibadze dans lequel il restera de 1986 à 1991.

De 1993 à 1994 Georgy Totibadze vit et travaille à Paris, où il crée pendant cette période une série de portraits; son style expressif devient plus lyrique.

En 1996 il prépare une série de toiles à Hong-Kong. Les tableaux de cette série seront achetés par des collectionneurs représentants de diaspora japonaise.

De 1997 à 1998 l’artiste vit et travaille à San Francisco, où il va notamment réaliser une série de paysages.

À partir de 2000 Georgy Totibadze peint des vues aériennes de paysages urbains et champêtres.

Depuis 2007, l’artiste travaille dans son atelier qui se trouve dans l’Institut de l’Architecture et du Design de Moscou.

Le , Georgy Totibadze, son frère Konstantin, Marina Tsurtsumia[5],[6](cinéaste et scénariste russe d’origine géorgienne) et Georgi Tasker ouvrent ensemble la galerie d’Art «Totibadze Gallery»[7] au Centre d’Art contemporain de Moscou de Winzawod (en).

Depuis, la galerie a exposé les œuvres de nombreux artistes dont Alena Kirtsova, Olga et Alexander Florenski, Alexander Zakharov, Ruben Monakhov, Sergey Zuev , Muriel Rousseau[5] et Andrey Sarabianov.

En 2017, Georgy propose son projet « Sous la couverture des forêts » qui sera présenté dans le cadre de Biennale de Moscou (en).

Il participe à des actions caritatives pour lever des fonds pour des orphelinats en 2008[8], aider les jeunes sans-abris Moscovites, dans le cadre du SAMU social de Moscou en 2009[9] et pour aider les victimes des inondations en Géorgie en 2015[10], en donnant des œuvres à des associations caritatives.

Karaté[modifier | modifier le code]

À l’âge de onze ans, Georgy s’initie au Karaté Shitō-ryū.

Ses professeurs sont successivement : Eydlin, Mabuni Kenei (en), Hidetoshi Nakahashi[11]. Il obtiendra cinq médailles d’or aux championnats de Russie, une médaille d’argent aux championnats du Japon, et deux médailles de bronze aux championnats du monde de Karaté[12]. Par la suite, son attachement à l’Asie et au Japon en particulier prendra des formes profondes et poétiques, qui seront souvent présentes dans ses œuvres[13].

Expositions[modifier | modifier le code]

Les œuvres de Totibadze ont été présentes dans les expositions suivantes[2]:

  • 1989  « Exposition des jeunes artistes», Manezh, Moscou, Russie
  • 1989  « Styx »,  Moscou, Russie
  • 1990  «Hosp» Galerie, Innsbruck, Autriche
  • 1992  « Moi, Gogi und anderen », Maison Centrale des artistes, Moscou, Russie
  • 1993   Exposition personnelle, Maison Centrale des artistes, Moscou, Russie
  • 1994   Exposition personnelle, Journal « L’évènement de jeudi », Paris, France
  • 1995   « Exposition des peintres russes », Unesco, Paris, France
  • 1996 « Galerie en Galerie », Galerie Tretiakov, Moscou, Russie
  • 1996 « Songe d’une Nuit d’été », Musée National des Arts orientaux, Moscou  
  • 1996 Exposition personnelle, Galerie L. Bruck, Maison Centrale des artistes, Moscou, Russie
  • 1997 « Art Manezh », Moscou, Russie
  • 1998 « Exposition des peintres russes », Galerie « Diana » Washington DC, États-Unis
  • 1998 « Art Salon », Maison Centrale des artistes, Moscou, Russie
  • 2000 « Art Manezh », Moscou, Russie
  • 2001   Exposition personnelle, Galerie « King », Berkeley, CA, États-Unis
  • 2002 « Art Manezh », Moscou, Russie
  • 2003 « Art Manezh », Moscou, Russie
  • 2004 « Art Manezh », Moscou, Russie
  • 2004 Exposition « Art Party », « Yakut Gallery », Moscou, Russie
  • 2005 Exposition « Baroque Party », « Yakut Gallery », Moscou, Russie
  • 2005 Exposition « Gourmaniada », Art Play, Moscou, Russie
  • 2006 « Art Manezh », Moscou, Russie
  • 2006 «  Art Moscou », VP Studio, Moscou, Russie
  • 2006 Exposition personnelle, VP Studio, Moscou, Russie
  • 2007 Exposition personnelle « Jardins de Paradis », VP Studio, Moscou, Russie
  • 2008 « Art Manezh », Moscou, Russie
  • 2009 Exposition personnelle, « Atlas Art Gallery », Moscou, Russie
  • 2010 Georgy and Konstantin Totibadze, Painting, Mosfilm Galerie, Moscou
  • 2012 « Landscape » MMoMA, Moscou, Russie
  • 2015 « Ode à la nourriture » Galerie « Proun » Moscou
  • 2016  Espace 7, « Totibadze Gallery » Moscou
  • 2017 « Sous la couverture des forets » « Totibadze Gallery » Biennale de Moscou
  • 2018 « Tbilisi Art Fair », Tbilissi, Géorgie[14]

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Les œuvres de Georgy Totibadze sont exposées dans de diverses galeries et musées dont le Musée des Arts orientaux de Moscou (ru) et le Musée des Arts modernes de Moscou (en)[15].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Georgy Totibadze écrit 4 ouvrages au cours de sa carrière :

  • (ru) Georgy Georgievich Totibadze, Konstantin Georgievich Totibadze, Marco Cervetti et Nina Gomiashili, Gurmaniada. Italie [« Гурманиада. Италия »], Moscou, Независимая Газета,‎ (ISBN 5-86712-141-0)
  • (ru) Georgy Georgievich Totibadze, Konstantin Georgievich Totibadze et Nina Gomiashili (trad. du russe), Géorgie Entrée Plat Dessert [« Грузия Первое Второе Третье »], Moscou, Russie, Afisha Industries,‎ , 165 p. (ISBN 978-5-91151-052-7)[16]
  • (ru) Georgy Georgievich Totibadze et Konstantin Georgievich Totibadze, Painting, Moscou, Atlas Gallery,

Filmographie[modifier | modifier le code]

Georgy Totibadze a joué dans le film «Russie 88 (en)» par Pavel Bardin.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « T - The Register of professional artists of the Russian Empire, the USSR, Russian emigration, Russian Federation and the republics of former Soviet Union (XVIII–XXI centuries) / painters, graphic and poster artists, theatre decorators, batik painters, illustrators, animators, sculptors, jewelers, ceramists, authors of installations etc. », sur painters.artunion.ru (consulté le 27 février 2018).
  2. a et b « Георгий Тотибадзе Сайт Georgy Totibadze website », sur Георгий Тотибадзе Сайт Georgy Totibadze website (consulté le 27 février 2018).
  3. a et b (ru) « Счастливое число », elle.ru,‎ (lire en ligne, consulté le 27 février 2018).
  4. (ru) « Totibadze », sur totibadze.info (consulté le 27 février 2018).
  5. a et b (en) « CFA Association Russia - The Night of Modern Art: CFA Russia Organized Social Event With French Artist Muriel Rousseau-Ovtchinnikov », sur www.cfarussia.org (consulté le 27 février 2018).
  6. (en) « Art Gallery Totibadze Gallery », sur ArtTube (consulté le 27 février 18).
  7. « Центр современного искусства ВИНЗАВОД. ГОГИ ТОТИБАДЗЕ - ЛЕС », sur old.winzavod.ru (consulté le 27 février 2018).
  8. « Diema’s Dream Foundation – Results for 2008 :: News :: Four Squares », archive.li,‎ (lire en ligne, consulté le 20 mars 2018).
  9. « samusocialMoskva - Emergency assistance for homeless youngsters in Moscow », sur www.samu.ru (consulté le 20 mars 2018).
  10. (en-US) « Celebrities raised money for the victims in Georgia | beauty and health », beauty and health,‎ (lire en ligne, consulté le 20 mars 2018).
  11. (ru) « Уэчи-рю каратэ до », sur Уэчи-рю каратэ до (consulté le 27 février 2018).
  12. « Сито-Рю в России - Боевые искусства - Пути к истине от Boevieiskusstva.narod.ru », sur boevieiskusstva.narod.ru (consulté le 27 février 2018).
  13. (ru) « Художественное каратэ »,‎ (consulté le 27 février 2018).
  14. (ru) ЮЛИЯ ГРИГОРЬЕВА, « «Если бы я не знал, что это Тбилиси, я бы легко подумал, что это Лондон». Репортаж с Tbilisi Art Fair » [« "Si je ne savais pas que c'était Tbilissi, j'aurais pensé que c'était Londres." Rapport sur Tbilisi Art Fair »], sur zimamagazine.com,‎ .
  15. « Пейзаж », sur www.mmoma.ru (consulté le 27 février 2018).
  16. (ru) « ЗАСТОЛЬНАЯ ЖИВОПИСЬ БРАТЬЕВ ТОТИБАДЗЕ | ARTотека еды », sur www.art-eda.info (consulté le 27 février 2018).